Sport

Football professionnel : Le général Pierre Semengue sans galons

0
Football professionnel : Le général Pierre Semengue sans galons

Mercredi 4 novembre 2020 aux travaux du Comité exécutif de la Fédération camerounaise de football, Seidou Mbombo Njoya et ses pairs ont décidé du retrait de l’organisation des compétitions à la Lfpc, pointant du doigt, des défaillances et des dysfonctionnements constatés dans la gestion de la Ligue. Un énième coup d’Etat de la fédération.

 

Le match Coton sport de Garoua-Panthère sportive du Ndé (2-0) de dimanche dernier, ne comptait donc que pour du beurre. La rencontre inaugurale de la saison 2020/2021 disputée dans un tourbillon d’incertitudes n’était donc qu’une parade. Toute la logistique et les moyens financiers mis en branle pour donner de la couleur à ce démarrage du championnat plusieurs fois reportés, n’auront donc servis à rien. Le Comité exécutif de la Fécafoot vient de réduire à néant tous les efforts et les sacrifices déployés par la Lfpc pour relancer les compétitions après huit mois de black-out dus à la crise sanitaire à Covid-19. L’instance que dirige le général d’armée admis en deuxième section vient d’être dépossédée de son pouvoir d’organiser les compétitions. C’est l’une des principales résolutions de la session extraordinaire du Comex tenue mercredi dernier à Yaoundé.  Seidou Mbombo Njoya et ses pairs évoquent des dysfonctionnements et autres défaillances dont se serait rendu coupable la Lfpc.

Lire aussi :Guerre Fécafoot-Lfpc : S.O.S. Il faut sauver le général Pierre Semengue !

Ils citent pêle-mêle, la remise en cause de la résolution numéro 13 de l’assemblée générale de la Fécafoot du 25 septembre 2020 ; la cacophonie dans l’organisation des assemblées générales de la Lfpc ; l’organisation aux mépris des statuts et règlements de la Fifa, de la Caf et de la Fecafoot d’un match de football auquel des joueurs sans licences et des officiels d’une association sportive étrangère ont pris part… Un florilège de raisons qui ne laissent guère le choix au Comex, accusé par le camp d’en face, d’avoir planifié cette mise à l’écart de la Ligue au moment où beaucoup proclamaient déjà la victoire de Semengue sur la Fécafoot.

Nul et de nul effet

Attendu au siège de la Fédération pour être entendu sur l’ensemble de ces sujets,  le héros du 6 novembre 1982 n’a pas daigné se présenter,  contrairement à une délégation des dirigeants de clubs qui avaient décidé de dissoudre la Lfpc au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue le 29 octobre 2020 à Mbankomo. Pointant du doigt, une gestion calamiteuse du valeureux soldat.

Interrogé par nos confrères du Messager, Georges Endjako Améké estime que « l’acte pris par la Fécafoot est nul et de nul effet » dans la mesure où la situation que traverse la Lfpc aujourd’hui, ou du moins, la mission d’organiser le championnat professionnel au Cameroun pour le restant de son mandat malheureusement et malencontreusement écourté par la Fécafoot est encadrée par cette sentence du Tas. Ladite sentence a ramené la Lfpc dans une situation ex-ante. Juriste internationaliste, médiateur/conciliateur au cabinet Ceo- G.E.A & Partners consulting, il soutient que ledit mandat est aujourd’hui frappé du sceau de l’inviolabilité.

Daniel NDING

 

LA VOIX DU KOAT

Quartier Sud 2020 : Happy End !

Previous article

Harcèlement sexuel : Emmanuel Wakam mis ippon par l’Ufak

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Sport