- Advertisement -spot_img
AccueilCamerounSociétéCameroun : la Commission des droits de l’Homme appelle à une rentrée...

Cameroun : la Commission des droits de l’Homme appelle à une rentrée scolaire paisible

- Advertisement -spot_img

En faveur à la célébration de la journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques, la Commission des droits de l’Homme du Cameroun invite les terroristes à respecter le droit inflexible des enfants à l’éducation.

La cloche de la rentrée scolaire 2022 a retenti le 5 septembre au Cameroun. Les enfants et le corps enseignant ont regagné les salles de classe. Les plus petits sont accompagnés par leurs parents. Qui ne ménagent aucun effort pour assurer la scolarisation de leurs enfants. Leur stress est hélas décuplé, quand il faut conjuguer avec la psychose d’une éventuelle attaque terroriste. C’est le lot des parents et des enseignants dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NoSo).

A l’occasion de la journée internationale pour la protection de l’éducation contre les attaques, célébrée les 9 septembre, la Commission des droits de l’Homme du Cameroun (Cdhc), a tenu à rappeler aux terroristes, l’importance de l’éducation dans une société. Dans la déclaration signée du ministre plénipotentiaire hors échelle, Raphael Galega Gana, la Commission prend notamment appui sur le rapport 2022 de la GCPEA, Global Coalition to Protect Education from Attack. Intitulé ‘‘L’éducation prise pour cible 2022’’, le rapport qui s’étend sur l’année académique 2021-2022 classe le Cameroun parmi les 28 pays à travers le monde, où les attaques contre l’éducation ont été les plus récurrentes. Pire, le Cameroun fait partie des trois pays «lourdement affectés» par les conflits armés.

Lire aussi :Marginalisation : personnes malvoyantes, entièrement à part au Cameroun 

Depuis le début des attaques terroristes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le GCPEA note dans ses conclusions que «les groupes armés non étatiques ont continué à imposer le boycott de l’éducation par la violence à 700.000 enfants en âges scolaire. Ils ont aussi contraint plus des deux tiers des écoles de ces deux régions à fermer leurs portes.» Aussi, poursuit le rapport cité par La Commission, 60 écoles ont été fermées en octobre 2020 dans lesdites régions, du fait de l’insécurité ; plus de 65 écoles ont été attaquées au Cameroun ; 58 incidents au moins d’attaques sur des élèves et des enseignants ont été signalés.

La Cdhc relève pour sa part qu’environ 4797 écoles maternelles, primaires, et établissements d’enseignements secondaires sont restées fermées dans les régions en crise. Dans la région du Nord-Ouest, 51 enseignants et personnels administratifs du secondaire, ont été victimes d’enlèvements au cours de l’année académique 2021/2022, et 308 au total depuis 2018/2019, tandis que 22 enfants ont perdu la vie en 2021/2022 et 120 au total depuis 2018/2019.

Lire aussi :Accord militaire Cameroun-Russie : Twitter, le mur des lamentations de Tibor Nagy 

Sur la période 2021/2022 dans le Nord-Ouest, rappelle la Commission, des bandes armées ont attaqué et vandalisé cinq établissements d’enseignements secondaires. Il y a certes eu une baisse par rapport aux 428 établissements  attaqués entre 2018 et 2019, il y a toujours de quoi s’indigner. Le droit à l’éducation devrait s’appliquer sans faille, même en territoire de conflit. Raison pour laquelle la Commission que préside le Pr James Mouangue Kobila invite les bandes armées terroristes au NoSo et à l’Extrême-Nord, à «cesser immédiatement toute forme d’attaque contre l’éducation

Lire aussi :Abus et trafic de drogues : cannabis et tramadol, l’opium des jeunes au Cameroun 

Pour cette rencontre scolaire 2022, la Commission des droits de l’Homme du Cameroun souhaite un retour des classes en toute quiétude pour les élèves et le corps enseignants. La Commission se réjouit déjà de ce que dans les régions du NoSo, le nombre d’établissements fonctionnels soit passé de 70 entre 2019/2020, à 204 pour l’année scolaire 2021/2022. «La Commission salue les efforts et la bravoure des forces de défense et de sécurité qui, non seulement œuvrent à assurer la protection des établissements d’enseignement dans les zones sujettes à l’insécurité et aident à promouvoir ainsi qu’à garantir l’éducation en dispensant souvent eux-mêmes des cours aux élèves n’ayant plus d’enseignants civils.» Et d’inciter le gouvernement à «poursuivre et à intensifier ses efforts pour prévenir toutes attaques contre l’éducation», en cette période de rentrée scolaire.

V.T.     

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img