- Advertisement -spot_img
AccueilA La UneAuguste Mbappe Penda : «Le Cncc a un projet déjà prêt pour construire...

Auguste Mbappe Penda : «Le Cncc a un projet déjà prêt pour construire une infrastructure à Kye-Ossi»

- Advertisement -spot_img

La cérémonie officielle de la 13ème édition de la Foire Transfrontalière annuelle d’Afrique Centrale (Fotrac), s’est ouverte le samedi 30 juillet 2022 à Kye-Ossi à la frontière du Sud Cameroun. Présent l’inauguration de cet évènement organisé par le Réseau des femmes actives d’Afrique Centrale, le Directeur général du Conseil national des chargeurs du Cameroun (Cncc), Auguste Mbappe Penda a répondu à quelques interrogations de La Voix Du Koat.

LVDK : Quelle est la pertinence de du Fotrac pour le Cncc ?

La Foire transfrontalière de l’Afrique Centrale est un évènement transfrontalier l’indique le nom. Vous savez que la ville de Kye-Ossi est située entre trois frontières : le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Cameroun. Il est important que le Cncc soit sur place parce qu’au-delà du bordereau électronique du suivi des cargaisons que tout le monde voit, ou de la petite contribution qui est sollicitée, il y a l’établissement des statistiques pour les hautes autorités du pays, pour l’Institut national de la statistique, pour le ministère du Commerce, pour le ministère des Finances. Il est ainsi question de savoir quelles sont les marchandises qui qui partent du Cameroun pour ces différents pays, et quelles sont les marchandises qui partent de ces pays pour le Cameroun. Le Cncc a toujours été présent pratiquement à toutes les éditions du Fotrac, parce que nous nous efforçons justement à construire des centres de vie, des espaces de commerce partout où il y a un important trafic, notamment dans les zones frontalières.

LVDK : Le Conseil national des chargeurs du Cameroun a-t-il des ambitions de s’installer physiquement dans la localité de Kye-Ossi ?

Je peux vous annoncer ici que c’est depuis pratiquement quatre ans que le Cncc a un projet déjà prêt pour construire une infrastructure au niveau de Kye-Ossi, compte tenu de sa position stratégique. Nous avons été confrontés à deux problèmes : la fermeture constante des frontières par le pays frère de la Guinée Equatoriale, et quelques obstacles au niveau de l’espace qui doit nous être attribué. Donc j’ai eu une séance de travail informel avec le préfet du département de La Vallée-du-Ntem pour voir comment résoudre ce problème, parce que pour nous, la maquette est déjà prête. A un moment, les investissements étaient prêts et j’ai eu à le dire au préfet. La période est bonne parce que nous avons le budget 2023 et nous allons réinscrire le projet de Kye-Ossi. Nous connaissons tous l’importance du trafic qui se déroule ici. Il est normal que le Cncc puisse avoir une infrastructure digne de ce nom, digne de notre pays, parce qu’il ne faut pas oublier que le Cameroun est le leader dans la zone Afrique Centrale.

Lire aussi :Libre échange continental : Et de 13 pour la Fotrac ! 

Auguste Mbappe Penda : «Le Cncc a un projet déjà prêt pour construire une infrastructure à Kye-Ossi»
Le Directeur Général Auguste Mbappe Penda , visite le stand du Cncc à la Fotrac 2022.

 

LVDK : De quel type d’infrastructures parle-t-on exactement ?  

Généralement nos infrastructures contiennent une zone de parking pour les camionneurs, un espace d’hébergement, un espace de restauration et la plupart du temps, une mosquée, parce que la plupart des chauffeurs sont de confession religieuse musulmane. Je peux vous rassurer et je le confirme que la maquette est déjà prête. Je l’ai dit au préfet parce qu’à un moment il y avait un engouement très fort pour le Cncc d’être présent à Kye-Ossi, n’eut été les obstacles que j’ai soulignés. Qu’à cela ne tienne, c’est un engagement formel que nous prenons, de pouvoir avoir une ligne budgétaire en 2023, afin que le Cncc lance ce projet.

Lire aussi :Management : Les chargeurs du Cameroun obtiennent la certification Iso 

LVDK : Le Cncc a quelques projets de ce genre dans d’autres villes du pays…

La semaine dernière j’étais à l’Extrême-Nord où nous avons une infrastructure comme celle-là à Kousseri, à quelques mètres de la frontière entre la République du Tchad et le Cameroun. Nous avons un projet du même calibre à Ngoulentang dans la région du Centre à quelques kilomètres d’Ayos. En principe, aussi bien Kousséri que Ngoulentang, devront être opérationnels d’ici la fin de l’année 2022. En ce moment, nous sommes en train de faire les travaux de terrassements à Garoua-Boulai et il y a la cérémonie de la pause de la première pierre qui est programmée d’ici le mois d’octobre, sous la présidence du gouverneur de la région de l’Est. On nous demandera ce qui justifie le choix de tel endroit.

Lire aussi :Commerce extérieur : les opportunités qu’offre AfreximBank aux PMEs 

Mais comme je vous l’ai dit, nous essayons de nous implanter partout où il y a une activité de commerce très importante, étant donné que nous établissons les statistiques pour les hautes autorités du pays.

LVDK : Dans les allocutions, la présidente de la délégation de la RDC a décrié les misères que la délégation a subies au niveau des frontières, malgré que tout le monde fût en règle. Ça veut dire que nous ne sommes toujours pas à l’ère de la libre circulation…   

Nous en avons également parlé avec le préfet. A ce niveau, c’est des problèmes institutionnels parce que j’ai relevé que nous avons une Union des Conseils de chargeurs africains et nous admirons toujours nos collègues de l’Afrique de l’Ouest ; qui dès qu’ils présentent la carte nationale d’identité, même pas le passeport, on les laisse traverser au bout de deux minutes.

Lire aussi :Union des conseils des chargeurs africains : le nouveau Secrétaire général prend fonction 

Mais nous, nous devons encore solliciter des visas entre nous. C’est une situation qui n’est pas normale. Nous savons que les hautes autorités sont résolument engagées à ce qu’il y ait la libre circulation. Maintenant il faut qu’elle soit effective sur le terrain. Nous avons relevé avec beaucoup de tristesse, les problèmes soulevés par la présidente de la délégation de la RDC. Nous espérons qu’elles ne seront plus confrontées à ce genre de problème à l’avenir.

Lire aussi :Certification Made in Africa : pour une meilleure compétitivité des entreprises 

Entretien avec Valgadine TONGA, de retour de Kye-Ossi

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Restez Connectés
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Coup De Cœur
- Advertisement -spot_img
Articles Similaires
- Advertisement -spot_img

LAISSEZ UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here