Musique : La guerre des groupes dans le kaléidoscope culturel local

0

 Musique : La guerre des groupes dans le kaléidoscope culturel local

L’histoire de la division des groupes n’est pas un phénomène social imputable exclusivement à des entités de théoriciens et de praticiens de l’art musical. En effet, c’est une réalité inhérente à la structuration des organisations, des entreprises, des administrations et de tout autre secteur de travail. Au commencement, deux acteurs sociaux se réunissent et forgent un groupe, dont les objectifs, les principes normatifs, les stratégies et les moyens d’actions sont élaborés dans le dessein de faire germer les fleurs de la réussite sociétale. Le chronogramme d’activités et les attentes sont, de surcroît, adossés à cette orientation vitale.

En jetant un regard holistique sur la vie des artistes-musiciens d’ici et d’ailleurs, moult groupes se sont formés et se sont disloqués progressivement au gré des intérêts divers, du jeu de prise de positions et des stratégies de positionnement des acteurs. Si à l’extérieur du triangle national, les cas de “Destiny child”, et des “Spice girls” sont fort évocateurs en terme de fissure, à l’intérieur du champ culturel ambiant, chancelant et paupérisant, les exemples des “Sans visas de Petit Pays”, du club Sagath, de Sergio et Djohreur, de Bantu clan, de Bantu Possi, des 2 Kitu, du quartier “Poto poto” de K-tino, des “lésés de la capitale” sont, entre autres, des indicateurs patents matérialisant, à quelques exceptions près, la crise, voire la guerre des groupes, dont l’impact social s’est avéré préjudiciable pour la plupart. Les signes de solidarité, d’affectivité, de générosité et d’amour de soi et d’autrui, très souvent observés initialement, ne présagent jamais l’atmosphère conflictualiste et belliciste qui survient quelques années plus tard.

Signes précurseurs

Lorsque les “Sans visas de Petit pays” furent fondés avec des figures de proue connues de l’espace musical camerounais, personne n’osait croire, une fourchette d’années plus tard, à la fissure du groupe et à la construction du clan des “Sans avis”. Clan auquel des stéréotypes péjoratifs avaient été attribués à l’époque. Généralement, les signes précurseurs de la guerre entre les artistes-musiciens transparaissent dans les sonorités agrémentant leur album. Histoire de châtier, d’étiqueter et de railler ce qu’ils considèrent, d’ores et déjà, comme de “nouveaux ennemis”. A ce giron réflexif, l’enfer, ce sont les autres pour reprendre l’argument existentialiste sartrien. Adolphe Claude Moundi est, d’ailleurs, celui qui, après le départ de Sami Diko, Xavier Lagaff, Samantha, Pakito, etc, sera le premier à les qualifier de “mauvais anges qui sont chassés du ciel”. L’enjeu d’une telle guéguerre nourrie dans des morceaux consiste, pour ainsi dire, à marquer la rupture entre ces désormais transfuges jugés “déviants” et les fidèles qualifiés de “conformistes”, qui restent arc-boutés et subordonnés au leader parfois autocratique, bolchévique, autoritariste et pouvoiriste.

Entre ombres et lumière

L’on se souvient, dans la même veine, dans le passé, la passe d’arme orale entre Sergio et Djohreur, les concepteurs du “Mari d’autrui est sucré”, qui s’étripaient par médias interposés. Alors que l’un se bombait le torse, en clamant, haut et fort, qu’il fait la force du groupe grâce à son timbre vocal fort langoureux, l’autre magnifiait, avec pondération, sa puissance à travers les compositions. Le point de chute de ces échauffourées symboliques fut inéluctablement le clash, entrainant l’un et l’autre dans une aventure en solitaire. Quiconque sait, pertinemment, ce que “le Président de Deido à Paris” et “Mbanu Taiga” sont devenus plus de deux décennies après. Entre ombres et lumière c’est ce à quoi ressemble un tel scénario assorti de la division.

D’autres groupes tels que Bantu clan et Bantu Possi n’avaient pas su capitaliser et rentabiliser les premiers succès de leur album au point où ils se sont estompés et effrités dans l’arène culturelle comme des étoiles filantes. Au demeurant, la haine, la jalousie, la rivalité, l’argent, les velléités individualistes, les dissensions interpersonnelles, les femmes, l’expression du pouvoir, de l’autorité et de l’influence de égo sur alter sont, sans conteste, des déterminants sociaux de la division et de la guerre entre les groupes. Toute chose qui, imperturbablement, débouche sur des rancœurs fratricide et morbide.  Mais pour quel dessein au demeurant? A chacun d’en juger!

Serge Aimé Bikoi, Journaliste indépendant et Sociologue du développement

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More