Gouvernance : Les postes-vie des Dg

0

Les fonctions qu’ils occupent par nomination sont pour eux leurs parts du gâteau, que nul n’a le droit de convoiter ou de reprendre. Le jour où ça arrive, ils manifestent leur mécontentement en refusant de passer le service.

L’installation du nouveau directeur de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature le 17 décembre 2017 à Yaoundé, a laissé une fois de plus voir aux yeux du monde à quel point les décisions du chef de l’Etat peuvent être méprisées par ceux qui n’y trouvent pas ou plus leurs comptes. Soumbou Angoula Bernard le nouvel entrant n’a pas eu le privilège de serrer la main de son prédécesseur Linus Toussaint Mendjana. Ce dernier, au mépris de tout respect des normes administratives et de la politesse du protocole, a pratiqué la politique de la chaise vide, séchant ainsi deux ministres de la République, Joseph Le de la Fonction publique et Louis Paul Motaze des Finances, qui présidaient la cérémonie. L’Enam est pourtant l’école qui forme les cadres de la haute administration du Cameroun, où l’on apprend le maximum des normes administratives. Et l’acte posé par le directeur sortant est loin d’être anodin pour un administrateur civil comme lui. Il traduit le malaise profond et la fâcheuse habitude qui ont pris corps dans l’administration camerounaise, où chacun a fait de son poste de nomination une propriété personnelle.

Les fonctions qu’ils occupent par nomination sont pour eux leurs parts du gâteau, que nul n’a le droit de convoiter ou de reprendre. Le jour où ça arrive, ils manifestent leur mécontentement en refusant de passer le service.  L’installation du nouveau directeur de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature le 17 décembre 2017 à Yaoundé, a laissé une fois de plus voir aux yeux du monde à quel point les décisions du chef de l’Etat peuvent être méprisées par ceux qui n’y trouvent pas ou plus leurs comptes. Soumbou Angoula Bernard le nouvel entrant n’a pas eu le privilège de serrer la main de son prédécesseur Linus Toussaint Mendjana. Ce dernier, au mépris de tout respect des normes administratives et de la politesse

Linus Toussaint Mendjana.

Adepte du système
Celui qui aujourd’hui prend mal son remplacement à la tête de cette école y est depuis le 13 mars 1992, cela devait faire 27 ans en mars 2019. Il a été même à ce titre élu 1er vice-président du Réseau des Ecoles nationales d’administration d’Afrique, une organisation panafricaine de formation et de recherche dans le continent pour l’amélioration des systèmes de l’administration publique et de gouvernance en Afrique, avec siège à Tanger au Maroc. Il sait aussi bien que l’école qu’il dirigeait est un établissement public administratif, régi par la loi 99/016 du 22 décembre 1999 portant statut général des établissements publics et des entreprises du secteur public et parapublic. Lire aussi :Fraude/ Enam : ça chauffe entre le Minfopra et le Dg de l’Enam
D’après l’article 47 de cette loi, « le directeur général, et s’il y a lieu, le directeur général adjoint sont nommés à la majorité des 2/3 par le Conseil d’administration, sur proposition de l’actionnaire majoritaire ou unique pour une durée de 3 ans renouvelable 2 fois. » L’article 48 précise que les fonctions du directeur général prennent fin par révocation, par non renouvellement du mandat, par décès ou par démission, ou du fait de la dissolution de l’entreprise. L’ex Dg Toussaint Linus Mendjana qui a passé 7 ans à la tête de l’Enam, lui qui lit et enseignait la loi dans son école, savait très bien qu’il aurait dû ne plus être là depuis 2015 après 3 ans de sa nomination. Son mandat n’ayant pas été renouvelé comme le demande la loi, il devait rendre son tablier en homme intègre. Mais il a fait comme tous les autres Camerounais nommés à des postes avec mandat limité. Ils disent souvent à la fin de leur mandat qu’ils attendent que celui qui les a nommés les enlève. Et comme le président de la République, qui d’après la Constitution nomme aux emplois civils et militaires, signe souvent le décret et oublie, tous se complaisent à leurs places et se donnent même des titres fonciers sur les fauteuils de l’Etat. Les bureaux administratifs deviennent ainsi leurs propriétés privées, où l’on demande avec arrogance à un usager ce qu’il veut.
L’ex Dg de l’Enam connait la loi certes, mais il maîtrise davantage le système, qui fonctionne par laisser faire. Il avait d’ailleurs juste dans le bureau d’à côté le directeur général adjoint André Messanga Abate, qui a passé 25 ans au poste. Pourquoi ne devrait-il pas espérer passer autant de temps à son poste aussi ? lui qui officiait comme chargé de mission à la division des affaires organiques du secrétariat général de la présidence de la République depuis décembre 2010 avant de prendre la tête de l’Enam, ne voyait certainement pas son titre lui être enlevé aussi facilement. Lire aussi :Présidentielle : Projet de société/ Joshua Osih pour la fermeture de l’Enam
La règle du non-respect de la règle…
Les scènes de honte comme ce qui s’est passé à l’Enam n’honorent pas le Cameroun, et prospèrent parce que le système n’est fait finalement que pour produire ce genre de comportement, qui traine le pays dans la boue à cause du non-respect des textes qui prévoient une rotation permanente à la tête des structures d’Etat. Il y a des fonctionnaires ou des détenteurs d’un mandat nominatif qui croient que comme ils ont passé leur temps à la tête d’une structure à chanter les louanges du président de la république, au lieu d’assumer leur responsabilité et prendre des initiatives pour rendre la structure plus performante et compétitive, cela fait d’eux les éternels au poste. Il y en a qui arriment, contre toute logique administrative la durée de leur nomination à la durée du mandat de celui qui nomme, et pensent qu’après avoir abandonné le poste pendant des mois pour aller battre campagne au village et tout faire pour obtenir un bon résultat, la juste récompense c’est au minimum la pérennité au poste, au mieux une promotion.
…qui pourtant peut être dépoussiérée à tout moment
Cela les emmène souvent à oublier une chose pourtant élémentaire : la particularité d’une nomination est qu’elle est discrétionnaire. Cela veut dire que celui qui nomme est le seul à savoir pourquoi il nomme, qui il nomme, quand il le fait et pour combien de temps, quand la durée n’est pas déterminée par une loi, et même ! Cela les emmène à oublier qu’une nomination n’est pas un mandat électif, que nul n’est obligé d’accepter une nomination, chacun est libre de démissionner s’il est nécessaire par éthique, pour montrer le gage de sa bonne foi ou éviter la honte. Et si d’aventure on a tendance à considérer que reprendre le titre qui appartient à l’Etat et le remettre à une autre personne est une humiliation, il faut simplement savoir que dans un contexte où la nomination est discrétionnaire, le moyen le plus sûr d’être limogé… c’est d’accepter d’être nommé.
Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More