Fécafoot : pourquoi Martin Etonge a été botté en touche

0

Un an après avoir coordonné comme intérimaire le Secrétariat général de la Fédération camerounaise de football, l’ancien employé de la Direction technique nationale a été déchargé de cette fonction lundi dernier par le Comité de normalisation présidé par Me Dieudonné Happi.

Un an après avoir coordonné comme intérimaire le Secrétariat général de la Fédération camerounaise de football, l’ancien employé de la Direction technique nationale a été déchargé de cette fonction lundi dernier par le Comité de normalisation

Martin Etonge Blaise Moussa.

Happi, le père fouettard ou le coupeur de tête ? Ces deux images peuvent paraître burlesques mais, elles expriment parfaitement l’idée que se font certains observateurs avisés de la gestion du football camerounais, placé sous administration transitoire depuis le 08 septembre 2017. Une semaine seulement après avoir suspendu Nicolas Dikoume, le coordonnateur général des sélections nationales pour « manquements graves dans le management de la coordination » et autres  « malversations financières », la lame de l’épée du président du Comité de normalisation vient de « trancher » la tête de Martin Etonge, désormais ex secrétaire général de la Fécafoot.

La (mauvaise) nouvelle est tombée lundi dernier. Par une résolution du 24 octobre 2018, prise à l’unanimité des cinq membres, l’organe que dirige le sémillant avocat de Garoua a décidé de décharger l’homme de ses fonctions de Sg par intérim de l’instance faîtière du sport roi au Cameroun. A en croire un communiqué rendu publique par le département Communication, l’infortuné a été « nommé conseiller du président du Comité de normalisation jusqu’à décision contraire. Cette mesure a été prise à l’entame du processus électoral à la Fécafoot dans le souci de garantir à celui-ci la neutralité et l’impartialité qui sont nécessaires à sa crédibilité et à sa transparence ».

Trois mois de vérité pour Banlock

Le Comité a, le même jour et à l’unanimité, signé une résolution désignant Benjamin Didier Banlock comme secrétaire général par intérim de la Fécafoot pour une période de trois mois. Ce qu’on sait du nouveau promu c’est qu’il était jusqu’au moment de sa nomination, directeur régional de Instat Sport Afrique, dont le siège se trouve à Moscou en Russie. Il s’y est, entre 2015 et 2017, attelé à la recherche des partenaires de clubs de football en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis pour des contrats à l’analyse statistique et vidéo de leurs performances en football. « Il a sillonné l’Afrique pour rencontrer des présidents d’associations de football et de clubs pour trouver de meilleures solutions à leurs problèmes et proposer des partenariats », peut-on lire. Benjamin Didier Banlock, 39 ans, était également directeur de Wyscout pour l’Afrique, une plateforme de football mondialement connue pour ses outils d’analyse vidéo, des statistiques et des données. Il est titulaire d’une licence en science de gestion et en cours de complétion d’un master en stratégie et management. Il parle parfaitement le français, l’anglais et le russe.

Guerre froide

Un an après avoir coordonné comme intérimaire le Secrétariat général de la Fédération camerounaise de football, l’ancien employé de la Direction technique nationale a été déchargé de cette fonction lundi dernier par le Comité de normalisation

Me Dieudonné Happi.

Si pour beaucoup, ce changement de chaise musicale s’inscrit dans la volonté de Dieudonné Happi de restructurer l’administration de la maison mère du football, d’aucuns croient savoir que Martin Etonge paie le prix de ses nombreuses pirouettes à l’endroit de son patron. Lui qu’on soupçonne de n’avoir pas joué franc-jeu avec l’équipe dirigeante en place. Ceux-ci soutiennent que les sirènes de la déchéance de l’ancien employé de la Direction technique nationale (Dtn) retentissaient depuis le 10 octobre dernier au Centre d’excellence de la Confédération africaine de football (Caf), sis à Mbankomo, banlieue de Yaoundé, où se sont tenus les travaux de l’assemblée générale ordinaire de la Fécafoot.

Les habitudes au cours de pareilles assises voudraient que le Sg soit le rapporteur. C’est du moins ce que prévoient les textes. Mais grande a été la surprise des délégués et même de la presse de constater la mise à l’écart de sieur Etonge du secrétariat des assises au profit de Me Sikati. Nos sources imputent ce « châtiment » à un bras de fer sous cape qu’aurait déclaré le désormais ex patron de l’administration à sa hiérarchie directe. Après avoir tenté de couvrir les relents de cette défiance à peine voilée, Happi a trouvé sage de se séparer d’un précieux collaborateur.

DANIEL NDING

Share.

About Author

Laisser un commentaire