Économie

Jean Calvin Mebenga : «Offrir un maximum d’emplois aux Camerounais»

0
Jean Calvin Mebenga : «Offrir un maximum d’emplois aux Camerounais»

«Quand on craint tout, on n’entreprend rien», soutenait Pigault-Lebrun. Jean Calvin Mebenga lui donne raison, lui qu’il y a quelques années exerçait encore comme journaliste. Mais comme Martin Luther King, il avait un rêve, devenir créateur de richesses à grande échelle. Le groupe Mekit dont il est le Président Directeur Général n’a qu’un an et demi de vie, mais les bonnes notes s’enregistrent déjà. Formation, E-commerce, assurance, sécurité téléphonique…le groupe ne cesse d’étendre ses tentacules. Tous les domaines de ce jeune magnat des affaires concourent au commerce qui signifie d’ailleurs «Mekit» en langue beti (une langue de la région du Centre-Cameroun). La rencontre avec les médias et Jean Calvin Mebenga, samedi 10 octobre 2020 à Douala, avait pour but de faire découvrir les différents secteurs d’activités du groupe.

Présentez-nous le groupe Mekit…

Mekit  est un groupe composé d’une société d’assurance, de Mekit Invest, Mekit Btp, Mekit Archivages, Mekit agro-business, Mekit Lounge et Mekit Fm.

Vous parlez de l’économie numérique avec emphase. Quelle est sa spécificité dans le développement du Cameroun ?

Le Cameroun peut tirer profit de l’économie numérique dans le sens qu’il y a des messages qui ne trompent pas. Le Chef de l’Etat, permettez-moi de toujours le citer dans mes prises de parole, a lancé une machine. C’est à nous de la suivre, de la mouler. Le numérique est devenu une nécessité aujourd’hui, tout le monde est focus sur le numérique. Il faut s’adapter à ce domaine, le numérique est une réalité incontournable. L’économie numérique est l’unique solution qui permettra au Cameroun de sortir de la pauvreté, j’y crois.

Combien d’emplois génère Mekit, à un an et demi d’existence ?

A ce jour nous sommes à 285 emplois dans tout le groupe Mekit. Nous ouvrons une brèche pour la promotion de l’emploi. Le Cameroun sera fier, pas de moi, mais de lui-même. Le Camerounais bénéficiaire des débouchés offert par Mekit sera tout aussi fier parce qu’il aura de quoi gagner sa vie.

Comment Mekit arrive à tenir et à s’agrandir, malgré la conjoncture actuelle ?

C’est une question de stratégie. Il faut avoir un plan d’affaires que vous suivez au quotidien et que vous vous donnez les moyens de suivre. Tout dépend de prime abord de votre business plan et du process qui s’ensuit, vous permettant de concrétiser votre business plan.

De journaliste à créateur de richesses, il y a eu des embûches ?

J’ai rencontré beaucoup de difficultés pour ne pas dire toutes. La plus grande était de réaliser mon rêve, celui d’apporter un soutien au Chef de l’Etat à mon niveau. De manière explicite, il était question de cerner le message qu’il nous adressait l’année dernière et cette année à l’occasion  de son discours du 10 février, où il insistait sur la promotion de l’économie numérique, de l’emploi et par ricochet de la lutte contre la pauvreté.

Quelles sont les perspectives de l’homme d’affaires que vous êtes ?

Offrir un maximum de possibilités d’emplois aux Camerounais, partout où besoin sera.

Entretien avec Valgadine TONGA                                             

 

LA VOIX DU KOAT

Droits des consommateurs : l’Acceegt présente ses applications

Previous article

Insécurité à Douala : Deido élimine les microbes

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Économie