L’administration camerounaise à l’épreuve d’ internet

0

A un moment dans la ville de Douala, une annonce publicitaire disait que l’illettré n’était plus celui qui ne sait pas lire, mais celui qui ne sait pas se servir d’un outil informatique. On pourrait dire aujourd’hui qu’une administration caduque et obsolète est celle qui ne sait utiliser l’outil internet.

Le ministère de la Communication n’a pas de site internet, d’après les recherches. Sur sa page Facebook, la dernière actualité date de 8 mois

Roland Tsapi.

Le site internet est de nos jours un outil incontournable pour toute institution qui se respecte, et qui épouse l’air du temps. Plus que jamais, il est primordial de posséder un site Internet. Que ce soit simplement pour que les gens puissent entrer en communication avec une institution, une entreprise ou une association, ou pour agrandir la clientèle, qui pour le cas d’un ministère est constituée par les usagers, une page web est le meilleur outil pour atteindre les  objectifs. Contrairement aux autres médias, le Web est accessible de partout à travers le monde, en tout temps et par tout le monde.

Les citoyens exigent une meilleure information, une consultation plus accrue et une participation plus active dans le processus de prise de décisions. Aujourd’hui, le gouvernement électronique offre aux autorités publiques l’opportunité de proposer aux citoyens des informations de qualité, d’interagir avec eux et de les encourager à participer à l’élaboration de politiques publiques. Cependant, pour réussir cette mission, il faudra disposer nécessairement de sites publics de qualité et régulièrement mis à jour. Pour qu’elle soit vraiment effective, la bonne gouvernance suppose des citoyens bien informés, consultés régulièrement et qui participent au processus de prise de décision. Avec le développement des TIC, de nombreux pays mettent en place des cyber-stratégies dont les objectifs principaux sont d’informer le citoyen, lui permettre d’interagir avec le gouvernement et simplifier sa relation avec l’administration.

Au Cameroun, chaque fois qu’il y a un évènement que le gouvernement juge majeur, son porte-parole, le ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary, fait une conférence de presse pour donner leur point de vue. Laquelle conférence est relayée par les médias certes, mais en compte rendu. Il n’est pas possible pour le citoyen lambda d’avoir par la suite une copie intégrale du propos liminaire, ou même une vidéo de la conférence, alors que ces éléments devraient être disponibles sur le site internet du ministère. Contre toute attente, le Ministère de la Communication du Cameroun n’a pas de site internet, d’après les recherches d’il y a deux jours. Mais il serait étonnant que le temps d’un week-end, un site ait été mis en ligne. Sur la toile, on peut au plus trouver une page Facebook  du Mincom, sur laquelle la dernière actualité date du 26 octobre 2016, faisant allusion à la catastrophe du train 151 à Eseka. Rien sur un évènement récent. Depuis plusieurs années pourtant, certains services de l’Administration camerounaise disposent d’un site Internet. Même comme beaucoup d’incohérence a souvent été observé quant aux adresses et les noms de domaines. Mais dans l’ensemble, ces sites sont caractérisés par leur pauvreté sur le plan informationnel, l’obsolescence des informations et leur faible utilité pour ne pas dire leur inutilité pour les citoyens, pour le secteur privé, pour les collectivités locales, pour les ONG, pour les développeurs comme pour les décideurs politiques.

Le ministère de la Communication n’a pas de site internet, d’après les recherches. Sur sa page Facebook, la dernière actualité date de 8 mois

Soigner l’image du pays

Nous insistons sur le cas du ministère de la Communication, parce qu’il est non seulement la tutelle de toute organe d’information, mais aussi parce que son chef de département ne cesse d’interpeller les journalistes pour leur demander de donner une information juste, prise à la source, dont il se réclame être la bonne. Et quand après cela, il ne dispose même pas d’un site internet sur lequel on peut avoir ne serait-ce que la version officielle des faits, quand on tombe plutôt sur une page Facebook avec une dernière actualité datant de 8 mois, on a presque envie de se demander de qui se moque-t-on. Pourtant ce ministère, comme tous les autres d’ailleurs, dispose d’une cellule de communication, dont le rôle est d’assurer la mise à disposition du grand public de toute information sur le ministère, ses responsables, ses missions, ses activités. Pour le cas spécifique du Mincom, le décret qui l’organise, indique qu’il est placé sous l’autorité d’un ministre, et précise que le ministre de la Communication est chargé de l’élaboration, de la mise en œuvre et de l’évaluation de la politique du Gouvernement en matière de communication. En plus, il apporte son assistance aux chefs de départements ministériels dans la mise en œuvre de leur stratégie de communication.

Ses missions sont donc suffisamment nobles et importantes, pour qu’ils se permettent d’être absent de la toile. Les Camerounais de la diaspora qui suivent l’actualité de leur pays, n’ont d’autres sources d’informations que les sites internet. Même au pays, beaucoup de citoyens qui n’ont pas le temps de suivre ni la radio ni la télévision, trouvent le moyen de consulter les sites internet sur les smartphones pour être informés. Et le ministre de la Communication, dont le rôle est de soigner l’image du pays, ne peut raisonnablement être absent sur l’autoroute de l’information. En son absence, les internautes consomment ce qu’ils y trouvent, se forgent une opinion avec.

Roland TSAPI, Journaliste

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More