- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneEmilienne Tchokonang : «Elle veut me détruire au nom de Samuel Eto’o Fils»

Emilienne Tchokonang : «Elle veut me détruire au nom de Samuel Eto’o Fils»

- Advertisement -spot_img

Cela fait cinq ans que  dame Tchokonang, propriétaire de l’institut de beauté Emilie Fashion court après les commissariats et autres tribunaux afin que justice lui soit rendue dans l’affaire qui l’oppose à son ex-bailleresse dame, Garnier Thérèse Djenti. Cette proche de Samuel Eto’o Fils est accusée de destruction de bien, vol, menaces sous condition et autres. Le cœur meurtri, Emilienne Tchokonang raconte ses mésaventures judiciaires depuis près d’une demi-dizaine d’année.

Que se passe-t-il entre votre ex-bailleresse et vous?

Depuis 2017, je suis en procès avec mon ex-bailleresse, dame Garnier Thérèse Djenti. J’ai loué chez elle pendant sept ans. À la septième année, elle m’appelle pour me dire qu’elle a décidé d’augmenter le loyer. Lorsque je lui ai demandé combien elle compte augmenter le prix,  elle m’a répondu qu’elle va me rappeler dans trois jours pour me le dire. Trois jours plus tard, elle m’appelle et m’informe qu’elle a changé d’avis ; elle me donne trente jours pour libérer son local. Elle-même, me dit-elle, veut venir s’installer au Cameroun parce qu’elle vit en France. Ce local, je l’ai pris, il était encore en  chantier. Les murs n’étaient pas crépis, les portes n’étaient pas encore fixées, la plomberie ne passait pas encore, il n’y avait encore rien. Je lui ai versé 1.500.000 Fcfa, parce que le loyer était fixé à 100.000 Fcfa le mois, pour finir les travaux. J’ai attendu deux mois comme elle me l’avait demandé. Mais, elle n’avait toujours pas fini les travaux. C’est ainsi que j’ai pris sur moi de finir les travaux de mon magasin en plus de l’argent que j’avais déjà versé. Parce qu’elle disait qu’elle n’a plus rien, et qu’elle ne pourra achever les travaux qu’après son retour de France.  J’ai donc tout aménagé, les toilettes, la plomberie, les carreaux, les compteurs d’électricité et d’eau à mon nom. Je suis entrée. Sept ans après, elle me dit qu’elle me donne trente jours pour libérer. Je  lui ai fait comprendre que trente jours sont peu pour moi. Qu’elle m’accorde le temps de sensibiliser ma clientèle. Je venais tout juste de prendre un crédit bancaire qui m’a permis d’acheter la marchandise à Dubaï. Ce jour, elle est arrivée quand les employés installaient encore la marchandise. Je lui ai dit que je n’avais pas encore commencé à rembourser le crédit que j’avais contracté. Je lui ai demandé de m’accorder un peu plus de temps. Le temps de régulariser ma situation financière avec les banques, sensibiliser ma clientèle et trouver un nouveau local.

Lire aussi :Elections à la Fécafoot / Samuel Eto’o : la preuve par 9 

Ce temps que vous demandiez, était-il prévu dans votre contrat de bail ?

Nous avons signé le contrat de bail devant le sous-préfet. C’est elle-même qui m’y avait amenée pour légaliser le contrat, puisque le local se trouve tout juste en face de la sous-préfecture de Douala 5ème. On avait convenu dans le contrat qu’elle m’accorderait un préavis de 6 mois. J’ai même demandé qu’elle m’accorde la moitié. Elle a refusé. Elle et son entourage ont commencé à me menacer qu’ils vont me faire partir de force. Notamment le défunt Benjamin Massing, ancien Lion indomptable. Elle me l’avait présenté comme celui à qui elle a donné la procuration d’assurer la gestion de son immeuble.

Lire aussi :Emile Parfait Simb : «Je suis le tocard à abattre» 

Vous avez porté plainte contre votre bailleresse et le défunt Benjamin Massing pour destruction de biens, vol et autres…

Un matin, j’ai reçu un coup de fil de ma voisine, la gérante du cybercafé cyberlink me disant que c’est grave au centre. Le centre a été cassé. Je me suis rendue au centre, j’ai constaté qu’on avait cassé le mur arrière. Tous mes effets ont été jetés dehors. J’ai également constaté que la recette que j’avais laissé, parce qu’il se faisait tard avait disparu. Aucun autre effet n’avait été volé. J’ai appelé mon avocat, je lui ai expliqué. Il m’a conseillé de prendre un huissier pour faire un constat, puis que je prenne un maçon pour reconstruire le mur. Je me suis exécutée. Le lendemain, les employés m’appellent encore pour m’informer que le mur que j’ai reconstruit a été à nouveau cassé. Une partie des effets étaient dehors et l’autre partie dedans. J’ai appelé mon avocat et l’huissier, je leur ai dit qu’on se retrouve au centre. Arrivée là-bas, l’avocat m’a dit de remonter encore le mur. Je lui ai dit que c’est de l’argent que je dépense. Il m’a dit de remonter le mur, sinon, on ne saura jamais le voleur. Ensuite, nous déposerons une plainte contre inconnu. À la deuxième casse, ils ont volé le petit écran plasma, la boisson qui était dans réfrigérateur a été vidée. J’ai rappelé le même maçon, on a remonté le mur. Le lendemain, les employés et la voisine du cybercafé m’appelle à 8heures. Ils me disent que le même mur a été recassé. J’ai appelé l’avocat, il m’a demandé  de remonter le mur. J’ai refusé. Je lui ai dit je que je n’ai plus d’argent pour remonter ce mur. Il m’a dit de chercher un gardien. Quand je suis arrivée sur les lieux, j’ai constaté que mon compteur d’eau a été enlevé ; le compteur d’électricité a été détruit. Et ce qui est surprenant est que tous les compteurs des locataires  sont dans ce box. Les clés sont détenues par le gardien. On a ouvert le box et ce n’est que mon compteur qui a été cassé. Les compteurs des autres locataires n’ont pas été touchés. Le box n’a pas été détruit. Mon avocat a commencé à suspecter ma bailleresse. Mais, on n’avait pas de preuves. L’avocat m’a dit de prendre un gardien. Que je l’amène  à la police judiciaire, afin qu’on l’identifie et je le place là-bas. J’arrête le travail. Je libère les employés. Je leur fais comprendre que le travail est momentanément arrêté. Ce que j’ai évidemment fait. Le travail s’est arrêté, l’huissier a fait son constat. J’ai rejoint l’avocat à son cabinet ; nous nous sommes rendus au tribunal de Ndokoti, on a fait une requête. Le dimanche qui était le jour de repos du gardien que j’avais recruté, je reçois le coup de fil d’une cliente, me disant qu’elle ne me comprend pas. Elle m’a versée de l’argent pour son mariage, et elle avait une dernière séance pour ses soins. Mais elle se rend compte que je suis en train de déménager sans l’informer. De plus, les gens que j’ai recrutés pour faire le déménagement sont en train de tout casser. Je lui ai répondu que je ne déménage pas.

Emilienne Tchokonang : «Elle veut me détruire au nom de Samuel Eto’o Fils»
Emilienne Tchokonang aujourd’hui, l’ombre d’elle-même.

Quand elle m’a dit cela, j’ai vite enfilé un vêtement et je suis descendue au centre. Quand j’arrive, je trouve la dame qui m’appelait. Je trouve que la porte d’entrée est cassée, les vitres aussi. Les miroirs, les présentoirs ont subi le même sort. J’appelle mon avocat et l’huissier. Pendant que je suis en train de me lamenter, le gérant du cyber, c’était un nouveau que  je ne remarquais pas. Je lui ai demandé comment est-ce que on peut casser mon institut, et il ne m’appelle pas. Il m’a répondu que le gardien lui a fait savoir que c’était la propriétaire des lieux qui démolissait l’institut. Ensuite, Je me suis dirigée vers le gérant du bar pour me plaindre, deux clients qui buvaient sont venus vers moi me disant qu’ils ne savaient pas que c’était un cambriolage. Ils m’ont dit qu’ils connaissaient le monsieur qui était en train de casser. C’est un célèbre footballeur pour qui ils ont  beaucoup de respect. C’est un ancien Lion indomptable, monsieur Benjamin Massing. Et lorsqu’on a demandé au gérant du bar pour savoir ce qui se passait, il nous a fait savoir que c’est la propriétaire des lieux. Ces deux clients m’ont donné leurs numéros de téléphone pour leur faire appel si jamais j’avais besoin de témoin. Ils m’ont conseillé de porter plainte. Ils avaient même  relevé le matricule du véhicule utilisé pour transporter  mes effets.

Lire aussi :Election à la Fecafoot : pourquoi je ne veux pas que Samuel Eto’o marque le but 

Que savez-vous de madame Garnier Thérèse Ndjenti ?

Lorsque le dossier a été côté à la Pj, je peux vous dire que, j’ai vécu un calvaire. Nous avons marché à la Pj pendant deux ans. Pendant ces deux ans, cette dame n’a jamais été convoquée. Un jour j’arrive chez le commissaire Nlaté, je me suis plainte que depuis deux ans je suis au chômage, je suis en location avec des enfants.  Depuis deux ans, vous êtes incapables de convoquer cette dame et Mr Massing. Il m’a répondu que Mr Massing est une célébrité qu’on ne peut pas convoquer n’importe comment. Il me conseille d’aller  voir le procureur pour qu’il me délivre un mandat d’arrêt. Le mandat pèse suffisamment pour qu’il soit convoqué. Avant qu’il me dise cela, mon avocat et moi, avions  fait dix tours au tribunal de Ndokoti ; nous avions déjà fait sept requêtes. Ce sont les recherches d’un de mes avocats qui nous a fait savoir qu’elle était une proche parent de Samuel Eto’o. Cet avocat ne comprenait pas pourquoi cette dernière était tant protégée par la justice. On se dit que c’est peut-être pour cela que le procès tourne en rond. Il n’avance pas. Elle est reçue par les procureurs. Pendant que moi je n’ai pas la possibilité. Une fois, j’ai patienté près de 5h de temps en vain, pour rencontrer le procureur de Ndokoti, Mr Eboa. Au cinquième jour, j’ai fait le pied de grue à l’entrée de son bureau. Vers les 15 heures, elle est arrivée, elle m’a trouvée. Elle a été introduite dans la salle alors qu’on avait dit que le procureur n’est pas. Chaque fois qu’on se croise, elle me nargue. Elle m’avait dit qu’elle a son argent, elle a les relations, elle a Eto’o Fils, elle va me détruire. Elle s’est présentée à l’audience pour la première fois après quatre ans de procès. Nous en sommes là en ce moment. La prochaine audience c’est ce 18 mars 2022.

Propos recueillis par Daniel NDING 

 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img