Gouvernance : 91,8% des Camerounais contre la nomination des gouverneurs

0

75,2% des militants du RDPC veulent l’élection que les gouverneurs soient élus. C’est le résultat d’une enquête sur la gouvernance au Cameroun.

75,2% des militants du RDPC veulent l’élection que les gouverneurs soient élus. C’est le résultat d’une enquête sur la gouvernance au Cameroun.

Les gouverneurs de régions autour du Minatd

Emergence à l’horizon 2035. Tous les projets gouvernementaux reposent dorénavant sur le socle de cette vision du chef de l’Etat Paul Biya. Avec les crises sociales, la corruption qui a atteint un point d’achèvement, la lutte contre la secte Boko Haram, la chute du prix du baril et du cacao…pas évident que les lueurs de l’émergence soient visibles d’ici 2035. C’est d’ailleurs parti de ce constat que le Nkafu Policy Institute, (think tank appartenant à la Denis & Lenora Foretia Foundation) a mené l’«Enquête sur la Gouvernance au Cameroun». L’objectif étant de déterminer le système de gouvernement approprié pour le développement du Cameroun. Les résultats de l’enquête réalisée en début d’année 2017 ont été présentés au public le 27 juillet 2017.

Au total, renseigne le Nkafu Policy Institute, 669 Camerounais âgés d’au moins 20 ans et issus des 10 régions du pays ont participé, l’enquête ayant une marge d’erreur de +/- 4 points de pourcentage. L’enquête indique que 91,8% sont contre les nominations des gouverneurs de régions et préfèrent qu’ils soient désignés par voie électorale. «75,2% des personnes se réclamant du RDPC en pensent autant.» 72,13% des personnes interrogées pensent que le Cameroun ne s’arrime pas aux normes démocratiques. Sur le plan économique, l’étude révèle que 9 Camerounais sur 10, soit 90,72%, ne sont pas satisfaits des performances économiques du pays. S’agissant de la gestion budgétaire des régions, plus de 9 Camerounais sur 10 (soit 93, 5%) militent en faveur de l’autonomie de ces unités administratives.

Le rapport est le reflet du désespoir dans lequel baignent des Camerounais. 89% d’entre eux considèrent que le gouvernement en place ne peut plus changer la donne. Des enquêtées, 94,8% sont en faveur à la limitation du mandat présidentiel. Près de 83.9% préfèrent que ce mandat soit renouvelable une seule fois. Par contre, 10,9% veulent un mandat non renouvelable. La majorité des personnes interviewées, soit 60,2% affirment préférer un système fédéral, en lieu et place de l’état unitaire très centralisé actuel. Ce qui remet au goût du jour le débat national autour de l’unité nationale, souhaité par des leaders de la société civile. L’intégralité des résultats de l’«Enquête sur la gouvernance au Cameroun» est disponible sur www.foretiafoundation.org.

Valgadine TONGA

 

Share.

About Author

Laisser un commentaire