A La UneDiplomatieÉconomie

Nicole Mbou : «Nous sommes en train de mettre en œuvre notre plan de vaccination»

0
Dans cette interview accordée à La Voix Du Koat, la ministre de l’Economie et de la Relance du Gabon, Janine Lydie Roboty, épouse Mbou revient notamment sur les grandes lignes de cette rencontre

La 4ème session extraordinaire du Comité de pilotage du Programme des Réformes économiques et financières de la Cemac (Copil du Pref-Cemac) s’est tenue le 24 vendredi 2021 au siège de la Beac à Douala. Dans cette interview accordée à La Voix Du Koat, la ministre de l’Economie et de la Relance du Gabon, Janine Lydie Roboty, épouse Mbou revient notamment sur les grandes lignes de cette rencontre qui avait pour fil conducteur «Mise en œuvre des décisions et résolutions du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la Cemac du 18 août 2021».  

Quel était l’enjeu de cette 4ème session extraordinaire du Pref-Cemac ?

Nous avons eu une première réunion dans le cadre de l’Union monétaire de l’Afrique Centrale, qui permettait aux ministres des Finances de la zone de pouvoir suivre la conjoncture économique actuelle, et surtout de pouvoir examiner ensemble les éléments de la stabilisation de notre cadre macroéconomique au niveau de nos réserves. Aujourd’hui, (24 septembre 2021, ndlr), nous avons eu une rencontre dans le cadre du Pref-Cemac, qui est l’organe de suivi du Programme des réformes Economiques et financières de la Cemac. Les Chefs d’Etat de la sous-région, avaient, à l’occasion de la conférence extraordinaire du 18 août 2021, pris 24 résolutions  dans le cadre justement de la situation macro-économique. Il est question pour les Etats, au niveau du suivi de ces résolutions, de pouvoir mettre en place un Comité de suivi national qui sera formalisé dans tous nos six Etats pour suivre les recommandations, qui ont un lien également avec les réformes que nous avons engagés, pour ce qui concerne le Gabon, dans le cadre du programme signé avec le Fonds monétaire international.

Lire aussi :Relance économique : la Cemac s’engage 

Le Gabon fait partie des pays qui ont déjà mis sur pied son comité national de suivi du Pref-Cemac. Comment évolue-t-il ?

Il reste effectivement deux pays à n’avoir pas encore mis sur pied leur comité de suivi. Pour le Gabon il ne manque plus que la formalisation. Le cadre existe mais il faut le renforcer et le formaliser. C’est ce que nous nous attèlerons à faire dans les tous prochains jours.

Le covid a énormément secoué les économies de la sous-région. Quelles étaient les mesures du Gabon pour tirer son épingle du jeu ?

Le Gabon est l’un des pays africains à avoir, dès les premiers instants de la pandémie, mis en place un programme de riposte assez rigoureux. Nous avons pris des mesures de confinement dès le début de l’année 2020 et en avril nous étions confinés. Après, nous avons poursuivi avec des mesures de restrictions de déplacements. Nous avons mis des couvre-feux. Il y a eu des mesures d’accompagnement au niveau des entreprises. Mais nous avons surtout fait en sorte que tout ce qui concerne les tests de covid soit gratuit, comme dans certains nombre de pays. Aujourd’hui nous sommes en train de mettre en œuvre notre plan de vaccination, qui a bien entendu démarré. Et nous voulons que les populations comprennent l’urgence qu’il y a à se vacciner pour que nous arrivions à contenir cette maladie qui persiste. Sur le plan de la riposte sanitaire économique, le Gabon a, sous les hautes instructions de son Excellence, Monsieur le Président de la République Ali Bongo Ondimba, mis en place le Plan d’accélération de la transformation.

Lire aussi :Dr Issa Doubragne : «La Cemac s’inscrit dans les financements des vaccins»

En quoi consistait ce Plan d’accélération de la transformation ?

C’est un plan de relance qui permet à nos économies de mieux se structurer, mais surtout de nous amener à enregistrer des taux de croissance meilleurs parce qu’avec la crise, tous nos Etats ont été impactés. Nous avons partagé ce Plan d’accélération de la transformation avec les instances du Fmi. Comme vous le savez, le Gabon et le Cameroun aujourd’hui ont effectivement concrétisé cet accompagnement du Fonds monétaire international, par la signature les 28 et 29 juillet du Programme de seconde génération. C’est un programme triennal de réformes économiques et financières. Ces réformes seront effectivement menées et suivies dans le cadre du Pref-Cemac.

Entretien avec Valgadine TONGA

 

LA VOIX DU KOAT

Relance économique : la Cemac s’engage

Previous article

Rev Dieudonné Massi Gams : «Ce qui ne t’appartient pas, n’y touche pas»

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une