A La UneSociété

Nord-Ouest : une brouille entre terroristes vire au drame

0
Nord-Ouest : une brouille entre terroristes vire au drame

La scène s’est produite le dimanche 22 août 2021.

Bilan lourd. Un mort sur le carreau. Le corps sans vie d’une fidèle qui venait répondre au rendez-vous dominical avec son Dieu. Au lieu que ce soit sa voix qui s’élève au ciel, c’est son âme qui s’en est allée. Elle a été fauchée par les balles de sécessionnistes, le dimanche 22 août 2021 dans l’église de presbytérienne de Bali, au lieu-dit carrefour Ntanfoang, arrondissement de Bali, département de la Mezam, dans la région du Nord-Ouest.

Lire aussi :Crise au NoSo : interception d’un convoi humanitaire transportant des terroristes 

Les tirs des sécessionnistes ont également blessé le célébrant et un autre fidèle. Sans prendre le pouls de la situation, les réseaux sociaux ont vite fait d’imputer ce drame aux Forces républicaines camerounaises. Dans un communiqué publié le 23 août 2021, le Chef de Division de la Communication du ministère de la Défense, le Capitaine de Vaisseau Cyrille Serge Atonfack Guemo revient les faits.

Lire aussi :Tribune libre – NOSO / Régionales : Rêve brisé des Media-prostitutes

«Le triste évènement de Bali fait suite à un échec de cohésion et de coordination entre les éléments d’une même faction criminelle terroriste désormais clairement identifiée et qui sème la mort dans le secteur de Bali. Il s’agit du groupe Buffalo’s Fighters of Bali, aux ordres du prétendu général Grand Pa’a», narre le Capitaine de Vaisseau.  Et de préciser que les éléments précurseurs des Forces de Défense et de Sécurité (Fds) étaient en patrouille de routine sur l’axe Batibo-Widikum, au carrefour Ntanfoang, à hauteur de la place des fêtes de Bali, non loin de l’église presbytérienne. C’est ainsi qu’ils ont surpris les terroristes, qui hélas, avaient déjà placé des mines sur le chemin pour viser les Forces de Défense et de Sécurité (Fds).

«Au moment du débarquement des éléments des Fds, un engin explosif improvisé a été prématurément déclenché. La déflagration a créé la débandade au sein des fidèles et des voisins de l’église. Les terroristes paniqués se sont réfugiés en plusieurs groupes dans l’église et les bâtiments de la place, avant d’ouvrir un feu nourri et confus depuis leurs différents refuges vers l’élément précurseur de la patrouille. Il importe ici de préciser qu’aucune riposte des Fds n’a été enclenchée. Les éclaireurs s’étant tactiquement abrités dans l’attente des renforts», lit-on dans le communiqué susmentionné.

Lire aussi :Assassinat barbare à Batibo : le silence complice de la communauté internationale et de ses Ong   

«Les premières constations balistiques établissent avec certitude que toutes les victimes ont été touchées par des plombs  et chevrotines, munitions artisanales produites clandestinement par les terroristes. De même, les fouilles engagées ont permis la neutralisation sur site de plusieurs engin explosif improvisé, dont un qui avait servi à miner l’entrée principale de l’atelier situé en plein carrefour et faisant face à l’église, à l’intérieur duquel a été mis à jour un dispositif sophistiqué de préparation d’engin explosif improvisé, de calibrage de munitions et de canons artisanaux», écrit le Chef de Division de la Communication du ministère de la Défense.

Lire aussi :Limbe : la belle aux charmes envoûtants

L’armée regrette une fois de plus la campagne de désinformation et propagande sécessionniste qui ont suivi ce drame. Une propagande portée par «certains médias et Ong nationales et internationales» pour amoindrir le moral des soldats au front.

Valgadine TONGA

LA VOIX DU KOAT

Affaire Cyrus Ngo’o : les vérités du Port autonome de Douala

Previous article

Mamoudou Fadil : «Ce fut un gros choc de voir l’Algérie et la Côte d’Ivoire dans le même groupe»

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une