Administration : Service public a l’épreuve de la qualité (Suite)

0

Dans la précédente chronique, nous avons évoqué la qualité du service dans l’administration camerounaise, pour constater avec les plus hauts fonctionnaires encore en poste que le service public dessert les intérêts de l’Etat à tous les niveaux, tandis que les intérêts individuels étaient protégés. Et tant que cette situation durait, les normes élaborées et proposées pour l’évaluation ne seraient que des coups d’épée dans l’eau, ou plus exactement des moyens de plus pour poncer les caisses de l’Etat comme ce fut le cas pour le Sigipes I et II.

L'impunité perdure. Pas étonnant qu’à la fin, plus on lutte contre la corruption, plus il prend corps, et la qualité du service de plus en plus médiocre

Roland Tsapi.

En réalité, le nœud du problème c’est l’impunité. Le système est fait de sorte que l’on sache toujours où est la faute, qui l’a commise, comment et avec quelle complicité. Mais au lieu d’appliquer une sanction exemplaire, l’on ouvre plutôt un enquête pour soit disant établir les responsabilités, comme si dans une structure, un service ou un département il y avait autre responsable que le chef.

Faisons un arrêt sur  la corruption dans les services. Après avoir longtemps cherché les preuves de l’existence de ce fléau dans l’administration, le président Paul Biya a créé par décret nº 2006/088 du 11 mars 2006 la Commission nationale anticorruption, en abrégé Conac, en remplacement de l’Observatoire national des élections, dissoute. La Conac  devient opérationnelle le 15 mars de la même année, avec la nomination de son premier président Paul Tessa, de regretté mémoire. Ses missions sont nombreuses, qu’on pourrait simplement résumer en la lutte contre ou pour la corruption c’est selon l’angle de vue. Dans l’exécution de cette tâche, l’organisme fait le tour des services publics quand les moyens lui permettent, et encourage chaque ministère et autre institutions publiques comme les hôpitaux à installer en leurs seins des cellules de lutte contre la corruption. Même comme ces cellules sont plutôt devenues des nids supplémentaires de corruption. Cet organisme a par ailleurs élaboré depuis 2010 un document de 227 pages intitulé Stratégie nationale de lutte contre la corruption. Ce document devait mettre l’accent sur les secteurs du Budget d‘Investissement Public et des Marchés Publics, de la Décentralisation, de l’éducation, de l’Environnement et Forêts, des mines et des industries extractives, de la Santé publique, des Transports et enfin des Finances qui englobe la Douane, Impôts et le trésor. Cette stratégie devait s’étendre jusqu’en 2015.

Plus on lutte contre le fléau, plus il prend corps

Si dans le classement 2015 des pays le plus corrompus, le Cameroun est passé à la 19ème place au niveau africain et à la 33ème place au niveau mondial, ce qui est perçu comme une amélioration, cela ne se ressent pas à l’intérieur, d’après la perception des usagers. Chose surprenante en plus, il y a des ministères qui font tout pour empêcher la lutte contre la corruption en leur sein. C’est en tout cas, ce qu’a relevé   Dieudonné Massi Gams le 29 décembre 2016 à Yaoundé, lors de la présentation du Rapport sur l’état de la lutte contre la Corruption au Cameroun en 2015. Selon lui, 11  départements ministériels ont refusé de coopérer durant l’année 2015 dans la recherche des indices de corruptions. Parmi ces ministères, celui de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, arrive en tête. Suivi du ministère de la Défense, du ministère des Relations extérieures, du ministère des Finances et du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Il y a également le ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, le ministère de l’Eau et de l’Energie, le ministère des Transports, le ministère des Sports et de l’Education physique, le ministère des Affaires sociales et le ministère de la Communication. Massi Gams a expliqué que cet état de choses déplorable tient tantôt à l’inexistence formelle des cellules de lutte contre la corruption dans ces Instituions, tantôt à leur léthargie là où elles existent. Et de finir par rappeler à tous les patrons de ces départements ministériels que  « la lutte contre la corruption n’est pas facultative. Il s’agit d’un engagement fort du Chef de l’Etat et par conséquent, les différents segments de la société camerounaise tout entière sont chargés de son implémentation ».

Sauf qu’après ces discours, les choses sont revenues à la normale. Pas de réaction du Président de la République. Depuis 2015 que des ministres ont publiquement été accusés de faire des blocages à la lutte contre la corruption, ils n’ont pas été inquiétés. L’impunité perdure, et quand les employés d’un ministère savent que leur patron va faire obstruction quand la Conac frappe à la porte, ils se sentent protégés et encouragés dans la pratique. Pas étonnant qu’à la fin, plus on lutte contre le fléau, plus il prend corps, et la qualité du service public de plus en plus médiocre. Quand on se souvient qu’il y a moins d’un mois en France, Emmanuel Macron a retardé la publication de son gouvernement de 24 heures pour être sur que ses ministres ne traînent pas des casseroles, et que chez nous les ministres en poste empêchent les missions de contrôle et restent en place, on comprend que le chemin est encore long. Tant que l’impunité restera, les corrompus et les fonctionnaires véreux vont continuer à narguer les usagers avec ce proverbe africain, d’après lequel « le coassement des grenouilles n’empêche pas l’éléphant de boire. »

 Roland TSAPI, Journaliste

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More