Les APE font perdre 600 millions à la douane camerounaise

0

Selon le journal en ligne Investir au Cameroun, depuis l’entrée en vigueur des Accords de partenariat économique, APE, entre le Cameroun et les pays de l’Union européenne, le 4 août 2016, «la douane camerounaise a enregistré un manque à gagner d’un montant total de 600 millions de francs FCfa, a-t-on appris au cours du forum douanes-entreprises, qui vient de se tenir à Douala, la capitale économique du pays». Même si «les projections initiales situaient ces pertes de recettes à environ 15 milliards de francs Cfa pour la première année d’entrée en vigueur des APE», le mal est là. Et ce n’est que le début.

Experts et opérateurs économiques avaient déjà prévu ce désastre sur l’économie camerounaise. L'ingénieur financier Babissakana indiquait au sujet des APE

Le 6 octobre 2016 à Douala, lors de la 5ème édition du «e.Talk by e.cam», -plateforme d’échange initiée par Entreprises du Cameroun (Ecam)- les opérateurs économiques martelaient encore leur indignation de la signature de ces APE. Le Vice-président d’Ecam, Célestin Tawamba soulignait encore : «La position des acteurs économiques sur cette question des APE est connue par l’Etat, bien qu’il a voulu prendre sur lui de signer cet accord. Nous-mêmes avons encore du mal à bien comprendre le but de ces APE. Comment peut-on prétendre aller à l’émergence en ouvrant notre territoire aux entreprises qui vont uniquement venir prendre les produits finis.  Il n’y a pas de pays qui se développe s’il ne se protège pas. L’Union européenne est en train de s’opposer à l’accord avec les Etats-Unis car la France estime que c’est un accord non équitable.»

Invité aux échanges, l’ingénieur financier Babissakana reconnaissait que «le mariage commercial entre le Cameroun -avec toute l’Europe constituée de 27 pays et l’Union européenne- n’est pas viable. Le déséquilibre est établi. Le déficit commercial à l’égard de l’Europe va se creuser. Il faut réévaluer les choses. L’Europe n’est pas notre amie

Le 4 août 2017, rappelle Investir au Cameroun, «cet accord bilatéral qui vise à installer une zone de libre-échange entre le Cameroun et l’Union européenne, d’ici à l’année 2023, entrera dans sa seconde phase, avec des démantèlements tarifaires encore plus importants. Les produits concernés par cette phase sont essentiellement des équipements destinés aux unités de production

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire