Citoyenneté : Les journalistes débattent sur leur implication

0

Réunis autour d’un séminaire sur leur responsabilité dans la société, les journalistes ont profité pour faire une auto-autopsie de leur fonctionnement.

Réunis autour d'un séminaire sur leur responsabilité dans la société, les journalistes ont profité pour faire une auto-autopsie de leur fonctionnement.

Des journalistes pendant les travaux.

Le journaliste est un acteur incontournable de la société. Ce message a été ressassé aux journalistes, réunis ce mercredi 17 mai 2017 à Douala. Ils sont venus de plusieurs régions, à la faveur de l’atelier d’échange sur le journalisme citoyen. Thème : «La presse comme pilier de renforcement de la démocratie». Les Hommes de la plume qui ont déjà roulé leurs bosses ont saisi l’occasion pour conseiller les cadets. «Le journaliste citoyen est celui qui exerce son métier dans le but de promouvoir le bien-être de la société dans laquelle il se trouve. Il participe à la gestion de la cité», a relevé le doyen Jean-Baptiste Sipa.

Le coordonnateur de l’ONG Article 55 a aussi prié ses jeunes confrères à l’investigation. «Il faut investiguer, a martelé Jean-Baptiste Sipa. Quand on est bon journaliste, on est un instrument de la société. Quand vous dites la vérité dans la politesse, le respect, on a de la difficulté à se saisir de vous. Les Camerounais sont très patients avec nous parce que ce que je lis, vois, écoute tous les jours entraînerait chaque jour l’emprisonnement d’un journaliste, dans ce pays où on ne veut pas dépénaliser les délits de presse.» Il y a par contre des situations où le journaliste citoyen doit ranger sa plume, notamment si sa liberté d’exercice est danger. «Le journaliste citoyen n’a pas le droit de risquer sa soustraction de la société. Quand vous avez la jouissance de la parole publique, vous n’avez pas le droit de dire n’importe quoi.» Prince Ngomba Endeley va utiliser ses expériences de trente ans de carrière pour interpeller les confrères sur la «véracité et l’équilibre de l’information» en toute circonstance.

Du haut de ses vingt ans de métier, Elisabeth Benkam est à même d’affirmer qu’un journaliste citoyen «ne doit pas être à l’origine des guerres, des haines qui vont diviser la société. Nous devons rendre compte de ce qu’on a entendu, vu.» Pour Gustave Azebaze, ancien président du Syndicat national des journalistes du Cameroun, «le journaliste citoyen est celui qui donne les faits.» Et de conseiller : «Ne soyez pas insultant, maîtriser les notions de droit.» L’atelier organisé par l’Ong Un Monde Avenir entrait dans le cadre du projet Incred (initiative citoyenne pour le renforcement de la démocratie), soutenu et financé par l’Union européenne. L’objectif de l’atelier a été atteint car il était question de faire comprendre aux journalistes que les «médias citoyens doivent cultiver l’esprit critique, promouvoir la diversité, multiplier les approches transversales. Les médias citoyens ne sont pas ceux qui soutiennent le gouvernement et ses dérives. Que non !» a soutenu Philippe Nnanga, Coordonnateur de l’Ong.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More