Grogne : Déstabilisation du syndicat des médecins

0

Depuis la semaine dernière, le ministre de la Santé publique André Mama Fouda a signé une note portant affectation des personnels de santé dans certains centres du pays. Acte normal à priori. Sauf que dans le fond, il s’agit essentiellement des membres du Bureau du Syndicat des médecins du Cameroun, Symec. Le président, Dr Pierre Yves Bassong, neurologue en service à hôpital régional de Bamenda est affecté au centre médical d’arrondissement de Somalomo dans la région de l’Est.

C’est en 1951 que l'autorité administrative accorde à l'Eglise Evangélique du Cameroun naissante la personnalité civile et juridique. La présidence a été

Roland Tsapi.

Le vice président,  Dr Kamta, neurochirurgien en service à l’hôpital général de Douala affecté au centre médical d’arrondissement de Ngaoui dans la région de l’Adamaoua. Le Secrétaire général, Dr Ndoudoumou, en service au centre médical d’arrondissement d’Akono est affecté au centre médical d’arrondissement de Mayo baleo dans la région de l’Adamaoua. Le Chargé de communication, Dr Laah, radiologue a hôpital régional de Bamenda affecté au centre médical d’arrondissement de Mozogo dans la région de l’extrême Nord. Ainsi, 3 médecins spécialistes membres du syndicat on été affectés, sans être remplacés dans leurs postes respectifs. Il faut dire les choses telles qu’elles sont, il s’agit d’une affectation disciplinaire.

Le ministre Mama Fouda veut simplement régler les comptes à ces médecins qui depuis des mois portent des revendications sur l’amélioration des conditions de travail des médecins, dont le salaire de certains est de 105 000Fcfa, le renforcement du plateau technique et la couverture maladie universelle, qui permettrait à tous les Camerounais d’ avoir accès au soins de santé. En même temps, le ministre espère par là déstabiliser le syndicat, et dissuader au passage tous ceux qui seront tentés de suivre l’exemple de ces derniers.  Et Dieu sait combien de fois cette méthode a souvent marché,  dans un contexte où les fonctionnaires mal payés font tout pour rester dans les grandes agglomérations, question d’arrondir les fins des mois avec des à côtés. Ainsi, des spécialistes compétents sont  envoyés dans des centres d’arrondissement dépourvus de malades et de la plus élémentaire des infrastructures, parce qu’ils se battent pour améliorer un système préjudiciable tant aux malades qu’aux médecins.

Dans le cas du docteur Pierre Bassong par exemple, il était le seul neurologue dans le Nord Ouest et enseignant à la faculté de médecine de l’université de Bamenda. Son affectation est donc perçu par certains comme un génocide programmé des malades du cœur dans cette région, sans parler des étudiants de la Faculté de médecine qui sont ainsi privés du seul enseignement de spécialité. Pour couronner le tout, une photo du centre de santé de Somalomo où le président du Symec est affecté, circule sur les réseaux sociaux, montrant un bâtiment qui ressemble à une salle de classe, avec une porte d’entrée dont la construction s’achève à peine, si l’on s’en tient aux parpaings encore éparpillés dans la cour, isolé quelque part dans la brousse, sans adduction d’eau ni électricité. C’est là le nouveau lieu de service du spécialiste dont la formation aura coûté près de 10 millions de Francs CFA à l’État.  Pour le moment l’Ordre des médecins n’a pas encore réagi.

Coupes sombres des salaires

Parlant des réactions, le ministre ne s’est pas arrêté à ces affectations disciplinaires, il a aussi tout mis en œuvre pour empêcher les concernés de s’exprimer dans les médias ce week-end. Le docteur Bassong, sollicité pour être l’invité de l’émission l’Arène sur Canal 2 hier, à lancé une alerte samedi pour dire que le Ministre de la santé est en train de mettre la pression pour que son passage à cette émission soit annulé. Et c’est finalement arrivé,  puisque dans la journée la chaîne de télé en question à annoncé que l’émission de la soirée sera une rediffusion. Ce qui fut le cas, mais peine perdue puisque dans une radio urbaine, le vice président national du Symec est revenu sur les incongruités du ministre de la Santé public, pour ce qui est de cette situation qui frise le ridicule , affecter des médecins spécialistes dans des zones à fort taux d’absence de plateaux techniques indiqués, ce qui démontre d’après lui l’incapacité de ce ministre à arrimer les besoins vitaux en matière de santé publique du peuple à sa gestion scabreuse au quotidien de la tâche qui lui est assignée.

En rappel: ce que ce même gouvernement fait avec les dirigeants du Symec, il l’a fait en 1993 avec les dirigeants du Snaes (syndicat des enseignants du public). Il l’a fait avec les magistrats qui avaient protesté contre les coupes sombres dans les salaires de la fonction publique. Il l’avait fait contre Um Nyobe, Ernest Ouandié, Felix Roland Moumie qui jeunes fonctionnaires,  s’engagèrent pour l’indépendance réelle du Cameroun. Sans grand succès, puisque tous ces héros profitèrent de ces affectations pour mieux implanter leurs mouvements dans les nouvelles zones. Ce qui pourra être le cas pour les dirigeants du Symec. Et le seul mérite de l’acte ministériel pourra être d’avoir gaspillé une ressource humaine pourtant rare dans le domaine.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Leave A Reply