A La UneCulture

Mode : Comment faire décoller l’industrie de la mode au Cameroun?

0
Le sujet était menu du talk de Douala Grand Mall Fashion-Time, organisé vendredi 30 avril dernier par le Douala Grand Mall.

Le sujet était menu du talk de Douala Grand Mall Fashion-Time, organisé vendredi 30 avril dernier par le Douala Grand Mall.

Inexistante pour les uns, embryonnaire pour les autres, l’industrie de la mode a véritablement du chemin à faire au Cameroun. Elle fait face à de nombreuses difficultés qui l’empêchent de décoller. Pour en parler, vendredi 30 avril 2021 lors du Fashion-Time organisé par le Douala Grand Mall, trois créatrices de mode qui ont certes des parcours différents, mais ont surmontée leurs péripéties pour se faire une place au soleil. Il s’agit de Kibonen Nfi, promotrice de la marque Kibonen New-York, Nakuin, Liz Ngwana de la marque Margo’s mode.

Lire aussi :Haute Couture : Nvina Mode livre sa première cuvée

«L’un des problèmes que nous rencontrons est l’indisponibilité de la matière première de qualité et en quantité. Il est extrêmement difficile de trouver même un fil de qualité sur le marché», déplore Nakuin. Le coût élevé de la production qui explique la cherté des vêtements made in Cameroon a aussi été soulevé. «L’on ne peut pas se comparer aux occidents ou aux asiatiques parce qu’ils produisent  leurs propres  matières premières, la main d’œuvre et les coûts de production sont faibles. Ils ont des machines pour produire en quantité industrielle. Vous savez, dans la mode, la quantité  détermine le prix», argue la promotrice de la marque Kibonen New-York. L’on ne saurait éluder le manque de structuration de ce secteur malheureusement abandonné à lui-même, l’absence d’une volonté politique et d’accompagnement de l’Etat, la difficulté de trouver des financements auprès des banques. En un mot comme en mille, les responsabilités sont partagées, que ce soit du côté des professionnels qui n’arrivent pas à organiser leur activité, des pouvoirs publics, des médias qui sont accusés d’accorder peu d’importance à ce secteur.

Lire aussi :Blick Bassy : la voix des esprits!

Au chapitre des solutions, le panel propose de mettre un accent sur la formation qui permettrait de confectionner des vêtements aux standards internationaux, l’implication de l’Etat et les facilités d’obtention de financements, l’éducation des consommateurs à l’achat des produits locaux.

Lire aussi :Populations de Douala : voici le Grand Mall !

Le Fashion-Time Douala Grand Mall organisé dans le prolongement du mois de la femme combiné à la célébration de la fête internationale du travail s’inscrit dans la perspective de donner un avenir à la mode made in Cameroon et à ses acteurs.

Blanchard BIHEL

LA VOIX DU KOAT

Blick Bassy : la voix des esprits!

Previous article

Semaine africaine de la vaccination : croisade contre le tétanos à Yaoundé 7

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une