Princesse Tatie : le renouveau

0

Pour ses dix ans d’existence, cette marque du groupe Somdiaa s’est vêtue de nouvelles parures.

Dix ans. Née en 2009 au Cameroun, Princesse Tatie fête ses noces d’étain. Le groupe Somdiaa auquel appartient la marque de sucrerie a mis les petits plats dans les grands. Princesse Tatie a fait une cure de jouvence, de la signature au logo en passant par les caractéristiques du packaging. Si hier Princesse Tatie sucrait les vies, aujourd’hui elle s’affirme comme «le grand sucre des petits bonheurs». Le logo dévoile une figurine à cheval entre le traditionnel et le moderne.

Quid des emballages ? Les caractéristiques sont quasi similaires, sur les différentes formules (sucre blanc et roux, granulé ou morceaux). Sont notamment inscrits, les informations nutritionnelles, une adresse mail pour entrer en contact avec l’entreprise, le logo. «Il n’y a pas profondément de modification du sucre. C’est la rénovation de la marque. On ne peut pas faire abstraction de ce qui s’est passé pendant dix ans et tout effacé. On modifie juste l’univers de la marque. C’est de nouveaux packagings, d’avantages informations pour que le consommateur soit vraiment orienter, qu’il sache se qu’il consomme. C’est aussi d’avantage, la réaffirmation d’un engagement sur la qualité du sucre qui est proposé», explique le directeur commercial de Sosucam, Jean François Ntsama.

Lire aussi : Entreprise : Sosucam sucre les conditions de travail de ses employés

Devant la presse et quelques partenaires réunis autour d’un sweet brunch à Douala ce vendredi 6 décembre 2019, le directeur commercial avoue que les retouches sont une réponse aux sollicitations des clients : «Nous avons écouté les consommateurs pendant dix ans. Leurs exigences ont évolué. C’est le bilan de ces exigences qui a donné naissance à la rénovation. La marque Tatie est l’expression d’un savoir-faire sucrier, d’une maîtrise des marchés, d’une maîtrise de la qualité, d’une offre variée.» Que Princesse Tatie connaisse une embellie aujourd’hui ne signifie pas que la note sera salée. Les prix restent inchangés.

Présente dans six pays d’Afrique, Tatie c’est 100% sucre de canne. «La consommation par an par habitant de sucre au Cameroun est de 8,5Kg je rappelle Dans les pays occidentaux elle est de 35. Ça veut dire qu’on a encore une marge de manœuvre. Nous avons tous les besoins journaliers en apport calorique, et donc en sucre. C’est une nécessité nutritionnelle, sinon on tombe malade», conseille Jean François Ntsama.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire