Yvonne Buanenku : une réfugiée congolaise qui se meurt devant le Hcr

0

Bonapriso, quartier de la ville de Douala. Sur la rue Météo, des résidences cossues embellissent la vue. La fraicheur des fleurs qui poussent devant les maisons, atténuent la chaleur de ce samedi 2 février 2019. Tout est paisible. Des vigiles veillent au grain. Ne vit pas ici qui veut. C’est dans cette rue que le Haut Commissariat des nations unies pour les réfugiés, bureau de Douala, s’est établi. En face de son bâtiment, une dame est couchée à terre, devant une résidence. Il est 13h. Elle est profondément endormie. Une moustiquaire lui sert de bouclier anti moustiques et de couverture. Depuis trois mois qu’elle y passe ses nuits, à la belle étoile, au vu et au su du Hcr. Alors que nous entamons un échange avec elle, des responsables du Hcr sortent de leurs murs sécurisés pour nous dissuader dans notre travail. «Que faites-vous là avec cette femme ? Vous ne devrez pas lui parler sans nous consulter parce qu’elle est sous notre responsabilité et elle est malade. Elle délire, elle n’est pas normale», ressassent-ils. A la question de savoir si c’est donc ainsi que le Hcr traite ses «malades», ils rebroussent chemin. Toutes nos tentatives pour avoir plus d’éclaircis sur cette négligence du Hcr ont été vaines. «Ils ont dit qu’ils ne veulent pas vous recevoir», nous martèle le vigile, derrière sa baie vitrée.

C’est dans cette rue que le Haut Commissariat des nations unies pour les réfugiés s’est établi. En face de son bâtiment, une dame est couchée à terre. Il est 13h. Elle est profondément endormie. Une moustiquaire lui sert de bouclier de couverture. Depuis trois mois qu’elle y passe ses nuits, à la belle étoile, au vu et au su du Hcr. Alors que nous entamons un échange avec elle, des responsables du Hcr sortent de leurs murs sécurisés pour nous dissuader dans notre travail. «Que faites-vous là avec cette femme ? Vous ne devrez pas lui parler sans nous consulter parce qu’elle est sous notre responsabilité et elle est malade. Elle délire, elle n’est pas normale», ressassent-ils

Yvonne Buanenku est devenue réfugiée congolaise parce qu’elle disait craindre pour sa sécurité en République démocratique du Congo. Les autorités du Hcr l’ont abandonné à son sort, prétextant qu’ils étudient son dossier. Depuis des mois. Du haut de ses 54 ans, Yvonne est lasse. Le poids de l’âge, ajouté aux péripéties de son long voyage qui l’a conduit à Douala, la famine, les maladies…l’ont usée. Malgré cela, cette dame a trouvé un peu de souffle pour nous susurrer son histoire.

Pourquoi êtes-vous couchée ici, en pleine rue ?

Je suis Congolaise. Je viens de la province du Kasaï.  Il y a trois mois que le Hcr m’a demandé de déposer une demande d’asile, et je l’ai fait. Il m’a demandé d’aller attendre. Je n’ai nulle part où aller. C’est pour cette raison que je dors ici. Le Hcr m’a dit que c’est quand j’aurai un statut qu’il va me loger et me donner quelque chose. Je suis malade. J’ai la fièvre, des douleurs, des courbatures. J’ai une plaie au dos, ce qui me fait mal dormir. Avant je dormais devant le Hcr. Il pleuvait sur moi jusqu’au matin. Un jour, le Hcr a donné 1000Fcfa de taxi à un vigile pour qu’il me conduise chez une réfugiée centrafricaine. Après quelques jours, elle m’a renvoyée parce que je n’avais pas d’argent à lui donner pour qu’elle prenne soin de moi. Revenue au Hcr, on m’a dit d’aller attendre. C’est depuis ce temps que je dors ici. Lire aussi :Douala : Le torchon brûle entre les réfugiés et le HCR

Pourquoi êtes-vous partie du Congo ?

J’ai quitté le Congo parce que j’avais peur pour ma vie. J’étais maltraitée, séparée de ma famille. J’étais femme au foyer, mariée et mère de trois enfants. J’ai des petits enfants. Ils sont au Congo. Ma famille avait reçu l’interdiction de m’approcher. Je dormais dans les maisons de deuil, à la boulangerie… J’ai décidé de fuir pour le Congo Brazzaville. C’est de là que j’ai eu l’idée de venir au Cameroun. Ça fait très longtemps que je suis partie. Mes enfants me manquent beaucoup.

Comment faites-vous pour arriver au Cameroun ?

Je suis arrivée ici en octobre. J’ai traversé Wessou, Sokambo la frontière camerounaise. J’ai marché à pied sur 800Km. Quelques personnes m’ont aidé sur ma route en me portant dans leur véhicule, en me donnant un peu d’argent. Un imam m’a hébergé, m’a donné à mangé puis on m’a conduit à Bertoua I. La personne chez qui j’étais a pris mon sac et tout ce qu’il contenait. Je suis restée sans rien. J’ai marché jusqu’à Bertoua II où j’ai pu trouver à manger dans une église. J’ai repris la route pour arriver à Batouri. J’ai fait deux semaines pour arriver à Douala.

Qu’attendez-vous aujourd’hui du Hcr ?

C’est dans cette rue que le Haut Commissariat des nations unies pour les réfugiés s’est établi. En face de son bâtiment, une dame est couchée à terre. Il est 13h. Elle est profondément endormie. Une moustiquaire lui sert de bouclier de couverture. Depuis trois mois qu’elle y passe ses nuits, à la belle étoile, au vu et au su du Hcr. Alors que nous entamons un échange avec elle, des responsables du Hcr sortent de leurs murs sécurisés pour nous dissuader dans notre travail. «Que faites-vous là avec cette femme ? Vous ne devrez pas lui parler sans nous consulter parce qu’elle est sous notre responsabilité et elle est malade. Elle délire, elle n’est pas normale», ressassent-ils

Hcr, bureau de Douala.

Je ne peux pas retourner au Congo parce que je ne serai pas en sécurité. J’ai beaucoup souffert. Tout ce que je demande c’est un endroit où je peux être en paix. C’est le Hcr qui s’occupe des réfugiés. J’attends qu’il s’occupe de moi parce que le Cameroun n’est pas mon pays.

Vous avez suivi comment les responsables du Hcr vous ont traité de malade mentale. Pourquoi l’affirment-ils ?

Je ne sais pas. Peut-être parce que je suis sale et je dors à la belle étoile. Je suis bien normale, même si tous mes vêtements sont déchirés. J’ai une blessure au dos. Un monsieur qui passait un jour dans sa voiture a pris pitié de moi et m’a transporté à l’hôpital. On m’a prescrit des médicaments. Il m’a demandé d’attendre qu’il ait de l’argent pour les acheter, et il m’a ramené ici. Depuis, il n’est plus passé.

C’est le Hcr qui vous nourrit ?

Non. Le Hcr ne me donne rien. Je souffre pour boire de l’eau. C’est les passants, souvent les voisins qui me donnent à manger.  Certains me permettent souvent de prendre une douche chez eux.

Entretien avec Valgadine TONGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More