Revendication des médecins : le ver est dans le fruit

0

Le Syndicat des médecins du Cameroun (Symec), par la voix de son président le Docteur Bassong Pierre Yves, a suspendu le 9 juin 2017 le mot d’ordre de grève prévu du lundi 12 juin à ce jour. Il explique que cette décision est prise dans l’optique d’assurer une meilleure coordination des actions à venir et pour plus d’impact. Plus tard on apprendra par d’autres canaux d’amples explications, notamment celle selon laquelle «La grève n’aura lieu que si les médecins sont engagés et convaincus de leur lutte, sans faux fuyants. La réussite passera par l’adhésion de tous et une grève pour avoir de l’impact doit être massive et décisive». Là les responsables du syndicat ont vu juste, car en réalité les ennemis de ces revendications sont les médecins eux-mêmes au regard de leurs comportement dans les hôpitaux. Nous citons comme exemple l’hôpital de district de Deido, aujourd’hui réputé comme l’une des institutions sanitaires les plus corrompues.

les responsables du syndicat ont vu juste, car en réalité les ennemis de ces revendications sont les médecins eux-mêmes au regard de leurs comportement dans les hôpitaux

Roland Tsapi.

A l’hôpital de Deido en effet, le certificat médical qui coûte 900 Fcfa est vendu aux usagers à 1000 Fcfa, et le certificat médico-légal dont le prix est de 1800 Fcfa est vendu à 2000 Fcfa. En plus, il faut payer 1000 Fcfa au médecin pour que le document soit signé. Cette information est donnée à l’usager dès l’entrée de l’hôpital par un monsieur qui filtre les entrées en retenant les cartes d’identités contre badges de visiteurs. Le réflexe de tout usager étant de s’orienter depuis l’entrée, il donne cette information sans ambages à ceux qui viennent pour les certificats médicaux. Plus loin dans les bureaux, l’infirmière qui fait entrer les carnets chez le médecin s’assure que les 1000 Fcfa de la signature du certificat y sont, sinon rien n’est fait. Des dizaines de témoignages de jeunes candidats au concours sont édifiants. Tout le monde paye.

Le puits de la corruption

En faisant un calcul simple, si par jour 200 certificats médicaux sont vendus à 900 Fcfa, la caisse aura un surplus de 20 000 Fcfa en fin de soirée, qui va dans les poches des individus. Bien entendu, l’usager unique à qui on escroque ainsi 100 Fcfa a tendance à les négliger, mais le cumul en fin de journée fait un bon pactole. Soit 100 000 Fcfa par semaine, ou 400 000 Fcfa le mois. Plus grave si sur les 200 certificats par jour, le médecin signe 100, cela lui rapporte 100 000 Fcfa/jour, 500 000 Fcfa semaine, ou 2 000 000 Fcfa Cfa le mois. C’est ahurissant me diriez-vous. Même en minimisant, on pourrait dire que certains certificats ont été signés gratuitement, ceux des connaissances, de certaines personnes dont il se méfie, en réduisant au maximum le médecin signataire s’en sort au bas mot avec 1000 000 Fcfa le mois.

Dans ces conditions, on comprend aisément pourquoi des médecins peuvent snober la grève du Symec, dont les membres sont dès lors considérés comme des empêcheurs de tourner en rond pour ceux-là qui ont creusé leur puits de la corruption et s’en abreuvent aisément. Contrairement à l’hôpital de Bonamoussadi, où une cellule de corruption est installée depuis des années, rien de cette nature n’existe ici. C’est un champ que chacun cultive selon la longueur de sa pioche ou la largeur de sa houe. Ainsi, pendant que les dirigeants du syndicat des médecins se font balader dans toute la République par des affectations disciplinaires, pendant que leurs familles sont déstabilisées, pendant qu’ils sont étiquetés par leur tutelle comme l’ennemi à abattre, pendant qu’ils se battent pour l’amélioration des conditions de travail de tous, pour l’intégration rapide et la revalorisation des salaires, certains se complaisent dans la corruption, le clientélisme, la concussion, l’arnaque des usagers.

Une fois de plus l’impunité règne

De toute évidence, c’est la vraie raison pour laquelle la grève a été suspendue, pour espérer avoir l’adhésion massive de tous. Pour l’instant le ver est dans le fruit, l’ennemie est dans la maison. La tournée faite dans les hôpitaux publiques par le ministre de la Santé Mama Fouda lui aurait également permis de conforter ces types de médecins sans ambitions, sans visions, qui ne voient pas plus loin que leur nez. Ils peuvent aujourd’hui se complaire dans la corruption et vivre dans l’opulence, mais aucune situation n’étant éternelle, le jour où ils seront affectés ailleurs où il n’y a aucun certificat médical à signer, ils comprendront peut être enfin pourquoi le Syndicat se bat aujourd’hui. Ce qui se passe à l’hôpital de Deido est trop flagrant pour ne pas être connu des responsables de cet établissement, de la Délégation Régionale de la Santé ou même de la Conac. Si un agent peut clairement informer l’usager à l’entrée de la corruption qui se pratique, cela veut dire que le fléau n’est plus un tabou ici, et se pratique au vu de tous. Et n’est pas prêt de s’arrêter, car une fois de plus l’impunité règne. Les dirigeants du Symec doivent simplement intégrer ces paroles de la chanteuse ivoirienne Pierrette Adams. «Celui qui fait quelque chose a contre lui ceux qui font la même chose, ceux qui font le contraire et  la grande majorité, des gens qui ne font rien.» Le chemin de la lutte est encore long.

Roland TSAPI, Journaliste

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More