Le dernier billet de JBS : Genève de ma tristesse

0

Il est bien entendu que ces Camerounais déjà étiquetés « terroristes » par quelques pilleurs ou receleurs des ressources du pays, ont raison de manifester leur mécontentement, comme ils le peuvent, à l’égard de M Biya, dont malgré tous les égards, on peut douter au moins pour trois raisons, de la légitimité en tant que Président du peuple camerounais.

1) non seulement M. Biya n’a pas pu se distancer de la tête de son parti afin d’agir et d’être perçu comme Président de tous les Camerounais, mais en plus, il a transformé l’administration publique camerounaise qui appartient aux citoyens, en une cellule géante du RDPC, par un subtil chantage sur les carrières des agents publics, faisant ainsi de l’Etat du Cameroun un Etat-parti, et du RDPC un parti-Etat ;
2) il a systématisé sa victoire automatique et éternelle à toute élection, à travers un système électoral dolosif à l’égard de l’électorat ;
3) il ne peut pas justifier par un minimum de bien-être induit de sa gouvernance le pouvoir qu’il arrache régulièrement à ses adversaires. On n’en veut pour preuve supplémentaire que son incapacité actuelle à créer en interne les conditions d’un dialogue entre ses compatriotes qui souffrent de la guerre, et la maladroite justification que les organiques du parti au pouvoir veulent donner à sa présence en Suisse, relativement à des négociations (sur quoi ?) qui s’y dérouleraient entre un médiateur sans mandat (semble-t-il, et de qui d’ailleurs ?) et des groupes de sécessionnistes.
Quand un Chef a quelque empathie pour son peuple et veut sa conciliation à travers un dialogue inclusif, il lui fait l’honneur de l’annoncer lui-même, en en indiquant l’objet et la procédure. Il ne se cache pas comme un dissident, dans son domicile étranger, pour parlementer incognito avec des étrangers qui se veulent des « médiateurs» (entre lui et son peuple sans doute ?!). Il nous semble aujourd’hui qu’en tant qu’entité anglophone, nos frères d’outre-mungo, y compris les séparatistes (de circonstance), veulent négocier avec le gouvernement camerounais, leurs conditions de participation à un dialogue national où serait discuté entre autres, une forme nouvelle et endogène de l’Etat camerounais.
Mais, pour revenir aux manifestations camerounaises de Genève, je dois à l’objectivité de rappeler à ceux qui se disent « Brigade anti-sardinards», que si la marche publique est un droit citoyen universel permettant aux gens d’exprimer déception ou satisfaction à l’égard d’un pouvoir, elle est régie par des normes à la fois philosophiques et juridiques nécessitant un minimum de discernement pour y recourir. Par exemple :
a) si la marche de Genève visait à déloger M. Biya d’un hôtel où il est logé par la volonté et sous la protection du gouvernement suisse, cela ne pouvait se faire sans violence, et fatalement ce serait improductif pour le changement qu’attend le pays, car ce n’est pas tant Paul Biya que le régime qu’il faut changer.
b) si par contre elle voulait exprimer au gouvernement de la Suisse, le souhait des Camerounais que leur Président n’y vienne plus dépenser la fortune publique du Cameroun pour s’y soigner et reposer, au lieu de construire des hôpitaux performants au pays, alors, il eût été sage de respecter l’itinéraire indiqué par les autorités suisses qui conditionnait l’autorisation de la marche. Car les autorités suisses ne souffrant pas du même autisme que M. Biya, auraient bien compris le message. Tout comme le reste du monde d’ailleurs, puisque la marche était en mondovision.
Ne pas comprendre que la violence gratuite décrédibilise leur action et fragilise potentiellement leur liberté, jette le trouble dans la résistance intérieure qui, à notre connaissance, se veut pacifique en se distançant des actes de violence malgré les provocations. Il doit pourtant y avoir dans la diaspora camerounaise des gens qui comprennent que l’essentiel dans une résistance qui n’est pas insurrectionnelle est bien dans la tête, et non dans les muscles, fussent-ils herculéens.
Page Facebook Jean Baptiste SIPA, 30 juin 2019, 21h 54mn

Lire aussi :Jean Baptiste Sipa… le Baobab est tombé

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More