- Advertisement -spot_img
AccueilCamerounSociétéDouala : les journalistes à l’école des droits de minorités

Douala : les journalistes à l’école des droits de minorités

- Advertisement -spot_img

Près d’une trentaine d’entre eux, venus des régions du Centre, du Littoral, Nord-ouest et du Sud-ouest, ont pris part à deux jours d’atelier sur les questions relatives aux Droits des communautés minoritaires au Cameroun, organisé par le Centre régional pour les Droits de l’Homme et la démocratie en Afrique centrale.  

Du 26 au 27 octobre 2022, Douala a abrité l’atelier de formation des médias à la couverture médiatique des questions relatives aux droits des minorités, organisé par le Centre régional pour les Droits de l’Homme et la démocratie en Afrique centrale. Lequel atelier visait à susciter chez ces professionnels des médias l’intérêt à s’intéresser à cette question, jugée par les organisateurs comme le parent pauvre dans les salles de rédaction. Une thèse soutenue par les journalistes venus des régions du Littoral, du Nord-ouest, Sud-ouest et du Centre. Ce sujet est abordé une fois au cours de l’année notamment lors de la célébration de la journée mondiale des Droits des minorités qui se célèbre tous les 9 juin de l’année.

D’où la tenue de cet atelier  dont «l’objectif est de renforcer les capacités des professionnels des médias sur le traitement des questions liées aux droits des minorités, les édifier sur le droit international, les bonnes pratiques sur comment traiter les informations liées aux droits des communautés minoritaires», a indiqué Zoë Poznicek, facilitatrice de l’atelier. «Il faudra s’approprier les concepts importants en matière de Droit des minorités, maîtriser leur incrustation dans le Droit international et la manière dont le Cameroun s’est approprié ces instruments juridiques afin de mieux traiter leurs informations», a renchéri Dr Hilaire Kamga. Ainsi, les différents modules exposés au cours de ces deux jours de travaux ont permis aux participants d’être imprégnés des différents instruments juridiques nationaux et internationaux qui protègent les communautés minoritaires. A ce sujet, la journaliste Trecia Oben a demandé aux journalistes de faire appel à leur  responsabilité  qui est celle d’assurer la stabilité et la cohésion sociale, de défendre l’orphelin et la veuve et les personnes sans voix.

Lire aussi :Municipales et Législatives 2020 : Elimbi appelle les Sawa à plus d’engagement politique 

A l’issue des travaux, parmi les recommandations faites, les participants ont convenu à l’unanimité l’adoption d’un groupe de travail des journalistes spécialisés dans le traitement des questions liées aux droits des minorités afin d’assurer la continuité et la mise en pratique des enseignements reçus au cours de ces deux jours d’atelier.

Lire aussi :Populations autochtones : la marginalisation a la peau dure au Cameroun 

Au Cameroun, les communautés minoritaires sont installées dans presque toutes les régions du pays. Il s’agit entre autres des Mbororos, ils  sont présents sur tout le territoire camerounais, mais se trouvent en plus grand nombre dans les régions de l’Ouest, de l’Est, du Nord-Ouest et dans le septentrion. Dans la zone forestière, l’on trouve les Baka, les Bakola ou Bagyéli et les Bedzang. Dans la région côtière, l’on trouve les Duala. La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, en son article premier précise que les peuples autochtones ont droit, à titre collectif ou individuel, de jouir pleinement de l’ensemble des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Blanchard BIHEL

 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img