- Advertisement -spot_img
AccueilInfrastructures de la Can 2019: La réalité du terrain au Cameroun
Array

Infrastructures de la Can 2019: La réalité du terrain au Cameroun

- Advertisement -spot_img

Rassurant, peut on dire à ce jour suite aux différentes interventions des responsables de la Fécafoot et du gouvernement par rapport à la capacité du Cameroun à organiser la coupe d’Afrique des Nations ( Can ) 2019. Tombi A Roko Sidiki, désigné comme vice président de la Commission locale d’organisation estime d’ailleurs que le nouveau cahier de charge est plus allégé que le premier, et que pour cela les Camerounais devraient s’estimer heureux. Une sortie pour le moins curieuse, car pendant que les instances faitières du football africain reprochent au pays de ne pas être prêt à accueillir une compétition à 16 équipes, il nous fait savoir qu’à 24 équipes ce sera plus facile. Facile à dire, puisqu’avec les paroles on peut construire les châteaux en Espagne, comme dit l’adage. Si l’on s’en tient d’abord aux propos enthousiastes de Tombi A Roko, il nous faut construire au préalable deux complexes sportifs, avec des stades de matches d’une capacité de 40 000 places, l’un à Douala et l’autre à Yaoundé. Ce sont les deux capitales du Cameroun, et dont les deux qui devraient logiquement abriter les matches d’ouverture et de clôture, à moins que ces deux matches capitaux ne se jouent à Yaoundé.

«Le Cameroun sera prêt le jour dit.» C’est par cette phrase emphatique que le président Paul Biya a tranché le débat l'organisation de la Can 2019
Roland Tsapi.

Ce que les autorités camerounaises ne disent pas, c’est qu’il ne s’agit pas juste de construire un mur, des gradins et aménager une pelouse pour être prêt à accueillir la Can. Il s’agit de construire des complexes sportifs dont le stade n’est qu’une partie. Exemple : Le complexe multisport de Douala- Japoma comprend un stade de compétition avec tribunes et gradins couverts d’une capacité de 50 000 places. Deux terrains d’entraînement de 1000 places chacun avec gradins non couverts. Un gymnase couvert d’une capacité de 2 000 places assises offrant une possibilité d’accueillir simultanément deux compétitions. Une piscine olympique de huit couloirs couverte avec différents bassins disposant de 1 000 places. Deux terrains de basketball et entre autres de volleyball. Quatre courts de tennis et 37 000 m² de parking. La société turque Yenigun et le groupe américain AFLLC/AECOM ont été désignés par le Ministère des Marchés Publics (MINMAP) le 30 décembre 2015. Le groupe américain devant s’occuper de la conception et l’entreprise turque de la réalisation. Pour un coût de 165,9 milliards de Fcfa. Il est financé par  Eximbank Turquie à hauteur de 85% et par la BGFI Bank  pour 15%. Le remboursement s’effectuera sur 12 ans. Les travaux prévus pour commencer en juin 2016, n’ont finalement commencé qu’en février 2017, et la aussi on parle des lenteurs administratives, notamment les indemnisations des riverains.

Matériaux préfabriqués

Pour le complexe sportif d’Olembé, il est difficile de dire que les choses vont être plus faciles. Avant, la Caf exigeait un stade de 60 000 places pour abriter le match d’ouverture ou de clôture, mais elle est revenue à 40 000 places. Ce qui ne va rien changer pour ce stade, puisque le marché a déjà été attribué avec des caractéristiques de 60 000 places. La société italienne Piccini est installée sur le site depuis mars 2016. A ce jour elle accuse plus un an de retard sur les travaux de construction. En mai dernier, Sam Thamin, directeur de ce projet, confiait  au Quotidien gouvernemental Cameroon tribune que l’infrastructure sera construite en matériaux préfabriqués, afin de rattraper ce retard, que l’entreprise mettait sur le compte de «tracasseries administratives.» D’après lui, «les marchés ont été signés en décembre 2015 et la première étude déposée vers mars 2016. La commission de suivi du dossier technique qui a été mise en place n’avait pas de financement. Les membres ont néanmoins commencé les travaux autour de novembre 2016. Mais après, les engins ont recommencé à tourner au point mort ».  La construction de ce stade est co-financée par la Banque italienne Intesa San Paolo à hauteur de 85 % et l’Etat camerounais à hauteur de 15%, pour un investissement de 163 milliards de Francs Cfa.

Les fossoyeurs de la République

Précisons que d’après les exigences de la Caf,  le stade doit être prêt trois mois avant le début de la compétition, c’est-à-dire en mars 2019.  Situé  à près de 13 km du centre-ville de Yaoundé, l’ensemble du complexe comptera un hôtel  5 étoiles, des infrastructures sportives alignées aux plus hauts standards internationaux, à savoir un stade couvert de 60 000 places (modèle calqué sur le stade de la Juventus de Turin en Italie). Il aura une aire de jeu de 105×68 m avec tapis vert (120x90m), deux stades d’entraînement, des terrains de basketball, handball, volleyball, des courts de tennis, un lac artificiel, un gymnase, une piscine olympique, de nombreux espaces commerciaux, entre autres. A  tout cela il faut ajouter les voies d’accès dont les routes, l’adduction d’eau, la construction des lignes électriques, du réseau internet, le système de transport urbain… Voilà de quoi il va s’agir en réalité pour les sites de Douala et Yaoundé où tout est à refaire. Dans les deux cas le projet a accusé du retard, dans les deux cas c’est l’administration camerounaise qui est accusée, soit de tracasseries, soit de retard dans la signature des documents liés aux décaissements, soit de ne pas indemniser les riverains pour laisser avancer les travaux.

Le défi pour l’organisation de cette Can est grand, mais pas impossible à relever si l’on était dans un pays où l’inertie n’avait pas fait son nid, quoique décriée par le Président de la République lui-même. Sa dernière sortie résonne d’ailleurs comme un piège qu’il tend à son entourage. Il sait que le Cameroun a des moyens d’être prêt, et de manière voilée il met en garde tous les fossoyeurs de la République, les auteurs du complot permanent, pour en emprunter au biyaiste convaincu, le Professeur Messanga Nyamdim.

Roland TSAPI, Journaliste

 

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img
Articles Similaires
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here