Jean Boog : «Le voyage par route est un cauchemar»

0
Danseur, chorégraphe professionnel camerounais installé entre Paris et Douala, Jean Boog entretient le public sur l’immigration clandestine le 18 février 2017 à l’Institut Français de Douala. Il nous dévoile ici les grandes articulations de ce débat qui aura lieu après la pièce collective ‘‘Faire miroiter l’autre’’ avec 6 danseurs de Douala.
Danseur, chorégraphe professionnel camerounais installé entre Paris et Douala, Jean Boog entretient le public sur l’immigration clandestine le 18 février 2017 à l’Institut Français de Douala

Jean Boog

Vous parlerez des dangers de l’immigration clandestine le 18 février prochain avec le public camerounais à l’Institut Français de Douala. Peut-on avoir un bref aperçu de ce rendez-vous?
De façon plus concrète, il sera question de partager les difficultés extérieures avec ceux qui viendront au spectacle suivi du débat. Nous sommes au 21e siècle et je pense qu’on ne doit plus rien cacher à son petit frère, à sa petite sœur, à son fils ou à sa fille. Je crois aussi qu’il y a un gros problème d’éducation. Aujourd’hui, les jeunes préfèrent regarder des émissions américaines et européennes qui ne reflètent pas les réalités. On leur montre des images qui n’existent pas. Ils ne comprennent pas ça. Ils se disent que l’Europe est un paradis et que quand on il y arrive, on a réussi. C’est totalement faux !
Quelle est donc la réalité sur le terrain ?
C’est vraiment dur. Quand je sortais pour aller à ma formation, à l’école au CND (Centre national de la danse) de Pantin à Paris, je n’avais pas besoin d’un moyen de transport. Mon moyen de transport c’était mes jambes. En marchant, je vois des choses terribles. Je vois plein de personnes qui dorment dans des rues. Ce n’est pas seulement les Africains, il y a également des européens, des français, etc qui dorment dans des rues. Ceux qui traversent les eaux de la Méditerranée se disent que c’est l’eldorado là-bas et ça me fait mal parce que la réalité, c’est la mendicité dans les rues, c’est d’exposer sa vie dans les métros pour espérer une petite pièce de monnaie.
Qu’est ce qui empêche à ces personnes qui souffrent de retourner chez elles ?
 Elles ne peuvent pas rentrer car elles sont sur le territoire français clandestinement et sans papier elles ne peuvent franchir aucune frontière.  La seule solution pour ces personnes qui n’ont plus d’argent pour tenter la traversée dans l’autre sens est de se faire expulser du territoire par la police française qui les renvoie dans leur pays par charter. Ceux qui vivent ce genre de retour sont souvent exclus par leur famille et ressentent une grande honte de ne pas avoir réussi. Mais moi, je suis allé en Europe avec un projet concret. J’allais à ma formation. Donc je savais d’avance où je serais logé. Je savais qu’à mon arrivée, il y aura un tel qui viendra me chercher. J’avais un maximum d’éléments concrets qui me motivaient  à partir pour ma formation. C’est l’Institut français du Tchad qui m’a payé mon billet d’avion et mon visa.
Pour quels raisons selon vous, les jeunes africains devraient-ils continuer à rester dans leurs pays présentés par les médias occidentaux comme un enfer ?
C’est intéressant. On dit qu’il faut avoir un repère. Je me souviens de l’interview de Valsero (rappeur) en France il n’y a pas très longtemps. Il avait dit que si tu es un jeune camerounais qui vend le maïs dans les rues de Yaoundé ou de Douala, et que tu décides d’arrêter de vendre ce maïs pour prendre la route de la France, tu te dis au début que quand tu y seras, tu vas construire. Si tu arrives là-bas et que tu te remets à vendre ton maïs, ça n’a plus de sens, tu ne sais pas où tu vas. Il y a un proverbe qui dit que « pour connaître où tu vas, il faut connaître d’où tu viens ». Je pense que chacun de nous a un don qu’il faut tout simplement développer. Alors c’est quoi ton truc mon frère, ma sœur pour avancer? Le conseil que je peux partager, c’est ce projet que je pilote sur la danse contemporaine. C’est un projet de sensibilisation et de rééducation artistique. A partir de ce projet, les jeunes pourront monter leur concept et être autonomes. Il faut aussi qu’on comprenne que sans l’Etat, on peut aussi avancer. Il ne faut pas toujours se dire qu’on est pauvre. On est riche, on est énormément riche. On ne sait pas seulement s’y prendre. Je crois qu’on doit juste un peu réfléchir, persévérer et tout ira. On pourra faire sa vie et développer des entreprises ici sur place, sans avoir envie d’aller souffrir en Europe. Il faut toujours se rappeler que le voyage par route est un cauchemar. On ne nous communique même pas le chiffre exact des personnes qui meurent tous les jours en tentant de traverser la mer. Ma contribution en tant qu’artiste, c’est de parler de ça à travers ce que je sais faire le mieux, qui s’appelle la danse.
Pensez-vous qu’il faut fermer les frontières pour limiter l’immigration clandestine?
 Je ne suis pas pour la fermeture des frontières, car je sais qu’il y en a toujours qui vont se jeter à l’eau pour partir. Je dis tout simplement qu’aujourd’hui, on peut gagner sa vie autrement. Je me souviens à l’époque, j’avais un rêve, parallèlement à la danse, c’était d’être footballeur. Je suis fier de ce que je suis devenu. Chacun doit se battre. 
Etant en France, vous avez le sentiment que le Cameroun a les mains liées ?
Oui quelque part. Le problème des Africains, notamment des Camerounais, c’est de toujours penser qu’il faut se rabaisser devant l’homme blanc. Ou encore que c’est toujours l’homme blanc qui viendra les délivrer de la galère. Il faut cesser d’avoir une telle pensée. 
Propos recueillis par Didier NDENGUE
Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More