A La UneCulture

Retour aux sources : l’arbre généalogique des Bakon et Barombi en film

0
‘‘Nkon ni Nlombe Mut Mwa’’, c’est le nom du film documentaire qui signifie en français ‘‘Un peuple, une culture, un destin’’. Ce long métrage de 52 minutes

Le documentaire de Grâce Ndone Kama est un voyage dans le temps et l’espace qui retrace l’histoire de ces deux peuples frères. Le long métrage a été projeté mercredi 16 juin 2021 devant les autorités traditionnelles à l’Institut français du Cameroun, antenne de Douala.

Son père avait coutume de lui parler des Barombi. Mais pour Grâce Ndone Kama, c’était plus de la légende que tout autre chose. Il lui aura fallu des années mais surtout, des interrogations sur ses origines par ses enfants, pour que cette chanteuse camerounaise qui réside en Europe prenne conscience. Comme l’explique Grâce Kama, «ils m’ont posé de tas de questions auxquelles je n’arrivais pas toujours à répondre. Je suis née et grandie au Cameroun, mais je suis incapable d’expliquer mes origines à mes enfants. Qu’en sera-t-il d’eux avec leurs enfants ? C’est de là qu’est partie cette idée de documentaire.»

‘‘Nkon ni Nlombe Mut Mwa’’, c’est le nom du film documentaire qui signifie en français ‘‘Un peuple, une culture, un destin’’. Ce long métrage de 52 minutes -qui a été projeté à l’Institut français du Cameroun, antenne de Douala le 16 juin 2021- va aux sources de l’origine des peuples Bankon et Barombi. Les Bakon établis dans la région du Littoral et les Barombi dans la région du Sud-Ouest descendent d’un même ancêtre appelé «Nkon». Les fils s’étaient séparés notamment pour fonder sa famille propre, pour trouver une zone où pratiquer la pêche… C’est du moins ce que renseignent les différents intervenants dans le film.

Rencontre inédite

«Nous sommes venus du Congo il y a des centaines d’années», relève le Chef supérieur des Barombi, Sa Majesté Joseph Nkak Dion Ngute (par ailleurs Premier ministre camerounais). «Même si les Barombi et les Bakon sont séparés, nous parlons la même langue même si l’intonation est différente. C’est à cause des influences des langues environnantes comme le bassa, le yabassi… Mais il suffit qu’un Bankon reste trois jours avec son frère Barombi et ils s’entendront à la perfection», poursuit l’autorité traditionnelle dans le documentaire. Qui revient également sur la rencontre inédite d’août 2014 des deux peuples, après des siècles. Une initiative des chefs supérieurs Barombi -Sa Majesté Nkak Dion Ngute- et Bankon -Sa Majesté Priso Ngom Priso, de regrettée mémoire-.

La dynamique a été interrompue par la crise anglophone, «à cause du français et de l’anglais, deux langues qu’on a trouvé en route. Nous ne sommes ni anglophones ni francophones. Nous sommes les enfants d’un même ancêtre», mentionne dans le film le notable Mboke Godlive Ntua. Le documentaire fait également intervenir l’écrivain  et notable Barombi, Ebenezer Ngos Mpah ; Sa Majesté Priso Ngom Priso de regrettée mémoire ; l’égyptologue et historien Dou Kaya ; le chanteur Guy Michel Kingue, fils Bankon…

Lire aussi :Cameroun / Baccalauréat A 2021 : programmé pour échouer 

«Au-delà d’une œuvre artistique, le documentaire se présente comme une œuvre ethnologique visant à consolider notre vivre-ensemble en mettant en valeur ce qui nous unit, créer dans chaque Camerounais, l’envie de chercher à savoir qui il est, d’où vient-il véritablement… La promotion de nos valeurs culturelles est l’une des priorités du gouvernement de la République du Cameroun», a reconnu Aboubakary Haman Tchiouto, Sg des services du gouverneur et représentant du gouverneur du Littoral à la fin de la projection. Projection à laquelle a assisté des leaders traditionnels, notamment le président en exercice du Ngondo, Sa Majesté Jean Yves Bebey Eboumbou Douala Manga Bell.

Lire aussi :Raoul Lemopi Tsasse : Baccalauréat A 2021 : «On assiste à un génocide intellectuel»

Ce documentaire réalisé en 2021 est un «fardeau que j’ai dû porter pendant huit ans. Si je ne m’étais pas sacrifiée à l’extrême avec mes enfants, ce film n’aurait jamais vu le jour. Nous nous sommes privés de beaucoup de choses. La prochaine étape après ce film sera un festival que nous les Bankon souhaiterons mettre sur pied si le Seigneur le permet, peut-être en fin d’année. Nous souhaiterions que vous nous souteniez, parce que quand une communauté avance, c’est le pays qui avance», a plaidé la promotrice du projet.  Nkon ni Nlombe Mut Mwa  est une réalisation de Grâce Ndone Kama et Prudence Théophile Ngwe II. Chief Sukpa Kuru Georges Chef de Bekora Barombi qui représentait le Chef supérieur  Nkak Dion Ngute a témoigné tout son encouragement aux réalisateurs.

Valgadine TONGA      

LA VOIX DU KOAT

Journée de l’enfant africain : l’élan de cœur des femmes littoraliennes

Previous article

Laurent Gbagbo : comme un Messie !

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une