Belles lettres : les maux de la gouvernance urbaine au Cameroun

0

L’ouvrage intitulé «Désordre urbain et plaidoyer et insécurité au Cameroun ; évaluation et plaidoyer pour une gouvernance urbaine rationnelle» est une analyse froide du phénomène, de ses visages, de ses mobiles ainsi que ses diverses conséquences alors même que le pays se dit engagé dans une quête effrénée de l’émergence.

Belles lettres : les maux de la gouvernance urbaine au Cameroun

Le sujet, pour préoccupant qu’il est, méritait qu’on s’y attarde. Et celui qui a choisi d’en parler, en a toute l’autorité et la légitimité. Spécialiste des questions urbaines, membre de l’Association américaine de sciences politiques (Apsa) et du Groupe de recherche sur les dynamiques sociales et politiques (Gredysop), André Tassou, dans cet ouvrage dense de 330 pages, fait une espèce d’autopsie du processus d’urbanisation en Afrique sub-saharienne et principalement au Cameroun où la responsabilité, la transparence, l’état de droit et la participation aux affaires publiques ont foutu le camp de la gouvernance urbaine. Plus d’un demi-siècle après les indépendances, remarque l’expert, les villes africaines en général et camerounaises en particulier peinent à emprunter l’itinéraire de la gestion rationnelle de l’espace urbain. Une seule expression les caractérise : le désordre urbain.

Tout commence par les plans d’urbanisation. Si certaines de nos villes en ont un, il est sagement resté dans les tiroirs. Les citadins n’en ont aucune idée et les autorités municipales ne font rien pour le mettre à la disposition des citoyens. Les mairies n’aménagent pas le lotissement urbain ; cette tâche est abandonnée à la liberté des propriétaires terriens qui peuvent, s’ils le veulent, lotir leur parcelle ou non. Lorsque ceux qui le veulent le font, certains acheteurs vont parfois jusqu’à ronger les espaces laissés pour les servitudes, de sorte qu’à la fin, tout se passe comme si rien n’avait été prévu. De nombreux propriétaires ne prennent même pas cette précaution, mettant en vente le moindre espace pour engranger le plus d’argent possible. Il y a donc un processus de “bidonvilisation” des cités camerounaises. Pire, les terrains privés de l’Etat sont occupés par les particuliers qui réussissent même l’exploit d’y obtenir des titres fonciers. Tout ce désordre s’organise à la barbe des autorités. De temps en temps, lorsque l’Etat veut viabiliser un bidonville, agrandir une route, la mairie se livre alors à des destructions de maisons et informe à l’occasion, soit que l’espace appartenait à l’Etat, soit que le plan d’urbanisation prévoyait autre chose à cet endroit. Lire aussi :Inondation : Le produit de l’incivisme des populations

Promotion d’une politique de la ville

Vecteur du sentiment d’insécurité, l’espace public représente un défi majeur pour la gestion urbaine et la sécurité de proximité. Auparavant, la sécurité urbaine s’affirmait comme un enjeu politique majeur. Mais face à la dépravation progressive des mœurs, à la montée de la criminalité et aux violences urbaines, « les pouvoirs publics camerounais essaient de répondre par la promotion d’une politique de la ville. Celle-ci est fondée sur une approche essentiellement sociale dont l’objectif global est loin d’être la réduction de l’insécurité urbaine », écrit-il. Les violences urbaines sont perçues au Cameroun sous plusieurs  formes. Elles sont à  l’origine de l’insécurité urbaine qui sévit quotidiennement au sein des populations urbaines. Au rang des plus perceptibles au niveau de l’espace public, figurent en bonne place les provocations et les injures verbales, les agressions physiques de tous les ordres,  les rackets, les dépouilles, les rixes entres les bandes, les attaques des commissariats et autres bâtiments publics, les les pillages divers.

 Démission des pouvoirs publics

Chacun agit comme bon lui semble, sans peur, ni inquiétude, eu égard à la démission des pouvoirs publics de certaines de leurs fonctions régaliennes. En guise d’exemple, l’auteur énumère la préservation de l’ordre public, la protection des citoyens camerounais et de leurs biens, la préservation de l’ordre public et la protection. Bafoussam, Bamenda, Bertoua, Buea, Douala, Ebolowa, Garoua, Maroua, Ngaoundéré et Yaoundé sont mis en index.

Daniel NDING

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More