- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneMototaxis au Cameroun : l’assainissement du secteur en marche

Mototaxis au Cameroun : l’assainissement du secteur en marche

- Advertisement -spot_img

Grâce au Projet  Moto-Afrique, 14.512 conducteurs de mototaxi du département du Wouri ont obtenu leur permis de conduire de catégorie A.

Assainissement du secteur des mototaxis pour la sécurisation des usagers. Ce leitmotiv porté par le projet Moto-Afrique a connu une autre phase de son implémentation ce jeudi 30 décembre 2021 à Douala. Ils étaient plus de trois mille conducteurs de mototaxis, regroupés dans l’arrière-cour de la préfecture, pour la cérémonie de remise solennelle des chasubles d’identification aux mototaxis.

Ces chasubles sont identifiables en ce qu’elles présentent les informations relatives au chauffeur : le nom, le numéro d’immatriculation, la zone de circulation. Cette cérémonie qui a ravi les autorités administratives de la ville et les principaux acteurs, est une grosse réussite pour le projet Moto-Afrique. A son actif, en 2020, 1544 conducteurs de la ville sont rentrés à l’auto-école pour passer leur permis de conduire de catégorie A. Le nombre est monté à 14.512 de permis obtenus en 2021. Une amélioration considérable, quand on sait qu’il n’y avait que 358 candidats formés en 2017 ; 658 en 2018 ; et 781 en 2019.

«Le lancement du plan d’assainissement du secteur de transport par mototaxis dans le département du Wouri a eu lieu en juillet 2020 en ce même lieu. Nous procédons aujourd’hui à la remise des permis de conduire de catégorie A et simultanément à la présentation des chasubles d’identification homologuées par le maire de la ville de Douala. Il est question à présent de vulgariser cet uniforme pour distinguer le bon grain de l’ivraie», soutient le promoteur de Moto-Afrique, Samuel Franck Mvondo Mvondo.  «Nous exhortons les leaders syndicaux et tous ceux qui ont un minimum de légitimité au sein du secteur à continuer la sensibilisation des membres, sur le respect de toutes les prescriptions des textes qui régissent l’activité», dixit, Samuel Franck Mvondo Mvondo.

Lire aussi :Discipline : les mototaximen de Douala bientôt au pas 

«Nous sommes engagés sur le chemin de l’assainissement du secteur mototaxi. 40 à 50% des mototaxis dans la ville de Douala arborent déjà des chasubles. Les motos sont organisées, mais il y a encore des brebis galeuses, les oiseaux de mauvais augure. Qui utilisent la moto pour poser des actes délictueux comme les vols, les agressions, le viol des feux de signalisation… C’est généralement le fait des Camerounais qui n’ont pas de Cni et des étrangers qui ne possèdent pas de titre de séjour», se désole le représentant des leaders des mototaxis du Wouri, Willy Kengne.

Pour ces fauteurs de trouble, le maire de la ville, Dr Mbassa Ndinè menace : «Bientôt seuls ceux qui ont la chasuble circuleront dans la ville de Douala. Nous allons renforcer la pression et la répression envers tous ceux qui voudront continuer à exercer de manière illégale dans la ville de Douala. Nous allons inviter les populations à vous encourager, en emprunter uniquement les motos qui garantissent leur sécurité.»

Promoteur de la startup Bee Moto créée en avril 2018, Patrick Timani contribue avec efficience à la structuration et la professionnalisation des mototaxis. Les chauffeurs de Bee Moto obtiennent au préalable leur permis de conduire. Sur la route, ils sont reconnaissables à leur engin et leur casque de couleur jaune. Sur le casque, est mentionné le matricule du conducteur de mototaxi. «C’est pour garantir la sécurité. Si un chauffeur vole ou arrache le sac d’un usager, juste avec son numéro d’immatriculation, on saura l’identité du chauffeur, son domicile, son épouse, son parrain

Valgadine TONGA

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img