Société

Médiascopie : Pourquoi Novelas tv dame le pion aux chaines camerounaises

0
Médiascopie : Pourquoi Novelas tv dame le pion aux chaines camerounaises

Avec 11,7%  de part d’audience, la chaine préférée des femmes est la plus regardée en 2021 selon le classement du top 10 des chaines de télévision camerounaises, publié par  l’institut de données et d’études Kantar.

C’est décidément une histoire d’amour entre la chaine Novelas tv et la gente féminine. Cette chaine de divertissement présente sur le bouquet Canal + depuis 2015 a réussi à  conquérir le cœur des femmes. Elles se délectent sur les séries diffusées par cette chaine à longueur de journée. C’est sans grande surprise que Novelas tv se taille la plus grande part d’audience et se positionne comme la chaine la plus regardée en 2021 selon le classement du top 10 des chaines de télévision au Cameroun en 2021 publié par l’institut de données et d’études  kantar.

Avec 11,7% de part d’audience, la chaine préférée de la gente féminine devance Equinoxe Tv. Le premier au classement 2020, la chaine bleue émettant depuis la métropole économique perd une place, avec 8,1%. Elle est suivie de Canal 2 international, 6,8% qui lui conserve jalousement sa place. La chaine à capitaux publics Crtv arrive en 5ème position derrière Canal + sport. Aucune chaine à capitaux privés émettant de la capitale politique n’est présente dans ce top 10.

Lire aussi :France Médias Monde : Le Mali dit non au mariage forcé 

A la lecture de ce classement, peut-on parler de la contreperformance des chaines camerounaises ? Le public ne se reconnait-il pas dans ses programmes ? Selon certains observateurs du paysage médiatique camerounais, cette contreperformance est due aux contenus de moins en moins captivants proposés par les chaines camerounaises. Ces chaines semblent avoir abandonné l’une des essences même de la télévision qu’est le divertissement au profit du tout politique. « Nos chaines abusent des débats politiques. Ce sont les mêmes choses sur toutes les chaines, avec les mêmes têtes tous les jours. A un moment, on est lassé. C’est le divertissement qui fait d’abord une télévision» s’agace Joseph Ndang, observateur. Sur la Crtv, poursuit-il, «les émissions cultes comme Délire, Télépodium n’ont jamais été remplacées».

En effet, en scrutant ce classement de plus près, les chaines de divertissement, notamment Novelas, Zee magic tv, Nollywood, Trace Tv ont de la côte auprès des femmes des jeunes. Chez les hommes, les chaines Canal+ sport  sont les plus regardées. Comme quoi, on ne vit pas que de politique, le divertissement  a aussi sa place dans la vie. «Cela ne veut pas dire qu’il y a un désamour pour les télévisions locales. Les hommes et les femmes décrochent souvent de ces programmes pour regarder le journal sur les chaines nationales. Les télévisions camerounaises ont compris tout l’enjeu qu’il y a à aller chercher ce public. Mais ce n’est pas facile dans la mesure où les autres chaines ont pris une longueur d’avance et ont des programmes de qualité. Les moyens que les français ont pour investir sur Canal+, c’est tout le budget du Cameroun. Comment allez-vous les combattre avec les pauvres moyens que vous avez» nuance Thierry Ndong, Directeur de publication du journal Intégration.

«Vous ne pouvez pas demander à la Crtv d’être en concurrence avec Canal+Sport, qui est soutenue par les fonds de Bolloré, des Chefs d’entreprises français. Il faut enfin relever que la colonisation a réussi à créer en nous l’idée que c’est tout ce qui vient de l’extérieur qui est bien. Il faut noter aussi les anti-jeux de Canal+ envers la Crtv. Je vous rappelle que la Crtv Web a été bloquée pendant six mois parce qu’elle diffusait des interviews avec des tradipraticiens qui donnaient les conseils sur comment soigner le covid. Six mois c’est énorme. Comment se fait-il que pendant la Can, c’est la Crtv qui fournissait le signal à Canal+, mais les images de la Crtv sur le bouquet étaient floues ? C’est voulu, tout simplement pour empêcher les gens de suivre le match sur la Crtv. Nous sommes dans un engrenage que ce soit sur le plan culturel, économique, médiatique…», argumente Thierry Ndong.

Blanchard BIHEL

LA VOIX DU KOAT

Violence en milieu scolaire au Cameroun : parents, à la barre !

Previous article

Production de la farine locale : vers la mise sur pied d’une plateforme de producteurs

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Société