Mora-Dabanga-Kousseri : Nganou Djoumessi sur les routes du Grand Nord

0

La descente du ministre des Travaux publics du 17 au 20 juillet 2019,  vise à redynamiser les entreprises adjudicataires, dans la poursuite des travaux, en dépit des actes de la nébuleuse Boko haram.

Dans le cadre du développement des infrastructures routières pour l’émergence et la croissance du Cameroun, le ministère des Travaux Publics, a lancé un certain nombre de grands chantiers structurants dans la région de l’Extrême-Nord. Ils peinent à s’achever, à cause de la situation sécuritaire qui prévaut dans cette zone du pays, avec les attaques sporadiques de la secte terroriste Boko Haram. Il s’agit notamment des travaux de reconstruction de la route nationale N°1, sur sa Section Mora-Dabanga-Kousseri. Réalisée en régie par le Génie Militaire, cette route est longue de 205 km. Il s’agit également de la route Maroua-Bogo, soit 40 km, réalisée par l’entreprise Sner (Société Nouvelle d’Etudes et de Réalisation) ; sans oublier la réhabilitation de la route Maroua-Mora ; 61,430 km, exécutée par le Groupement Etep/ Sotcocog.

Pour la première route, les difficultés du Génie Militaire sont dues au retard dans la mise à disposition des fonds, les conditions sécuritaires fragiles avec les attaques éparses, les coûts très élevés des locations des équipements des prestataires locaux à cause de l’insécurité… Si le niveau d’avancement des travaux de la route Maroua-Mora sont à 33%, c’est parce que l’entreprise Sner déplore le faible niveau de production des granulats ; et la non militarisation du chantier. Quid des travaux de la route Maroua-Bogo ? Malgré les contraintes sécuritaires, le chantier est néanmoins rendu actuellement à 41,91% de taux d’avancement global, en attendant la libération des emprises et le paiement des indemnisations des riverains.

Emmanuel Nganou Djoumessi, s’est dit satisfait du courage, de la détermination et de la persévérance des entreprises mobilisées pour l’avancement et l’achèvement des travaux dans les délais contractuels, tout en leurs garantissant l’accompagnement sans faille du gouvernement. La visite de travail fait suite aux assurances données par le gouvernement, aux émissaires de la Banque Mondiale, co-partenaire financier de ces projets dans le grand Nord. Ces projets s’inscrivent dans l’amélioration des conditions de transport à la fois sur le corridor Douala-Ndjamena, mais aussi sur le réseau routier national, mis en œuvre par le Plan d’Urgence Triennal.

S.B.

Share.

About Author

Leave A Reply