Pénurie : La CDE assèche les robinets

1

Dix jours que des quartiers à Douala n’ont pas d’eau.  Accusée d’avoir volontairement interrompu le service la CDE, se défend.

Dix jours que des quartiers à Douala n’ont pas d’eau.  Accusée d’avoir volontaire interrompu le service la CDE, se défend.

L’eau, une denrée rare.

«L’eau c’est la vie». Le message est inscrit en gras à l’entrée de l’agence de Ndokoti/Douala de la Camerounaise des eaux, CDE. A environ un kilomètre de là, dans les quartiers BP-Cité, Cité-Sic, la population se sent narguée par ce slogan. Ce lundi 29 mai 2017, cela fait exactement dix jours que leurs robinets sont à sec. Ceux qui n’ont pas de forage doivent se plier en quatre pour avoir de l’eau, bien que pas potable. «On nous a imposé de fêter l’unité nationale sans eau. C’est même un crime. On croyait que c’était une affaire de deux jours, mais là on dirait que ces personnes chargées de la fourniture d’eau nous ont oubliés», s’insurge Julie. Depuis dix jours, son quotidien a subi un amendement forcé. Avant, cette mère de famille se levait de bonne heure pour apprêter les enfants pour l’école, se rendre au travail, faire la cuisine au retour et s’occuper de sa famille. «Maintenant quand je rentre du boulot à 18h, je dois enfermer les enfants à la maison pour aller puiser de l’eau au forage. Je dois faire des navettes seule, et la distance est assez considérable».

Dix jours que des quartiers à Douala n’ont pas d’eau.  Accusée d’avoir volontaire interrompu le service la CDE, se défend.

Les bonnes affaires de la pénurie.

Dans d’autres familles, c’est tout le monde, jusqu’à l’enfant de cinq ans qui se met en route pour dénicher le précieux liquide. Les soirs, des fois dans la pénombre, c’est un défilé d’hommes qui, récipients à la main et à la tête anime les rues de ces quartiers. Pour les personnes véhiculées, il suffit d’un tour pour faire des réserves.  Les moins valides paient les services des plus jeunes. Qui louent des pousses et des brouettes pour multiplier la demande et se faire plus de beurre.

Entre accusations et contre accusations

«On ne comprend plus ce qui se passe dans ce quartier. Aucune information ne filtre dans les médias sur cette situation. On ne sait pas s’il s’agit d’une panne», regrette un résidant de BP-Cité. Las d’attendre, certains sont allés s’enquérir de la situation chez les ouvriers d’une entreprise en Bâtiment et travaux publics, en chantier dans la zone, au lieu-dit Stade Marion. «Nous avons expliqué aux gens que ce n’est pas nous qui avons coupé l’eau. C’est la Snec (l’ancienne appellation. Aujourd’hui c’est la CDE. Elle assure la production, la distribution, la gestion de l’eau au Cameroun depuis 2008, ndlr). Apparemment c’est parce que le Cameroun veut résilier le contrat avec cette entreprise. La coupure est d’ailleurs effective dans d’autres quartiers de la ville. Nous leur avons fait part de la situation mais elle croise les bras», renseigne un responsable sur le terrain. Non sans souligner que «la lenteur de la CDE ralentit nos travaux.» Joint au téléphone, le chef des travaux à la Camerounaise des eaux, Mr Ngouagoum réfute les accusations. «On ne peut pas couper l’eau.» Il jette l’anathème sur la société de BTP qui «a endommagé nos conduites d’eau. Ils ne sont pas sérieux. Le problème sera résolu, certainement cette semaine.» Pas très rassurant.

Valgadine TONGA      

Share.

About Author

Un commentaire

  1. Pingback: Grogne : La population dans la rue à Yabassi

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More