Administration : le système contre le système

0

Le fonctionnement du système gouvernant donne souvent l’impression d’être grippé. C’est ce que le président Biya a appelé absence de cohésion ou solidarité gouvernementale. Qui se caractérise par le refus délibéré d’une administration de faciliter le travail d’une autre, pourtant toutes prétendent servir le même régime. Dans le champ des droits de l’homme, les gouvernants ne tarissent pas de vocabulaire pour démontrer que le Cameroun n’a rien à se rapprocher en a matière, chaque fois que des cas de violations sont relevés de l’intérieur comme de l’extérieur. Pourtant, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDHL), une création du Président Biya lui-même, éprouve de la peine à travailler dans les prisons dirigées par les régisseurs eux aussi nommés par le même président.

La Commission des droits sans droit

Le 11 mai 2018, le journal l’œil du Sahel faisait état d’une information révélée par Chemuta Divine Banda, le président de cette commission au cours des travaux de leur 24e session. D’après lui, la Commission s’était heurtée au refus des autorités, alors qu’elle avait manifesté sa volonté d’accéder aux pénitenciers de Yaoundé. Le 22 mars 2019, cette commission est allée plus loin en rendant publique une lettre ouverte au président de la République au sujet de la crise anglophone. Elle laissait entendre dans cette lettre que « certaines personnes profitent de la crise qui pourtant engendre des dommages incommensurables à l’ensemble des populations », et prévenait que la situation « pourrait empirer si des mesures conséquentes et urgentes ne sont pas prises pour inverser la tendance. »

En rappel, la loi N° 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés, dit en son article 2: « La Commission diligente toutes enquêtes et procède à toutes investigations nécessaires sur les cas de violation des droits de l’homme et des libertés et en fait rapport au Président de la République, procède, en tant que de besoin, aux visites des établissements pénitentiaires, des commissariats de police et des brigades de gendarmerie, en présence du Procureur de la République ou de son représentant ; ces visites peuvent donner lieu à rédaction d’un rapport adressé aux autorités compétentes. » C’est dire qu’en allant en prison voir la situation des pénitenciers, elle était dans son rôle. Mais cela n’a pas empêché à ceux qu’on peut appeler ses collègues de décret de lui fermer les portes, alors qu’il venait regarder l’intérieur de la prison pour faire son rapport au Président de la République comme l’exige le décret de création.

Et les responsables des prisons ne semblent pas être les seuls à mettre les bâtons dans les roues de la Cndhl. Dans la lettre ouverte, Divine Chemuta Banda rappelle qu’elle a régulièrement adressé au président des rapports assortis des recommandations, et évoque à titre d’exemple ceux du 9 février 2017, 18 juin 2018, 14 janvier 2019 et 18 février 2019. Et d’expliquer :« Excellence, c’est parce que la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés n’a jusqu’ici reçu aucune réaction suite à ces différentes correspondances qu’elle a opté pour une approche directe à travers cette lettre ouverte. »

En d’autres termes, le président de la Commission disait au président de la République, que soit une administration autour de lui bloquait ses rapports dans des tiroirs et ils ne lui parvenaient jamais, soit ils lui parvenaient mais lui-même constituait le blocage en ne réagissant jamais, dans ce cas elle n’avait plus de choix que de prendre l’opinion nationale et internationale à témoin, en procédant par la méthode de la lettre ouverte. Dans l’un ou l’autre cas, il est évident que le système joue contre lui-même, en tirant des balles dans ses propres pieds. A quelle fin ? Difficile de savoir, toujours est-il que cette pratique empêche la machine administrative de tourner en rond et apporter des solutions en temps réel.

La Conac aussi

La Commission nationale des Droits de l’homme n’est pas la seule à souffrir de cette situation. En janvier 2017, l’ex-président de la Commission nationale anticorruption, le Professeur François Anoukaha, au cours de la cérémonie de présentation officielle du Rapport sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2015, déplorait le manque de collaboration de 11 départements ministériels dans la lutte contre la corruption. Il citait les ministères de l’Administration territoriale, de la Défense, des Finances, de l’Agriculture, des Relations extérieures, des Domaines, cadastres et affaires foncières, des Mines, des Transports, des Sports et Education physique, des Affaires sociales et enfin de la Communication. François Anoukaha s’indignait enfin en ces termes :« Cet état des choses déplorable tient tantôt à l’inexistence formelle des Cellules de Lutte contre la Corruption dans ces Institutions, tantôt à leur léthargie là où elles existent. Il convient de rappeler que la lutte contre la corruption n’est pas facultative. Il s’agit d’un engagement fort du Chef de l’Etat et par conséquent, les différents segments de la société camerounaise tout entière sont chargés de son implémentation. »

Le décret         

Ce décret du Chef de l’Etat était attendu depuis fin juin par les partis politiques et les organisations de la société civile. C’est désormais chose faite. Paul Biya a signé ce mercredi

On a souvent cité aussi des cas où un commissaire de police refuse de sortir de sa cellule un prévenu sur ordre d’un Procureur de la République, on a connu des unités de commissariat ou de gendarmerie où les adjoints n’obéissent pas aux patrons des lieux sous prétexte qu’ils sont tous deux nommés par décret et par la même personne, le président de la République. On a connu des cas où des maires et délégués du gouvernement refusent d’appliquer des instructions des préfets, des décisions de justice ou de l’inspection du travail et n’en font qu’à leur tête, car bénéficiant d’un décret de nomination comme les autres.

Mais il faut le dire, l’absence de la solidarité gouvernementale tient du fait d’une forte centralisation du pouvoir du décret sur le président de la République, et chacun qui en bénéficie le considère comme un don de Dieu, une affaire personnelle. Collaborer avec les autres membres de l’administration n’est dès lors pas une préoccupation essentielle, chacun évolue dans son couloir et protège ses arrières.Tant pis pour la fluidité et la complémentarité de l’administration, tant pis pour la continuité du service, tant pis pour le rendement et l’efficacité, qui d’ailleurs ne sont pas des critères déterminants pour la prochaine… nomination.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More