Frais d’Apee, source de conflits permanents (Suite)

0

Dans la précédente chronique nous indiquions que les frais d’Apee exigés dans les établissements scolaires publics sont souvent exorbitants, variant entre 15 000 Fcfa et 35 000 Fcfa, bien loin au-dessus des frais légalement exigibles. Dans les établissements secondaires à plus fort taux d’élèves, les frais d’Apee peuvent aller jusqu’à 75 millions de Francs Cfa, si l’établissement a par exemple 3000 élèves à raison de 25 000 chacun.

Dans les établissements secondaires à plus fort taux d’élèves, les frais d’Apee peuvent aller jusqu’à 75 millions de Francs Cfa, si l’établissement a par exemple 3000 élèves à raison de 25 000

Roland Tsapi.

La gestion de ces fonds a toujours été source de conflits dans l’établissement scolaire. Certains parents se plaignent qu’ils ne voient jamais de réalisation alors qu’ils paient chaque année. Les chefs d’établissements sont alors accusés de détournement, en complicité avec les présidents de l’association, dont la désignation est souvent sujette à discussion. Rappelons que d’après le décret du président de la République du 19 février 2001 portant organisation des établissements scolaires publics et attributions des responsables de l’administration scolaire, les contributions de l’Apee font partie intégrante des ressources financières des établissements scolaires publics, et sont des deniers publics. A ce titre, ils obéissent aux mêmes mécanismes de contrôle que ceux des fonds publics.

Le même décret précise en son article 19 que les établissements d’enseignement secondaire sont administrés par un Conseil d’Établissement composé de vingt-huit (28)  membres au plus, dont douze (12)  membres de droit et seize (16) membres élus par leur association ou corps de métier. Parmi les membres de droit il y a le président, le secrétaire et le trésorier de l’Apee. Ce Conseil d’Etablissement, d’après l’article 23, est l’organe de supervision, de conseil, de délibération, de contrôle et d’évaluation du fonctionnement de l’établissement secondaire général. Il est chargé d’adopter le projet d’établissement, adopter le budget de l’établissement et en contrôler l’exécution, approuver les comptes administratifs et de gestion, adopter l’organigramme de l’établissement, approuver les besoins de l’établissement en personnels, constructions, équipements et matériels didactiques, s’assurer de la bonne utilisation des infrastructures, des ressources humaines, financières et matérielles entre autres. Il est par ailleurs indiqué à l’article 39 que l’intendant ou l’économe est l’agent financier dans les lycées ou les collèges. A ce titre, entre autres missions, il collecte les contributions exigibles et tous les fonds reçus à l’établissement, les frais de l’Apee y compris bien entendu.

Les lois sont faites pour les tiroirs

En résumé, le décret est fait de sorte que le chef d’établissement n’a pas la possibilité de toucher l’argent de l’Apee, puisque toute dépense doit être approuvé par le Conseil d’Etablissement, présidé d’après le même décret en son article 21 par  le président et le Vice-Président du bureau, élus parmi les membres dudit Conseil pour un mandat d’un (1) an renouvelable deux fois, et qui ne peuvent en aucun cas être membre du personnel de l’établissement. Même pour les opérations de recrutement des élèves ainsi que de celui des personnels vacataires et d’appoint, le chef d’établissement doit être assisté par une commission permanente créée au sein du Conseil d’Etablissement. D’où vient-il alors, avec l’existence d’un décret aussi clair dans l’organisation des établissements scolaires et l’attribution des rôles, que la gestion des frais de l’Apee soit toujours source de conflits ? Comment les chefs des établissements en sont arrivés à avoir une mainmise totale sur la gestion de ces fonds et, même s’arrogent le pouvoir seul de procéder au recrutement des élèves ? C’est tout simplement parce que comme de coutume dans la plupart des cas au Cameroun, les lois sont faites pour les tiroirs.

Un banc en plus des frais d’Apee

L’argent de l’Apee est devenu simplement l’argent de la palabre. A l’issue de plusieurs discussions avec les parties prenantes, il en ressort d’abord la méconnaissance des textes régissant l’Apee par les parents d’élèves, pour ne pas dire l’ignorance. Les parents qui sont forcés de payer des sommes exorbitantes, ne sont même pas au courant que le décret présidentiel leur donne la latitude de postuler au poste de président du Conseil  d’établissement, position qui leur confère le pouvoir de veiller au grain sur ces fonds. Ensuite, profitant de cette ignorance, les chefs d’établissements s’arrogent tous les pouvoirs et s’autoproclament seuls ordonnateurs de décaissement de ces fonds, d’où les dérives, les fautes de gestion, les détournements. Les projets en pâtissent donc, d’années en années l’argent est collecté mais les bâtiments restent en matériaux provisoires comme au lycée de Logpom dans l’arrondissement de Douala V, où il est même exigé aux nouveaux élèves d’apporter un banc en plus des frais d’Apee.

Enfin, le Conseil d’établissement n’existe simplement pas, ou ne se réunit jamais. Il faut noter que de fois, la constitution de ce conseil est fortement politisée. Pour briguer le poste de président de l’Apee qui fera de l’élu un membre de droit  du Conseil d’Etablissement, il faut appartenir au parti au pouvoir. Le Conseil se retrouve à la fin être un regroupement d’amis qui gèrent entre eux leurs intérêts au détriment des intérêts de l’établissement. Le pouvoir de contrôle qu’il devait avoir est alors diluée dans de la complaisance, et le jour où d’autres parents ouvrent les yeux, les conflits naissent, jetant du discrédit sur des fonds qui à l’origine étaient volontairement collectés par les parents pour améliorer les conditions d’apprentissage des élèves.

Roland TSAPI, Journaliste

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More