A La UneCulture

Bientôt dans les bacs… Armand Biyag volume 3

0
Révélé au grand public en 2010 à travers son premier album «Mut Binam» (l’être humain en langue Bassa), Armand Biyag met sur le marché discographique son troisième album, « Jam on the road).

Révélé au grand public en 2010 à travers son premier album «Mut Binam» (l’être humain en langue Bassa), Armand Biyag met sur le marché discographique son troisième album, « Jam ».  Il a été présenté aux médias, le mercredi 11 mai 2022 à l’Institut Français de Douala.

Sa voix suave et mélodieuse qu’accompagnent des belles sonorités patrimoniales comme il sait bien le faire, ne laisse personne indifférent. Ses prestations sont toujours de savoureux régal. Accompagné de ses acolytes de toujours, Epanya Otto Alain à la batterie, Patrick Tawambe à la bass, Parfait Bell à la guitare et Flobert Wanja au saxophone, Armand Biyag a une fois de plus fait étalage de tout son talent lors de la présentation aux hommes et femmes de médias, de son troisième album. Ces derniers ont eu droit à un avant-goût de ce chef-d’œuvre de 12 titres baptisé «Jam».

Lire aussi :Musique : Armand Biyag conte ses traces 

A en croire l’artiste, ce nouvel album est un savant mélange de rythmes, de vibrations et de sonorités d’ici et d’ailleurs. Des sonorités qui l’ont marqué au cours de ses nombres pérégrinations et son séjour  à la Cité des Arts de Paris, au contact des autres cultures et musiques du monde.

Lire aussi :Chanson française : quel ô mage !  

Ce troisième album est surtout un hommage à l’immortel saxophoniste Manu Dibango qui nous a quittés en mars 2020. Fidèle à ses thèmes de prédilection, l’artiste prône l’amour entre les êtres humains, le culte de l’effort entre autres.

Lire aussi :Discographie : Andy, Final D, Roger et Armand Biyag en Ré majeur 

Avant la sortie officielle de l’album en décembre prochain, le public aura droit à des spectacles de présentation “Jam on the riad” notamment vendredi, 13 mai 2022 à l’Institut français de Douala et le 19 mai 2022 à Yaoundé.

Blanchard BIHEL

 

LA VOIX DU KOAT

Barreau du Cameroun : Me Justice Ntocko Ebah, pour un barreau au cœur de la démocratie

Previous article

Dr. Jean-Marie Biada : «Seuls les promoteurs de ces crypto-monnaies font fortune. Les épargnants n’ont rien»  

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une