A La UnePolitique

Election du maire de Bangangté : la discipline du parti met tout le monde aux ordres

0
La session de plein droit en vue de l'élection du successeur de Jonas Kouamouo, de regrettée mémoire, est renvoyée pour la seconde fois.

La session de plein droit en vue de l’élection du successeur de Jonas Kouamouo, de regrettée mémoire, est renvoyée pour la seconde fois.

Éric Niat est quelqu’un qui respecte la discipline du parti (Rassemblement démocratique du peuple camerounais, RDPC). Le 2 mai 2021, à la maison du parti du Rdpc de Bangangté se sont réunis les 40 conseillers 100% Rdpc, pour désigner le candidat du parti. La démarche de l’élection était simple, chaque électeur se trouvait dans l’isoloir avec une feuille et un stylo où il y écrivait le nom de son candidat.

Lire aussi :Commune de Bangangté : Dr Jonas Kouamouo rempile 

Le résultat, Éric Niat 21 voix et Jean-Lambert Tchoumi 19 voix. L’ensemble du groupe communal a signé le procès-verbal et validé.

Le lendemain devait être une simple formalité, mais personne n’avait pensé que les conseillers allaient être séquestrés, menacés pour ne pas venir à la session de plein droit. Le préfet avait donc été contraint de renvoyer la session pour le jeudi 6 mai.

La session de plein droit a eu lieu ce 6 mai.  Une nouvelle candidature est présentée par le président du groupe communal. Il s’agit de Madame Evelyne Nana. Le mandataire du Comité central du Rdpc, Njankou Lamare a rappelé au président du groupe communal que c’est lui qui a signé le procès-verbal de l’élection en interne, lequel a désigné Éric Niat comme unique et seul candidat du Rdpc, et qu’il n’était pas envisageable de présenter deux candidats pour le parti.

Que se passe-t-il au RDPC ?  Il se susurre que cette élection vient remettre au goût du jour la bataille des anti Biya (Célestine Ketcha Courtès, Jean Nkueté, Kouatchou …) et des pro Biya (le patriarche et doyen Marcel Niat Njifendi le Président du Sénat, Jean Claude Mbwentchou, Éric Niat…)

Les élections ont une fois de plus été reportées, le temps qu’un consensus soit trouvé. Affaire à suivre…

Source : Camer.be

LA VOIX DU KOAT

Simon Achidi Achu : le père du « Njangui » a claqué la porte de la tontine…  

Previous article

Insécurité à Douala : les victimes se désolidarisent du démenti du gouverneur

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une