ActualitéCultureMusique

Carnet noir : Claude Ndam range sa guitare

0

Surnommé « le griot moderne », le célèbre artiste, auteur de la chanson « Mona » a rendu l’âme dans son domicile à la cité verte. Claude Ndam a été vaincu par une longue maladie. 

Sa vie ne tenait plus qu’à une corde. Un peu comme celles de sa guitare acoustique qui ne le quittait presque jamais. Cet instrument avec lequel il aura composé des tubes immortels et fait danser de nombreux mélomanes à travers le Cameroun, l’Afrique et le monde. Le dernier spectacle live de sa vie, il l’a joué contre la mort mais n’a pas survécu. La faucheuse a eu raison des belles mélodies dont lui seul en avait le secret. Victime à trois reprises, d’Accidents vasculaires cérébraux (Avc) face auxquels il s’en est miraculeusement tiré d’affaire, Claude Ndam n’a pas eu la même grâce cette fois. L’homme dont on savait la santé fragile ces dernières années, était à deux doigts de casser sa pipe en février dernier. En effet, le célèbre artiste-musicien venait de subir une troisième attaque cardiovasculaire qui l’a laissé dans un état critique.

Face au sort qui s’acharnait sur l’artiste, son collègue Ledoux Marcellin qui avait sonné l’alerte sur la toile, avait lancé un appel à l’aide pour permettre à Claude Ndam, auteur de titre à succès « U Nguoya », de pouvoir faire face aux factures d’hôpital. « Je viens solliciter auprès de vous, un grand élan de solidarité pour une collecte de fonds, pour pouvoir aider la famille à payer les factures exorbitantes que nous avons trouvées », plaidait-il. Son état lui avait valu un internement à l’hôpital central de Yaoundé et après quelques semaines de soins, Dieu lui a épargné le pire. Mais c’était sans compter que le père de « Mona » sombrerait dans une longue maladie qui a finalement eu raison de lui. C’est à son domicile de la Cité-Verte à Yaoundé qu’il a poussé son dernier soupir dans la nuit du 11 au 12 juin 2020. L’homme tire sa révérence à 65 ans, laissant derrière lui, une carrière qui force le respect et l’admiration.

Un pionnier de la modernisation de la musique Bamoun

Après avoir fait part de sa douleur, Ibrahim Mbombo Njoya «salue la mémoire de ce musicien de renom qui, par sa guitare et ses chansons riches en enseignements, a été depuis les années 1990, l’un des pionniers de la modernisation de la musique Bamoun. Le “griot moderne”, comme il se présentait, aura ainsi contribué à promouvoir la culture Bamoun au-delà des frontières nationales, se hissant grâce à son travail et à son abnégation, au sommet des grands artistes contemporains que notre pays a connus. C’est à ce titre qu’il a été anobli comme “Nji”, notable dans la Cour du Palais des rois Bamoun», souligne le Sultan roi des Bamouns. Un hommage à la dimension de l’illustre disparu, bien calé dans des rythmes patrimoniaux, jazz et un peu du rock teinté de petites touches traditionnelles. Ce qui faisait surtout son authenticité c’est le fait qu’il chante en langue Bamoun et sa touche vocale en mode Afrojazz.

Les lyrics de cette légende de la musique made in Cameroon ont inspiré plus d’un artiste aujourd’hui, et ces derniers ne manquent pas l’occasion de lui rendre hommage à travers des reprises de ses chansons ou des collaborations. C’est le cas de Sergeo Polo qui a remixé le son « Mona » en 2011 ou alors de la récente collaboration avec le rappeur Stanley Enow « Love song » qui est une reprise de son titre « L’amour ». Le retour de l’artiste s’est aussi fait sur les scènes nationales lors de la célébration de ses 30 ans de carrière artistique en 2013. Claude Ndam, c’est toute une grande école et  un berceau de la culture camerounaise. A cet effet, Claude Ndam a notamment organisé plusieurs ateliers de formation et des colloques sur la culture Bamoun. Merci pour ces moments l’artiste !

Daniel NDING

LA VOIX DU KOAT

Energie solaire : Ndes Foundation installe 2kw d’électricité à Buea

Previous article

Energie : Eneo ne relève plus les consommations des clients chaque mois, mais tous les 2 ou 3 mois

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité