Cameroun : Ruinart fait son festival

0

La 1ère édition de Ruinart Festiv’art se tient du 21 au 26 octobre prochain à Douala.

Pendant près d’une semaine, cette fin du mois d’octobre, les populations de la ville de Douala vont vivre au rythme du Ruinart Festiv’art. Le premier festival d’arts plastiques  organisé par Ruinart au Cameroun. C’est d’ailleurs le tout premier festival dans le monde, précise Christian Nouboué Kamga, responsable Afrique Centrale Moët et par ailleurs représentant au Cameroun de la marque Ruinart. Il était face à la presse mercredi 2 octobre à Douala.

«Nous avons souvent soutenu les foires d’arts, mais c’est la toute première fois que nous organisons un festival», confie-t-il. Plusieurs artistes camerounais de renom dont Bili Bodjocka, Maurice Perfura, Jean David  Nkot, Michel Dissakè, Christine Tshala et bien d’autres,  sélectionnés pour la qualité de leurs œuvres d’après Landry Mbassi, directeur artistique et commissaire de ce  festival, mettront à profit leurs créativités autour des vernissage et expositions.

Il y aura également, précise le commissaire de ce festival, des toiles des collections des galeries d’art partenaires, notamment, la galerie Mam. «Ce sera une collection panafricaine d’artistes plasticiens pour répondre au caractère international de l’évènement», précise William Mpah Dooh représentant de la galerie Mam.

Lire aussi :Vernissage : Les origines de Samuel Dalle en peinture

Le festival se déroulera sur plusieurs lieux, avec comme points focaux, l’Espace Doual’art, la Galerie Mam et l’Institut Français du Cameroun à Douala. Les halls des entreprises comme Total, Sgbc et Alliance accueilleront des expositions. Les expositions éphémères réservées au grand public auront cours dans les espaces Kajazoma à Yaoundé et Wemah Art Galerie à Bonendala à Douala.

Un véritable déploiement qui participe, selon Christian Nouboué Kamga, à la promotion du talent des artistes locaux et à la dynamisation du milieu des arts dont le Cameroun a largement besoin. Une démarche assez originale qui serait une reconnaissance de l’attachement que les Camerounais ont pour la marque Ruinart, selon son représentant. Question d’attirer de nouveaux publics et leur donner la possibilité d’apprécier et de savourer l’art.

Félix ÉPÉE

Share.

About Author

Leave A Reply