Hammad Kalkaba Malboum : « Rapprocher les fils et filles du Cameroun et du Tchad »

0

Président de la Confédération africaine d’athlétisme, il explique pourquoi l’instance a décidé de soutenir la deuxième édition du Marathon international N’djamena-Kousseri (Mink) qui aura lieu le 07 septembre prochain.

Comment se porte la Confédération africaine d’athlétisme ?

Elle se porte bien en ce sens que nos résultats sur le plan mondial sont importants aujourd’hui. Ils sont plus nombreux qu’hier et nous avons conquis des espaces où on ne voyait pas l’Afrique : le sprint, le saut, le lancer. Plusieurs Africains sont parmi les meilleurs dans le monde sinon ils sont les meilleurs dans le monde. Et puis, nous venons de terminer le championnat des jeunes au mois d’avril 2019 à Abidjan. Et nous avons été vraiment surpris de voir une jeunesse africaine performante. 27 records de ce championnat ont été bâtis à Abidjan. Ça montre bien que l’athlétisme prend de l’ampleur en Afrique au niveau de sa pratique, au niveau de la diversification de différentes prestations de nos jeunes talents. Donc, je pense que l’Afrique se porte bien.

Vous vous réjouissez des performances de l’Afrique au moment où, comparé aux autres puissances dans le monde, le continent souffre d’un déficit de finances…

Ce n’est pas le but pour nous d’être en compétition avec les autres dans le monde au niveau financier. L’Afrique est un continent qui est en développement, nous faisons avec! Mais je crois qu’il faut mettre autour de toutes ces initiatives une intelligence qui mobilise les jeunes vers notre sport. Il y a deux grands sports en Afrique, ça tout le monde le sait. Le football pour son caractère populaire et l’athlétisme pour sa performance digne de ce que l’Afrique attend de sa jeunesse. Donc, nous avons comme principe dans tous les pays, le soutien des pouvoirs publics et nous même nous avons aussi un produit qui se vend à l’échelle mondiale. Et quand nous organisons des championnats du monde ou que nous participons aux Jeux olympiques, les athlètes africains ont une part très importante dans les revenus que le Comité international olympique et la Fédération internationale d’athlétisme reçoivent des sponsors au niveau mondial. Ces fonds sont redistribués au niveau de nos différentes structures sportives continentales notamment l’athlétisme qui est le sport numéro 1 au niveau du moment olympique. Bon, nous ne sommes pas une confédération riche. Certes, mais nous ne sommes pas une fédération totalement démunie. Puisque nous sommes l’une des rares fédérations africaines qui accorde un financement à l’organisation des compétitions continentales aux pays qui acceptent d’accueillir ces compétitions. Donc, je pense que nous sommes confiants. Nous voulons être riches mais pour le moment nous ne nous plaignons pas des ressources que nous avons pour soutenir nos efforts. Et les résultats dont je parlais, relèvent vraiment de ces petits moyens de la manière dont c’est géré et orienté. C’est orienté vers les centres de développement, vers les universités et les écoles pour que les athlètes puissent s’entraîner tout en allant à l’école dans la perspective dite de reconversion de leurs carrières quand ils arrêteront de faire la compétition. C’est une stratégie qui, pour le moment paye mais nous souhaitons que le gouvernement et les entreprises africaines puissent soutenir cet effort de performance pour la jeunesse africaine.

Pourquoi avoir accepté de soutenir le Marathon international N’djamena-Kousseri (Mink) ?

J’ai été informé du lancement de cette initiative et je tiens ainsi à exprimer ma satisfaction et mes encouragements au député Kamssouloum Abba Kabir qui est du reste membre du Comité national et olympique du Cameroun et qui dirige une jeune fédération qui a déjà fait parler d’elle, la Fédération camerounaise des sports équestres. Et il a eu cette initiative de créer entre le Tchad et le Cameroun, un événement fédérateur, un événement mobilisateur, parce qu’en réalité ce sont les mêmes familles qui se trouvent de part et d’autre. Le fait que les occidentaux ont fait du Logone une frontière physique ne constitue pas pour nous une frontière culturelle. Donc, je pense que le sport à cet endroit joue son rôle de rapprochement des citoyens de deux pays qui ont toujours vécu dans la paix, l’harmonie, qui partagent la même culturelle, qui se fréquentent parce que de part et d’autres de l’arrivée du fleuve, il y a les mêmes familles. Je pense que c’est important de créer un autre lien physique que le monde puisse connaître que dans cette partie du Cameroun ou de l’Afrique qui connaît quelques difficultés au plan sécuritaire et autres qu’il y ait un élan de solidarité entre les communautés, pour qu’ensemble, on puisse faire face aux défis de la vie de tous les jours. Et je pense que c’est quelque chose qu’il faut soutenir. Et pour moi qui suis fils de cette partie du pays aussi. J’ai au plan émotionnel, un regard sur cet événement que je souhaite voir grandir et prendre une envergure véritablement internationale.

Faut-il en conclure que la première édition ne vous a pas séduit ?

Loin de là ! La Confédération n’a pas soutenu la première édition parce que c’était la naissance. Mais la deuxième édition sera soutenue, et certainement les éditions avenirs seront encore mieux soutenues, d’abord en mettant à disposition, les experts de la Confédération africaine d’Athlétisme pour que les résultats de ce marathon soient homologués au même titre que tous les autres marathons qui se déroulent dans le monde. Et ensuite, au plan financier, nous allons faire un effort d’appui, pas de très grosses sommes pour l’instant mais quelque chose de symbolique qui montre bien que la Confédération a un regard attentif sur cet événement nouveau. Et au-delà, il sera désormais inscrit au programme continental de la Confédération Africaine d’Athlétisme, avec un regard sur la promotion de cet événement à l’échelle internationale. La première chose qu’il faut prendre en compte, c’est de ne pas faire de l’argent, l’élément du succès parce que vous pouvez l’avoir et ne pas réussir. C’est la volonté, c’est la mobilisation du volontariat tout autour et sensibiliser ceux qui ont un intérêt à voir les communautés vivre ensemble: ce sont les États, c’est la société, ce sont tous ceux qui s’impliquent dans la vie de tous les jours avec une activité au plan économique, au plan social, au plan culturel.

Source Le Messager

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More