Leadership politique : Les Camerounais à la recherche d’un modèle

0

28 ans déjà que le pluralisme politique a été réinstauré au Cameroun, mais les Camerounais n’arrivent toujours pas à se faire une idée exacte d’une personnalité politique qui fédère toutes les opinions et se positionne comme une véritable alternative. Les nouvelles figures montantes vont-elles tirer les leçons du passé et proposer une meilleure offre ?

Les supputations sur le prochain président de la République vont bon train désormais. A la vérité, en dehors du président sortant, il est difficile de dire que tel candidat est en ballottage favorable dans l’opinion, comme c’est souvent le cas dans d’autres pays. La raison est que depuis l’avènement du multipartisme au Cameroun en 1990, aucun leader politique ne s’est positionné de manière constante dans l’opposition en restant fidèle à ses positions. Lesquelles pouvaient avec le temps devenir sa marque de fabrique, ce qui lui aurait permis de recruter dans la durée de plus en plus de militants, et être 28 ans après, une référence facilement identifiable. Mais au lieu de cela, le peuple camerounais n’a eu droit qu’à des hommes politiques aux positions instables, qui changent de direction aussi facilement qu’une girouette à la merci du vent. Quelques exemples.

27 ans après la construction de plusieurs formes d'alliances politiques, aucune coalition d'organisations politiques n'a pu conquérir le pouvoir

John Fru Ndi.

Le Social democratic front de John Fru Ndi est l’un des partis qui était aux avant-postes au début. Le désir de changement avait alors drainé les foules derrière ce parti qui incarnait pour elles l’alternance. Mais en quelques années l’inconstance de ce parti dans ses prises de positions est devenue déconcertante. D’abord en mars 1992, le parti de John Fru Ndi boycotte les élections législatives et municipales, au prétexte que les lois régissant les élections au Cameroun ne sont pas bonnes. On s’attend à ce que le parti se positionne comme le défenseur acharné des textes  et milite pour le toilettage.  Mais contre toute attente, Fru Ndi se présente à l’élection présidentielle qui a lieu  7 mois plus tard, le 11 octobre de la même année, avec les mêmes textes. Ensuite, 5 ans plus tard, en 1997, le Sdf participe aux élections municipales et législatives organisées avec les mêmes lois.  Sans que ceux qui avaient placé leur confiance en ce parti ne sachent pourquoi ce revirement. Plus grave encore, Fru Ndi boycotte cette année-là l’élection présidentielle, évoquant toujours la médiocrité des textes, pourtant les mêmes textes avaient régi les présidentielles 5 ans plutôt et il était candidat.

Cette danse Bafia du Chairman commence à semer le doute dans l’opinion, qui voit désormais en lui un homme politique hésitant et inconstant. Depuis lors, sans que rien ne change dans la loi dans le sens de l’amélioration, le Sdf a été présent à toutes les élections municipales, législatives, sénatoriales et présidentielles. Plus grave encore, avant l’élection présidentielle de 2011, Fru Ndi avait d’abord lancé un mot d’ordre appelant les militants et autres à ne pas s’inscrire sur les listes électorales, pour revenir sur cette décision deux mois avant la clôture de ces listes. Cette année-là, Fru Ndi n’avait cessé de dire qu’il n’y aura pas d’élections au Cameroun avec Elecam. Il expliquera ce revirement aux médias en disant qu’il a finalement tenu compte de « l’intérêt supérieur de la nation ». L’évolution de l’organe en charge de l’organisation des élections, de l’Onel à Elecam, ne pouvait non plus justifier ce refus-acceptation des élections au fil des années, puisque cet organe reste contesté aujourd’hui.

Une bombe à fragmentation

Le parti de Bello Bouba Maigari a tenu une réunion de clôture de la campagne électorale, mercredi 21 mars 2018 à Yaoundé. La tête de liste de l' Undp

Bello Bouba Maigari

Un autre parti qui a inspiré espoir dès 1991, est l’Union national pour la démocratie et le progrès (Undp). Lancé par feu Samuel Eboua, il draina surtout les foules de la partie septentrionale du pays, présenté comme le parti des ahidjoistes, avec Bello Bouba Maïgari tirant les ficelles dans l’ombre, alors qu’il était encore au Nigéria où il s’était exilé après le coup d’état de 1984. La mainmise de ce dernier sur le parti se confirmera d’ailleurs dès son retour au pays, quand il organisera un congrès à Garoua pour éjecter Samuel Eboua du parti et reprendre les rênes. Il ne tardera pas non plus à diluer les idéologies du parti dans une alliance avec le parti au pouvoir, avec en prime un poste permanent de ministre d’Etat. Plus de possibilité pour les militants de savoir exactement ce qu’il défend, quelle est son idéologie, à quoi renvoie l’Undp comme on peut dire avec exactitude en France que le Front National renvoie à la défense farouche de la nationalité. Comme Fru Ndi, Bello Bouba ne peut être cité comme référence politique.

Quant au parti historique l’Union des Populations du Cameroun, on dirait que ce parti a simplement été frappé par une bombe à fragmentation. Le parti a tellement de factions que l’on se perd, et il est déjà entré au gouvernement sous plusieurs couleurs, représenté soit par Henri Hogbe Nlend, soit par feu Frédéric Augustin Kodock. Qui avait justifié son alliance par cette formule devenue célèbre «quand on se noie on s’accroche à tout, même à un serpent. » Aujourd’hui, la faction représentée à l’Assemblée nationale, vient par la voie de son secrétaire général, le député Robert Bapooh Lipot, d’accorder tout son soutien au candidat du Rdpc. Une autre faction radicale, dite l’Upc des fidèles, présidée aujourd’hui par Albert Moutoudou, continue de lutter contre le néocolonialisme, mais sa voix tarde à porter devant la confusion créée par les luttes intestines qui ont fini par mettre le parti en lambeaux. Aucun modèle à regarder ici non plus. Ekane Anicet avec le Manidem n’a pas convaincu non plus, ni Garga Haman Adji avec l’Add

Intelligence avec le pouvoir

Ce fut alors l'entame de la dynamique de captation des prétendus leaders et opposants dans le régime en place. Alors que Issa Tchiroma Bakary et Amadou Moustapha

Dakole Daissala

On peut parler de l’Union démocratique du Cameroun, l’Udc de Ndam Njoya principalement  confiné dans le département du Noun, avec un leader aux théories incomprises, trop intellectuel pour le Camerounais moyen. On peut parler du Mdr de Dakolé Daïsala aujourd’hui absorbé par le Rdpc, ou du Fnsc de Issa Tchiroma  noyé dans le pouvoir, pour ne citer que quelques-uns. Ainsi, toutes les figures politiques  révélées depuis 1992 se sont toutes compromises. Elles n’ont pas été à la hauteur de construire une idéologie fédératrice comme on a vu pour Nelson Mandela en Afrique du Sud par exemple.

La paysage politique camerounais est devenu à la fin une mare à crabes, sans un  modèle de leader charismatique en mesure de drainer les foules, incarner une idéologie et la défendre. Un leader fidèle à ses positions, qui ne change pas d’idées et d’arguments au fil des années et au gré de propositions alléchantes du pouvoir. Un pouvoir qui est dans son rôle, et qui a réussi à réduire l’opposition au silence, laissant le peuple presque orphelin. Les nouvelles figures politiques  montantes pourront-elles tirer les leçons du passé et faire meilleure offre ? Voilà qui reste la grande inconnue.

Roland TSAPI

 

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More