A La UneÉducation

Enseignement : l’Université de Douala et la fondation AfricAvenir liées par une convention de coopération

0
Enseignement : l’Université de Douala et la fondation AfricAvenir liées par une convention de coopération

La  Fondation AfricAvenir  entend mettre à la disposition des étudiants en Maters et Doctorats, son importante et riche documentation.

La convention a été signée jeudi, 22 juillet 2021 dans la salle des Actes de l’Essec de Douala entre le recteur de cette institution universitaire, le Pr Magloire Ondoa et le président de la Fondation AfricAvenir, le Pr Kum’a Ndumbe III. Comme l’ont martelé ces deux responsables au cours de la cérémonie de signature de coopération aux allures de retrouvailles entre un maître et son disciple, ce partenariat profitera à tous.

Lire aussi :Kum’a Ndumbe III (6 juillet 1971 – 6 juillet 2021) : 50 ans de publications internationales

D’un côté, la Fondation AfricAvenir entend mettre à la disposition des étudiants en Maters et Doctorats, toute sa riche documentation. Comme l’a souligné le recteur, «tous ceux qui feront leurs Masters et Doctorats auront ces documents à leur disposition. Ils n’auront plus besoin de se déplacer. Je me souviens que quand il y avait l’affaire de Bakassi, j’étais surpris de voir que les gens allaient à l’étranger pour chercher les documents. Pourtant nous avions tous ces documents, ces cartes. Seulement les gens ne le savent pas. À partir du moment où ces chercheurs auront un accès direct à tous ces documents, je pense que même le contenu des travaux va évoluer de manière significative», soutient le Professeur Magloire Ondoa. Ce partenariat ne concerne pas seulement les étudiants. « Même les enseignants sont concernés. Avec cette collaboration, Douala risque de devenir un centre imbattable non seulement en Afrique Centrale mais en Afrique subsaharienne. La Fondation AfricAvenir est une fondation très modeste mais ce qui s’y trouve peut nous aider à aller très loin», visualise le recteur.

Lire aussi :Vol de la Mémoire : aidé par l’inertie des Africains, l’Allemagne refuse toute restitution

 

Pour le responsable de cette fondation, c’est un rêve qui se réalise.  «C’est une grande satisfaction parce que comme je l’ai dit, c’est l’Université de mon village où je n’ai jamais professé. Au-delà de cela, nous avons une convention qui va nous permettre qu’ensemble nous formions cette jeunesse qui monte. Ce que nous avons, l’Université de Douala n’a peut-être pas cela et ce que l’Université de Douala a, nous ne l’avons pas, ainsi nous essayerons de combiner. C’est donc une très grande joie. Comme le recteur a eu à le souligner, nous disposons des documents qui ne sont pas disponibles ailleurs. Et qu’on puisse aujourd’hui les mettre à la disposition de l’Université de Douala, ne peut que nous procurer de la satisfaction. Nous rassemblons ces documents depuis les années 1969, mais ils n’étaient pas utilisés. Aujourd’hui que l’Université a décidé de s’y intéresser, c’est comme si le rêve devenait réalité. Cela signifie que nous n’avons pas travaillé pour rien», se réjouit l’éminent enseignant Pr Kum’a Ndumbe III.

Lire aussi :Bras de fer à Yabassi : le torchon brûle entre le Sous-préfet et Sa Majesté Mbende 

Enseignement : l’Université de Douala et la fondation AfricAvenir liées par une convention de coopération

Pr. Magloire Ondoa (à gauche) et le Pr Kum’a Ndumbe (à droite).

Pour sa part, l’Université de Douala entend tout  mettre en œuvre pour faire bénéficier à ses étudiants les fruits de cette collaboration fructueuse. «Je suis de ceux qui en ont profités. Beaucoup d’autres étudiants en ont profité, et il est bon que cette fondation soit portée à la connaissance de tous les étudiants de l’Université de Douala quelle que soit leur filière de formation pour établir un lien indéfectible entre leurs savoirs d’aujourd’hui et les savoirs qui ont inspiré ceux qui apprennent aujourd’hui. Cette convention pour moi marque la volonté de l’Université de Douala d’établir des liens indéfectibles avec son histoire. La  Fondation AfricAvenir doit occuper à l’Université de Douala une place de premier plan», assure le recteur de l’Université de Douala, le Pr Magloire Ondoa.

Blanchard BIHEL

LA VOIX DU KOAT

Œuvre sociale : le Bahuj au côté des orphelins

Previous article

Valérie Ayena : du catwalk pour le grand écran

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une