- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneRépublique Centrafricaine : le commerce extérieur met les voiles

République Centrafricaine : le commerce extérieur met les voiles

- Advertisement -spot_img

Le ministre des Transports et de l’Aviation civile de la République du Centrafrique a procédé, ce mardi 30 mai 2023 à Douala au Cameroun, au lancement des activités des sociétés en charge du prélèvement de la redevance armatoriale et de l’établissement du Bordereau électronique de suivi des cargaisons.

La place du secteur marin n’est plus à démontrer dans l’économie des pays. La Conférence des nations unies sur le commerce et le développement soutient que 80% des échanges commerciaux internationaux sont faits par mer. La République Centrafricaine (RCA) en a pris la pleine mesure, d’où l’intérêt de la double cérémonie de ce mardi 30 mai 2023 à Douala au Cameroun. Il s’est agi du lancement des activités des sociétés JLS Africa SAS et Saige, relatives au prélèvement de la redevance armatoriale sur la plateforme portuaire de Douala. JLS Africa SAS est mandatée par l’Etat Centrafricain pour la délivrance des Bordereaux électroniques de Suivi des Cargaisons (Besc). Saige quant à elle a reçu autorité du gouvernement Centrafricain, sur la perception de la commission sur le tonnage des marchandises à destination ou en provenance de la RCA, payée par les armateurs bénéficiaires des chargements.

90% du budget

Face au ministre camerounais des Transports, aux représentants des conseils nationaux des chargeurs des deux pays, des armateurs, des aconiers…, le ministre des Transports et de l’Aviation civile de la République du Centrafrique, Gotran Ndjono Ahaba, a souligné que « c’est l’ultime occasion pour nous d’appeler l’attention des uns et des autres sur l’importance du Besc qui joue un rôle non des moindres dans le transport maritime ». Il a ainsi invité les acteurs parmi lesquels le représentant pays de JLS Africa SAS, par ailleurs Directeur général de Saige, à «appuyer l’application des textes en vigueur dans toute leur plénitude, car les ressources qui y proviennent constituent la principale ressource des Conseils des Chargeurs africainsDe nos jours, ces ressources représentent plus de 90% du budget du Conseil centrafricain des chargeurs. » JLS Africa SAS et Saige ont ainsi un grand rôle à jouer dans le développement de l’économie bleue du Centrafrique.

Lire aussi :Bangui : capitale des pays des Brics en Afrique centrale

La société JLS Africa SAS est prête à relever le défi. Selon Farel Nken, représentant au Cameroun de JLS Africa SAS, et Dg de Saige, « JLS Africa SAS est en mesure de produire plus de 500 Besc par jour à la considération des performances de sa plateforme de dernière génération. Il est d’ailleurs important de rappeler que JLS Africa, société de droit Ohada disposant d’un capital de 100.000.000 de Fcfa bénéficie de l’apport des partenaires solides dans le monde pour le suivi du trafic maritime, aérien, et terrestre de bout en bout. Grâce à son système innovant, il se positionne comme garant de la traçabilité et de la sûreté de la chaîne logistique internationale, tout en aidant les Etats à gérer les risques liés au commerce international au-delà de la création d’un cadre propice à la croissance et à la prospérité économique ».

Lire aussi :Archange Faustin Touadera : «Nous travaillons sur la loi sur la crypto-monnaie» 

JLS Africa SAS promet de faire de la RCA la « base de notre direction régionale où toutes les données provenant des régions d’Afrique Centrale et de l’Est seront enregistrées et traitées. Elle ambitionne d’être une structure fournissant des informations fiables en temps réel permettant à l’État Centrafricain à travers les Douanes et le Conseil Centrafricain des Chargeurs de disposer d’éléments probants pour les prises de décision en matière de dédouanement et des statistiques du Commerce Extérieur de la RCA », dixit Farel Nken.

Lire aussi :Souveraineté de la Centrafrique : des panafricanistes camerounais écrivent au président Touadéra

Pour rappel, le Bordereau Electronique de Suivi des Cargaisons est un document qui permet aux Etats de disposer d’une source d’informations fiables pour la production des statistiques en vue de la détermination de la balance de paiement ; connaître la valeur totale des frets maritimes, tant en masse qu’en part relative, par rapport à la valeur des exportations et importations et de suivre leur évolution annuelle, les cycles et les changements structurels ; effectuer des comparaisons avec les indicateurs d’autres pays ; déterminer le taux de couverture des transports maritimes par les armements tiers.

Valgadine TONGA

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Similaires
- Advertisement -spot_img
error: Content is protected !!