Présidentielle 2018 : Elecam, le bouc émissaire des errements du gouvernement

0

Déjà mis à mal sur des questions de légalité, Elecam est encore interpellé sur les dégâts causés par la crise anglophone et qui affectent considérablement le bon déroulement du vote. Une vrai patate chaude entre les mains de l’organe qui seule doit garantir la crédibilité du vote.

Le désintérêt des Camerounais pour la politique est devenu presqu’incurable. Politique étant entendu comme tout ce qui a trait aux élections, locales ou nationales. A ce sujet, les taux d’abstention en pourcentage sont assez éloquents

Dans un bureau de vote à Douala.

Organiser des élections fiables, crédibles et acceptées de tous est le grand défi qui attend Elections’ Cameroon le 07 octobre prochain. En fait, étant légalement l’organe en charge de ses élections, c’est à lui que viendra la responsabilité de gérer les insuffisances et tous les torts causés par la crise anglophone. Aux cours de sa réunion du comité exécutif tenue le 28 juillet à Bamenda, le Social Democratic Front demande par exemple à Elecam d’ « informer les Camerounais quand il est encore temps sur les solutions qu’il a prises pour résoudre le problème de vote des déplacés internes et des réfugiés. » Il faut dire que dans ce contexte de crise, l’organe que dirige Erik Essouse a en réalité des problèmes, et pas des moindres, étant appelé à gérer toutes les conséquences des dégâts causées jusqu’ici et qui affectent le bon déroulement du processus électoral.

En mal avec la loi

La complexité de la tâche des membres de Election’s Cameroun tient d’abord de leur légalité. D’après l’article 12 alinéa 7 du Code électoral camerounais, «  les membres du Conseil électoral  sont soumis à l’obligation de déclaration de leurs biens et avoirs. » Ce qui n’a jamais été le cas jusqu’ici ni du président du Conseil électoral, ni du Directeur général de l’organe. Les critiques sont dès lors fondés à dénoncer leur crédibilité, car non seulement leur neutralité et leur probité morale est mise en doute, mais aussi ils ne se sont jamais pliés à toutes les exigences de la loi. Parlant de la probité morale, l’on se souvient que l’ancien directeur Général de Elecam Abdoulaye Babalé a été suspendu par le Conseil Electoral en mai dernier, justement pour «gestion opaque et calamiteuse des ressources humaines et financières d’Elecam», entre autres. De même, d’après l’article 21 alinéa 2 du Code électoral, en cas de vacance du poste de Directeur Général ou de Directeur Général Adjoint des Elections, il est procédé au remplacement de ceux-ci selon la procédure décrite à l’alinéa 1 ci-dessus, pour la durée restante du mandat.

En s’en tenant au respect strict de cette disposition, Erik Essouse nommé en remplacement d’Abdoulaye Babale, devait d’abord achever le mandat de son prédécesseur, quitte à être confirmé à son poste par la suite. Or Abdoulaye Babalé a été nommé en juillet 2015, et limogé en mai 2018, soit 3 ans après. Le mandat du directeur général d’Elecam étant de 5 ans, Erik Essouse devait être nommé pour terminer les deux ans restant de Babalé, mais il a été nommé pour 5 ans alors qu’il prenait un mandat en cours déjà entamé par un autre.

Déjà mis à mal sur des questions de légalité, Elecam est encore interpellé sur les dégâts causés par la crise anglophone et qui affectent considérablement le bon déroulement du vote.

Erik Essouse.

Les électeurs éparpillés

Au niveau de l’opérationnalité, la crise anglophone a jusqu’ici laissé des séquelles qui sont comme une patate chaude entre les mains d’Elecam, et c’est dessus que l’organe est interpellé par le Sdf. L’article  70 du Code électoral, alinéa 1, précise que «les listes électorales sont établies et tenues au niveau de chaque commune. Une liste électorale est également établie pour chaque bureau de vote. » Or à ce jour, près de 120 000 Camerounais, qui jadis habitaient les localités  de NGog Etunja, Batibo, Ndop, Kumbo, Mamfé, pour ne citer que ces quelques-unes, ont abandonné leurs domiciles pour se retrouver sur les flancs littoral et ouest du pays pour les uns, et au Nigéria pour les autres. Parmi eux, beaucoup s’étaient inscrits sur des listes électorales.

Incapable de rentrer dans leurs localités aujourd’hui, encore que les édifices publics sont systématiquement mis à sac, ces déplacés sont désormais sans repère et ne peuvent voter, surtout que ce même code électoral stipule en son article 73 alinéa 1 que « Nul ne peut être inscrit sur plus d’une liste électorale ou plusieurs fois sur la même liste. » Et même si par extraordinaire l’on devrait invoquer l’article 72 alinéa 1 qui dit que  « a liste électorale comprend tous les électeurs inscrits résidant dans la commune depuis au moins six (06) mois »,  pour permettre aux déplacés de s’inscrire sur une liste, l’on serait stoppé net par la disposition qui suspend les inscriptions dès la convocation du corps électoral.

Les gènes de la contestation postélectorale

En définitive, les déplacés internes et les exilés sont aujourd’hui exclus du vote. Et l’on peut aisément comprendre l’interpellation du Sdf pour savoir quel est le sort réservé à ces déplacés, car ils constituent sans nul doute un électorat à priori acquis à la cause de ce parti, dont l’influence est plus perceptible dans ces zones anglophones. L’une des missions de l’organe étant de créer des conditions favorables pour que tous les citoyens puissent voter, la tâche devient ardue pour lui. Il doit aujourd’hui gérer les conséquences de la crise anglophone dont il est lui-même victime, ayant vu ses locaux vandalisés dans ces zones. Lors des dernières élections sénatoriales, Elecam a été obligé de déplacer certains bureaux de votes dans ces régions, et de transporter par hélicoptères les conseillers municipaux pour les convoyer vers les centres de votes. Mais là c’était relativement facile, le collège électoral étant connu et localisé. Cette fois il s’agit d’une élection générale, et il serait fastidieux que les populations retournent par milliers dans leurs localités d’origine juste pour voter, ce qui ouvre des voies à des fortes contestations post électorales. Sur ce coup Elecam est aujourd’hui dos au mur, obligé de jouer les sapeurs-pompiers dans une crise dont les dégâts affectent décidément tous les aspects de la vie nationale, même comme on peut constater qu’il est obligé de se débrouiller pour replâtrer les blessures causées par les hésitations du gouvernement dans la gestion de la crise.

Roland TSAPI

 

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More