Droit d’auteur : des musiciens critiquent la gestion de Effoudou Mpande

0
Conduit par l’artiste Ledoux Marcellin, le collectif des associations et syndicat des artistes camerounais membres de la Sonacam, a organisé un mouvement de protestation pacifique ce jeudi 16 janvier, pour appeler à la destitution du président de la Commission de contrôle des organismes de gestion collective du droit d’auteur. Effoudou Mpande Gilles Ernest est notamment accusé de détournement. Après toutes les frustrations enregistrées lors de la répartition inter-sociale du 3 décembre 2019, pendant laquelle les artistes musiciens ont reçu les minables sommes de 25 000 FCFA chacun, la tension a...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

Conduit par l’artiste Ledoux Marcellin, le collectif des associations et syndicat des artistes camerounais membres de la Sonacam, a organisé un mouvement de protestation pacifique ce jeudi 16 janvier, pour appeler à la destitution du président de la Commission de contrôle des organismes de gestion collective du droit d’auteur.

Après toutes les frustrations enregistrées lors de la répartition inter-sociale du 3 décembre 2019, pendant laquelle les artistes musiciens ont reçu les minables sommes de 25 000 FCFA chacun, la tension a gagné en intensité dans le secteur de la gestion du droit d’auteur de l’art musical. Les accusations de toutes natures jasent et les artistes veulent voir plus clair sur la gestion de leur argent bloqué depuis des années à cause de ces interminables batailles juridiques, depuis l’époque de la Cmc avec Sam Mbende, de la Socam avec Odile Ngasca, jusqu’à la Sonacam aujourd’hui avec Sam Fan Thomas.

Le Collectif des associations et syndicat des artistes camerounais, qui regroupe en son sein plus d’une dizaine d’associations (parmi lesquelles le Mcgc de Ledoux Marcellin, le Comité des sages de la musique Camerounaise de Atangana Quelqu’un, l’Approvecam de Ngayemspir l’allumeur, le Mgc-Balafon de Désiré Olomo, ou encore l’Asaro de Majesty Pasto), a décidé de faire entendre sa voix. Ce jeudi, les membres du collectif ont manifesté devant l’immeuble siège de la Sonacam à Yaoundé. Ils dénoncent ce qu’ils appellent «basses manœuvres de déstabilisation du processus d’assainissement engagé dans le secteur de l’art musical».

Lire aussi :Droits d’auteur: accord parfait avec l’octroi d’agréments

Dans le chapelet des griefs, imputés au président de la Commission de contrôle des organismes de gestion collective du droit d’auteur (Ccogc) Effoudou Mpande Gilles Serges : la violation des textes sur la répartition des droits entre les différentes sociétés de gestion collective (Sociladra, Socadap, Socidrap, Sonacam…), l’immixtion régulière dans la gestion quotidienne des Ogc (Organisme de gestion collective), des forts soupçons de détournement de 40 millions de Fcfa lors des dernières répartitions, en plus des 617 millions dans le compte du trésor public, pour les droits de répartition, selon les précisions de Ledoux Marcellin. Des correspondances y relatives ont d’ailleurs été envoyées au ministre des Arts et de la Culture et au Premier Ministre.

Aujourd’hui, le collectif appelle le Président de la République à la rescousse. Et exige le limogeage immédiat et sans condition du Président, Effoudou Mpande Gilles Serge, qui « ne garantie plus la sauvegarde des intérêts des artistes musiciens camerounais», déclarent les manifestants.

Le Secrétaire permanent de la Commission de contrôle des organismes de gestion collective du droit d’auteur, Obama, est allé à la rencontre du Collectif, pour examiner dans le fond l’ensemble des revendications. D’un commun accord, une séance de travail a été programmée pour le lundi 20 janvier 2020 à 14h.

Alors que la société toute entière vibre et danse aux rythmes des décibels des artistes musiciens, ceux-ci tirent indéfiniment le diable par la queue. Vivement la fin de cette injustice.

Samuel BONDJOCK

LA VOIX DU KOAT

Figures : Ernest Ouandié et la responsabilité de l’histoire

Previous article

Guerre dans le NoSo : le Manidem appelle les sécessionnistes à un arrêt immédiat des hostilités

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *