A La UneDiplomatie

Conférence extraordinaire de la Cemac : la rencontre de tous les enjeux

0
Le sommet d’août 2021 des Chefs d’Etat de la Cemac convoqué par le président Paul Biya affiche les allures d’un rendez-vous mémorable.  

Le sommet d’août 2021 des Chefs d’Etat de la Cemac convoqué par le président Paul Biya affiche les allures d’un rendez-vous mémorable.  

Les Chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique Centrale (Cemac) débarquent au Cameroun sous peu. Des sources à la Cemac confirment l’information de la tenue de la Conférence des Chefs d’Etat de l’Afrique Centrale. Deux grandes rencontres vont d’ailleurs précédées cette conférence. Mardi 10 août 2021, se tiendra à Douala la session extraordinaire du Conseil des ministres de l’Union économique d’Afrique Centrale (Ueac). Mercredi 11 août courant, ce sera la tenue du Comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières de l’Afrique Centrale, Copil du Pref-Cemac.

Des rendez-vous pour s’armer en attendant la grande Conférence des Chefs d’Etat, convoquée par le Cameroun qui assure la présidence de la Conférence des Chefs d’Etat depuis 2018. Rien de précis ne filtre sur cette assise au sommet. Ce qu’on sait à cette heure, c’est que cette conférence sera extraordinaire. Aussi, elle est prévue entre le 15 et le 20 août 2021 à Yaoundé. L’omerta qui entoure la thématique et les enjeux de cette rencontre traduit la haute importance de cette rencontre. Cependant, la sous-région fait face à de nombreux défis qui laissent prédisposer de leurs discussions par les Chefs d’Etat.

Il y a d’abord la sempiternelle question du Franc Cfa. Faut-il en sortir ou pas ? Si oui, quelle formule monétaire implémenter pour que l’économie des pays concernés tiennent bon ? Dans une correspondance de juin 2021 intitulée Lettre de Réforme aux Chefs d’Etat et de gouvernements de la Cemac, ingénieur financier Camerounais Babissakana proposait tout un schéma approprié pour une monnaie «commune stable, et crédible pour l’Afrique Centrale».

Lire aussi :Colloque sur le Fcfa en zone Cemac : un pétard mouillé 

Le covid aura certainement une place à table des débats. Déjà que dans son discours du 16 mars 2021, à l’occasion de la Journée de la Cemac, le Président Paul Biya, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat, déclarait que «depuis l’apparition de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), nos habitudes ont été profondément bouleversées et les nombreux efforts consentis par les Etats pour un redressement économique mis à rude épreuve

Le sommet d’août 2021 des Chefs d’Etat de la Cemac convoqué par le président Paul Biya affiche les allures d’un rendez-vous mémorable.  

Sur le plan sécuritaire, les peuples du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo, du Gabon, de la Guinée Equatoriale et du Tchad, sont en proie au terrorisme, au grand banditisme. «L’instabilité en République Centrafricaine entraine des perturbations graves dans les échanges entre nos pays. Toujours au plan sécuritaire, grâce aux efforts conjugués des forces de défense de nos Etats, les actions terroristes de Boko Haram dans la zone du Lac Tchad sont largement maitrisées. De même, la crise socio-politique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun trouve des réponses appropriées qui augurent un retour progressif à la paix et à la cohésion sociale», relevait le président en exercice de la Cemac, Paul Biya.

Lire aussi :CNN et The Sentury : pour le chaos en Centrafrique

La sous-région est également confrontée depuis cette année, à des attaques ciblées sur leurs dirigeants, avec le soutien de puissances européennes. Le président Idriss Deby Itno, désormais de regrettée mémoire a été assassiné le 20 avril 2021. Récemment, ce sont les présidents Faustin-Archange Touadera de la Rca et Teodoro Obiang Nguema de la Guinée Equatoriale qui ont été victimes de tentatives d’assassinats, sans que la communauté internationale ne s’en émeuve.

Le taux de changes intracommunautaires de la Cemac est le plus bas au monde, soit de 3%. Les voisins de l’Afrique de l’Ouest affichent un taux d’échanges de 15%. Pour tenter de rattraper le gap, les Chefs d’Etat devraient également acter des décisions dans ce sens.

Valgadine TONGA

 

 

LA VOIX DU KOAT

Affaire Pad contre le consortium APM/Bolloré : victoire en haute mer pour Douala International Terminal

Previous article

Wisdom International : deux ans de grands travaux, ça se fête!

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une