Zakari Pekekue : «Offrir des occasions de développement des affaires dans le domaine de la finance islamique»

0

Titulaire d’un Phd, expert-comptable, Docteur en Sciences de gestion et enseignant-chercheur, Zakari Pekekue décline dans cet entretien, les contours du voyage d’études en finance islamique qu’il organise du 12 au 19 avril prochain à Rabat au Maroc.

 

Un voyage d’études en finance islamique. De quoi s’agit-il concrètement ? 

Dr Zakari Pekekue : Nous voulons donner l’occasion aux personnes et structures intéressées par ce moyen de financement de l’économie, d’une part, de mettre à jour leurs connaissances théoriques au travers d’un colloque et d’une conférence de haut niveau à l’occasion desquels sera fait l’état de l’art, et d’autre part de la finance islamique, de vivre la pratique de la finance islamique au travers de la visite de trois banques islamiques et de la bourse de Casablanca.

Dr Zakari Pekekue parlez-nous de la Finance islamique. Quelles sont les débouchées dans un environnement où les formations professionnalisantes sont généralement tournées vers des secteurs comme l’aéronautique, les transports ou mines et pétrole ? 

Dr Zakari Pekekue : La finance islamique est un compartiment de la finance éthique qui réunit les services financiers conformes à la loi islamique fondée sur des principes que sont : l’interdiction de l’intérêt, l’interdiction de l’incertitude, de la spéculation et des jeux du hasard, l’interdiction du financement des activités illicites au sens de la loi islamique (drogue, armement, alcool,…), le partage des pertes et des profits, l’adossement des investissements sur des actifs tangibles (économie réelle). La finance islamique a été créée au 20ème siècle en adéquation avec les principes de l’économie islamique. Elle se doit en théorie de respecter des principes religieux et moraux qui ne considèrent pas le profit comme le seul but. La finance islamique se doit donc de respecter des principes tout en conservant des objectifs de rentabilité. Tout comme elle applique des règles spécifiques à tous les segments de la finance, tels que l’épargne, l’investissement et le prêt. La mise en œuvre et le développement de la finance islamique qui est une alternative à la finance classique, offre des opportunités d’emploi dans le secteur bancaire, dans le secteur de la microfinance ainsi que dans le secteur des assurances.

Pourquoi le Maroc et pas le Mali, le Togo ou la Tunisie par exemple ? 

Dr Zakari Pekekue : Le premier voyage d’études que nous organisons a retenu comme destination le Maroc du fait, d’une part de l’expérience et du dynamisme du Maroc dans le développement de la finance islamique en Afrique (présence de plusieurs banques islamiques) et, d’autre part, par le fait que ce pays ait prévu pour l’année 2020 d’importantes activités scientifiques (colloques, conférences,…).

Lire aussi :Royaume du Maroc: le Prince Héritier Moulay El Hassan inaugure “Tanger Med 2”

Suffit-il d’être étudiant pour prétendre être du voyage ? Quelles sont les conditions à remplir ? 

Dr Zakari Pekekue : Non ! Ce voyage d’études concerne les opérateurs de secteur financier, les responsables des administrations et projets de développement, les enseignants, les chercheurs, les étudiants et toute personne intéressée par la problématique du financement de l’économie camerounaise. Pour faire partie de ceux qui voyagent, il faut détenir un passeport en cours de validité et payer ses frais de participation.

En quoi la participation au colloque international sur la finance islamique prévu dans le programme, est-elle importante pour les participants ? 

Dr Zakari Pekekue : La participation au colloque international sur la finance islamique est importante dans la mesure où elle permet aux participants de faire l’état de l’art de la finance islamique et de faire des rencontres qui peuvent leur permettre de développer des partenariats fructueux avec des scientifiques et des praticiens de haut niveau dans le domaine de la finance islamique.

Que répondez-vous à ceux qui estiment que ce voyage n’est ni plus ni moins qu’une opportunité pour les organisateurs de se faire plein les poches ? 

Dr Zakari Pekekue : Ce n’est pas le cas. Nous allons gagner de l’argent mais pas au travers des voyages de ceux que nous encadrons aujourd’hui. Actuellement, nous nous attelons à leur offrir des occasions de renforcement de capacité et développement des affaires dans le domaine de la finance islamique. C’est lorsqu’ils seront aptes et bien établis dans ce secteur que nous allons pouvoir gagner de l’argent avec eux en contrepartie des services que nous allons leur offrir en tant que spécialistes de la finance islamique.

De quelle crédibilité jouit Arc-Ismti, Iafig et Majalat consulting ? 

Dr Zakari Pekekue : Ce sont ses structures réputées et agréées au Cameroun (Arc-Ismti), au Burkina Faso (Iafig) et au Maroc (Majalat Consulting) qui ont fait leur preuve en matière de formation de courte et de longue durée dans leurs pays respectifs. Je sais que tout le monde a le moyen de le vérifier.

Propos recueillis par Daniel NDING

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More