Contrôle des chantiers urbains à Yaoundé : le Minhdu met la société Buns dos au mur

0

Une visite dominicale de crise a été effectuée de toute urgence le 03 mars 2019, par le ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Célestine Ketcha Courtès, sur l’axe Maetur Nkomo – Carrefour Nkomo, en passant par Okui.

Dans sa détermination à redynamiser davantage les prestataires de l’Etat sur l’ensemble des chantiers de construction et de réhabilitation des voiries urbaines à travers le triangle national, le ministre Célestine Ketcha Courtès, était sur le terrain le dimanche 3 mars. Elle s’est rendue sur le chantier de réhabilitation de la voie inter RN10, Maetur Nkomo – Eglise saint Marc et bretelle Maetur – Carrefour Nkomo, par Okui, sur un linéaire de 3 780 mètres, dans la Commune d’arrondissement de Yaoundé 4. Le chantier entre dans le compte du Plan d’Urgence Triennal (PLANUT), pour l’accélération de la croissance économique. Un important marché confié à l’entreprise Buns Sarl, sous le contrôle technique de la société Prisma Sarl. Lire aussi :Infrastructures / Ralentissement des travaux à Douala : Célestine Ketcha Courtès remonte les bretelles aux entreprises

Les entorses de Buns

Bien que les problèmes de libération des emprises et du déplacement des réseaux Eneo, Camwater, et Camtel se pose avec acuité pour l’accélération de ce chantier, la première indignation de la ministre est que le taux de payement des décomptes est largement supérieur à celui du taux d’exécution des travaux. L’entreprise Buns Sarl, se situe ainsi entre 5 à 6 décomptes encaissés, pour 42% seulement de taux de réalisation du marché.

Une visite dominicale de crise a été effectuée de toute urgence le 03 mars 2019, par le ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Célestine Ketcha Courtès, sur l’axe Maetur Nkomo – Carrefour Nkomo, en passant par Okui.

Célestine Ketcha Courtès.

Pour en savoir plus, Célestine Ketcha Courtès insistera pour visiter la base de cette entreprise, malgré l’absence du Directeur Général. Grande a été la déception de la délégation ministérielle de se voir transporter par les représentants de Buns, d’abord sur un premier site banalisé, semblable à une maison d’habitation, sans plaque ni insignes de l’entreprise, et dont le Ministre n’a même pas pu avoir accès, sous prétexte qu’il n’y avait pas les clés pour ouvrir les portes. Sur le second site, qui n’avait techniquement rien à voir avec une base de chantier digne d’une entreprise de BTP, le Minhdu n’est pas passé par le dos de la cuillère, pour remonter vertement les bretelles à ce prestataire, qui semble ne pas s’aligner aux normes de transparence et de performances, édictées par le Chef de l’Etat Paul Biya.

Un autre fiasco avec la société JFF

La fin de la visite d’urgence de la ministre, a été tout aussi déconcertante.  Pour cause, l’entreprise JFF Equipement Foncier Cameroun, qui appartiendrai à un certain Jules François Famawa. Sur l’ensemble des chantiers qui lui ont été attribués, -plus de 05 marchés au total-, les taux de réalisation restent inquiétants. La réhabilitation de la mythique route, Belle Mère – Lycée d’Anguissa- n’est qu’à 20% de réalisation. L’entreprise a abandonné ledit chantier depuis plus de 03 mois déjà, laissant les populations riveraines aux abois. Célestine Ketcha Courtès a donné la ferme instruction que la lumière sur cette situation catastrophique, dans les plus brefs délais. Lire aussi :Exécution des chantiers à l’Ouest : Eneo, Camtel, Camwater font ombrage à Ketcha Courtès

Samuel BONDJOCK (Cp)

Share.

About Author

Leave A Reply