Mondial féminin : la barre était trop haute pour les Lionnes

0

Supérieure techniquement et plus réaliste devant le but, la sélection anglaise s’est défaite des pouliches d’Alain Djeumfa (3-0) qui quittent la compétition ce dimanche, lourdement désavantagées par l’arbitrage.

Nchout Njoya Ajara pleure à chaudes larmes et n’a que cure des centaines de caméras qui sont braquées sur elle. Marie Aurelle Awona tente de la consoler en lui lançant quelques mots de réconfort. Michaela Abam aussi. Mais c’est peine perdue ! Le flot de ses larmes ne tarit pas. L’image suscite de la compassion. Double buteur contre la Nouvelle-Zélande jeudi dernier (2-1) l’attaquante des Lionnes indomptables n’a pas eu de chance cet après-midi. Tout comme sa compatriote et coéquipière, la capitaine Aboudi Onguéné, qui est soutenue par Estelle Johnson et Augustine Edjangue au beau milieu de la pelouse du stade de Valenciennes. C’est à peine si elle ne s’écroule pas. La douleur de cette élimination semble l’étrangler.

Alain Djeumfa, lui, n’a pas eu le temps de se remettre de ses émotions. L’heure n’est pas aux regrets. Le sélectionneur court dans tous les sens pour tenter de calmer la quasi-totalité de son équipe inconsolable. La sélection nationale féminine est en deuil ce dimanche. Destin cruel pour un groupe qui pensait réaliser l’exploit et faire mieux qu’au Canada il y’a quatre ans. Le duel des félines en huitième de finale du Mondial féminin, a tourné court entre l’Angleterre et le Cameroun. Sous les yeux de la légende Samuel Eto’o, les Anglaises ont vite compris qu’elles n’auraient pas à forcer leur talent pour vaincre une équipe camerounaise trop limitée.

Lignes défensives

Avec une victoire sur la marque de 3-0, elles se préparent à affronter la Norvège jeudi 27 juin prochain au Havre en quart de finale, et doivent être satisfaites de ne pas avoir puisé dans leurs réserves. Le premier but survient suite à un centre en retrait qu’Edjangue remet à sa gardienne, laquelle s’en empare à la main. L’arbitre siffle un coup franc indirect sur la ligne des 5,5 mètres que la capitaine anglaise Steph Houghton transforme en force (1-0, 15e). Le second intervient quand Ellen White se glisse entre les lignes défensives du Cameroun pour battre Annette Ngo Ndom. Un hors-jeu est d’abord signalé avant que l’arbitre chinoise Liang Qin n’accorde le but (2-0, 45e+4). Pour saler l’addition, les Three Lions marquent un troisième but par Alex Greenwood, seule au point de penalty à la reprise d’un corner (3-0, 58e). Toutes les tentatives des Lionnes resteront vaines.

Comme en 2015…

La messe est dite. Le miracle camerounais ne s’est pas produit. Comme en 2015, le Cameroun sort de la Coupe du monde en huitième de finale, alors que son objectif était de passer un tour de plus. Le constat est froid et sans appel : Aboudi et ses camarades ont montré trop de faiblesses durant leurs quatre matchs, et de manière plus criante encore face à l’Angleterre, pour prétendre intégrer les huit meilleures nations mondiales. Même si Nchout Ajara fustige l’arbitrage : « Tout le monde est témoin de ce qui s’est passé. L’arbitrage nous a frustrés. Depuis notre premier match contre le Canada, on se plaint de l’arbitrage. Le premier but nous a démoralisés mais on ne sait pas découragé. J’ai marqué on a refusé je ne sais pas pourquoi. C’est le foot. Mais je suis contente de mes coéquipiers on a fait un bon boulot… »

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply