- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneDécentralisation : Douala sollicite 56 milliards FCFA en 2021

Décentralisation : Douala sollicite 56 milliards FCFA en 2021

- Advertisement -spot_img

Le budget de la communauté urbaine de Douala, voté ce lundi 14 décembre 2020, est essentiellement axé sur le développement économique et la protection de l’environnement.

La première session budgétaire de la communauté urbaine de Douala, (depuis les premières élections en février 2020 des maires de la ville qui ont mis fin au règne des délégués du gouvernement) s’est tenue ce lundi 14 décembre 2020 à la salle des fêtes d’Akwa. A l’ordre du jour, l’examen et le vote du budget de la Cud pour l’exercice 2021.

Le budget s’équilibre en recettes et en dépenses à la somme de 56milliards 800millions FCFA. Les dépenses de fonctionnement se chiffrent à 49milliards 705millions 927milles 823 Fcfa. 7milliards 094millions 072 milles 177 Fcfa sont alloués aux investissements. Le budget 2021 est en hausse par rapport  à celui de 2020. Il était de 46milliards 496millions 470 milles 653Fcfa, soit un taux d’augmentation de 22,8%.

Lire aussi :MRC : Célestin Djamen lâche Maurice Kamto

Grogne à Hysacam

«Le budget 2021 que nous venons d’adopter est un budget ambitieux qui doit nous permettre d’améliorer le cadre de vie des habitants en ce qui concerne la mobilité urbaine, le confort des routes, l’éclairage public et les enlèvements des ordures. Il faut que ce budget nous permette d’avancer et de construire les infrastructures dont la ville a besoin. Si nous voulons lutter contre les embouteillages, nous devons projeter la ville de Douala sur les 20-25 prochaines années. C’est un budget de performance qui sera le déclencheur final d’un certain nombre d’activités d’envergure. Nous recherchons activement les moyens de financement pour la mise en œuvre de ces projets», soutient le président du Conseil de communauté, Dr Roger Mbassa Ndine, maire de la ville de Douala. S’agissant de la salubrité, le préfet Benjamin Mboutou regrette le monopole du secteur par l’entreprise Hysacam, qui excelle dans le chantage. «Les employés d’Hysacam annoncent une grève la semaine prochaine, s’ils ne perçoivent pas leurs salaires de novembre. Si cette grève se tient, il suffira d’un seul jour pour que Douala devienne un tas d’immondices. La solution idéale serait la concurrence dans ce secteur. Hysacam agit avec nous comme bon lui semble», dixit Benjamin Mboutou.

Lire aussi:Dr Roger Mbassa Ndinè : «Vous serez jugés sur vos performances»

Il s’agira également durant l’année prochaine de construire la barge pour les liaisons avec l’île de Manoka, l’accélération des travaux de construction ou de réhabilitation des immeubles devant abriter  les services de la mairie de la ville, le renforcement du programme d’entretien des drains, la réhabilitation des espaces publics marchands…l’application des amendes pour toutes infraction sur la détérioration du décor urbain et sur l’environnement. «Le Conseil a insisté pour que l’arrêté qui porte application des amendes soit signé. Il le sera dans les prochains jours. Nous allons renforcer les effectifs de la police pour que les amendes soient appliquées sans faiblesse et nous feront en sorte que les habitants eux-mêmes assurent la propreté, la beauté et la sécurité de leur ville», poursuit le maire de la ville. Lui qui rêve d’un Douala baptisé «ville de la modernité, ville de  culture, ville numérique, ville propre».

Valgadine TONGA

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img
Articles Similaires
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here