Hommage: Qui était Joseph Mboui ?

0

L’ancien ministre de l’Éducation nationale Joseph Mboui s’est éteint à Paris en France mardi 28 février 2017 à l’âge de 79 ans. La Rédaction de Cameroun-Info.Net vous propose un article de presse de 2007 qui dresse le parcours de cette figure de proue de l’éducation au Cameroun. Dans un article titré «Joseph Mboui: Le multiplicateur des lycées… renvoyé de l’UNESCO», le quotidien Mutations dressait le parcours de celui qui est aujourd’hui disparu.

Hommage: Qui était Joseph Mboui ?

«Ses activités de Député auraient coûté à l’ancien Mineduc son poste au sein de cette institution du système des Nations Unies.

Au terme de la conférence générale de l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), qui s’achève le 3 novembre prochain à Paris, Joseph Mboui ne ramènera dans ses valises que le fruit de quelques emplettes faites sur la place parisienne. C’est qu’au cours de ces assises, le député Rdpc de la Sanaga Maritime et ancien ministre de l’Éducation nationale (Mineduc) du Cameroun a perdu son poste de vice-président du groupe Afrique au sein du Conseil exécutif de l’UNESCO. Un échec prévisible, à en croire des sources internes à la délégation camerounaise, qui soutiennent que la candidature de l’ancien Mineduc n’a finalement été entérinée qu’après le quitus du Chef de l’État, lui-même. Paul Biya ayant refusé de prêter l’oreille aux sirènes, qui ne vendaient pas cher la peau de Joseph Mboui au cours des élections.

La cause de cette réticence observée au sein de la délégation camerounaise au sujet de la reconduction de la candidature de Joseph Mboui au sein du conseil exécutif de l’UNESCO, apprend-on de sources crédibles, est le bilan peu élogieux de ce natif de Etoua par Edéa, au cours des deux années passées à la vice-présidence du groupe Afrique du conseil exécutif de l’UNESCO. Un bilan qui se décline, soutiennent des sources variées au sein de la délégation camerounaise et du groupe Afrique de l’UNESCO, sous la forme d’absences répétées aux assises du conseil exécutif, aux arrivées tardives à des réunions importantes, et à la mauvaise gestion de certains dossiers.

Pour justifier ces absences, Joseph Mboui n’hésitait-il pas à faire observer qu’il “est d’abord député de la République et que l’UNESCO n’est pas son gagne-pain quotidien”? Un gagne-pain auquel il se consacrera davantage au cours des cinq prochaines années [il a été réélu pendant le législatives du 22 juillet dernier], puisqu’il est désormais déchargé de ses responsabilités à l’UNESCO, une institution internationale qu’il a rejoint en 2005 grâce au soutien du gouvernement camerounais, mais surtout à la faveur de l’épaisseur de son curriculum vitae: Doctorat d’État ès Lettres option sociologie (1971), Chargé de cours complémentaires à l’Université de Bordeaux entre 1963 et 1971, date à laquelle il devient le plus jeune Doyen de Faculté de l’université fédérale du Cameroun (1971-1974). Il a alors 33 ans, puisqu’il est né le 21 avril 1938.

Après les amphis qu’il fréquente d’abord étudiant au début des années 60, puis comme enseignant et chercheur dès 1971, Joseph Mboui devient directeur de l’Institut des sciences humaines entre 1975 et 1976, avant de s’installer dans le service du Premier ministre. Où il occupe le poste de conseiller technique pendant huit ans (1976-1984), avant d’être nommé secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, qu’il retrouve [après un bref passage au secrétariat général du ministère des Mines] le 23 avril 1989 en qualité, cette fois-ci, de ministre de l’Éducation nationale du Cameroun.

“L’eau” aux examens A la tête de ce département ministériel (1989-1992) parmi les plus prestigieux du pays, le magister de Joseph Mboui sera marqué par deux faits majeurs: l’échec dans le combat contre la fuite [communément appelée “l’eau”] des épreuves aux examens officiels organisés par le Mineduc, phénomène déjà observé au Mineduc avant son arrivée; mais surtout la multiplication sur l’ensemble du territoire camerounais des lycées et collèges publics d’enseignement général et technique.

Si cette initiative du ministre Mboui a permis de rapprocher les établissements secondaires publics des populations aussi bien citadines que rurales, elle inaugure aussi l’ère des lycées et CES créés par arrêtés ministériels, mais qui n’ont aucune existence matérielle sur le terrain. Aussi, dans de nombreux cas, les collectivités locales bénéficiaires de ces créations se sont-elles souvent débrouillées, avec force sacrifice, pour la construction desdits établissements scolaires, voire la rémunération des premiers enseignants.

L’ambition de Joseph Mboui de rapprocher les lycées des populations sera stoppée nette en 1992, soit trois ans après sa nomination, par un décret présidentiel mettant un terme à ses fonctions de ministre de la République. Derrière ce limogeage, nombreux sont ceux qui voient encore jusqu’à nos jours, l’échec du ministre Mboui aux Législatives de 1992.

En effet, au cours de ce scrutin auquel participent les partis de l’opposition depuis l’ouverture démocratique de 1990, Joseph Mboui, du haut de sa casquette de membre du gouvernement, décide de conduire la liste du Rdpc pour tenter de barrer la route à l’Upc, qui finit par rafler les trois sièges de député de la Sanaga Maritime. Joseph Mboui ne se relèvera de cet échec qu’en 2002, date à laquelle il est élu pour la première fois à l’Assemblée nationale, sous la bannière du parti au pouvoir. Après dix années passées sous l’éteignoir. Une espèce d’enfer qu’il ne retrouvera pas de sitôt, malgré son récent échec à l’UNESCO. Puisque Joseph Mboui va continuer d’étrenner son écharpe de député dans l’hémicycle du palais de Verre de Ngoa-Ekellé. Jusqu’en 2012».

Source : Cameroun-info.net par Otric NGON

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More