Zone Cemac : la libre circulation dans l’embouteillage depuis 47 ans

0

Le 14ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac), s’est tenu le 24 mars dernier, à N’Djamena, la capitale tchadienne. Parmi les conclusions de ce sommet, la Conférence des Chefs d’Etat a adopté la Politique Commune d’Émigration, d’Immigration et de Protection des Frontières de la Cemac, pour ce qui concerne l’état de la mise en œuvre de la libre circulation des personnes en zone Cemac. D’après le communiqué final, elle a instruit le Président de la Commission de la Cemac, d’une part, d’accélérer l’application de l’Acte Additionnel portant suppression de visa pour tous les ressortissants de la Cemac circulant dans l’espace communautaire, et, d’autre part, de mener des actions vigoureuses pour la mise en œuvre de ladite Politique Commune.

La réalité à mille lieux de textes

Pendant qu’on discutait de cette libre circulation, il était impossible de traverser la frontière entre le Cameroun et la Guinée Equatoriale à Kye-Ossi. Le pays d’Obiang Nguema Mbasogo a une fois de plus fermé ses frontières depuis décembre 2018. Ces derniers temps, les mesures sont d’ailleurs plus durcies, car d’après les témoignages, les exceptions faites auparavant les mercredis pour permettre aux populations de se ravitailler ont été supprimées, même les autorités n’ont plus le privilège de traverser. A l’intérieur du territoire guinéen, les Camerounais continuent de jouer au chat et à la souris avec les forces de l’ordre. Ils sont obligés de raser les murs et marcher en se retournant, car les opérations d’arrestation restent permanentes et sont menées avec des méthodes plus barbares que celles appliquées pour le bétail. D’après des témoignages recueillis par l’organisation non gouvernementale Un Monde Avenir, (dans le cadre du programme AMIR, entendez : Appui aux migrants et à l’intégration sous régionale Ceeac), les Camerounais continuent d’être interpelés en Guinée équatoriale, transportés dans des camions bennes et versés sur les bordures camerounaises comme des ordures ménagères dans une fosse.

Lire aussi :Sommet de la Cemac: un nouveau président et de nombreux chantiers

Une panoplie de décisions et d’actes sans effet

Pourtant, depuis l’année 2002, la décision  01/Ceeac/Cceg/X/02 prise par la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale stipulait qu’à compter du 1er janvier 2003, la circulation était libre à l’intérieur de ses Etats membres pour les touristes, professionnels, élèves, étudiants, chercheurs enseignants. Mais à cette date, aucun Etat n’a daigné appliquer cette décision. Les frontières sont restées hermétiquement fermées aux ressortissants des pays voisins. Les transporteurs traversant les territoires des autres pays ont continué de payer les droits inexpliqués du simple fait qu’ils n’étaient pas natifs.

En 2005, un acte additionnel fut signé par la Communauté des Etats de l’Afrique centrale, relatif à la libre circulation des personnes dans la zone. Rien n’y fait. Trois ans plus tard, le 20 juin 2008, une décision de l’Union des Etats de l’Afrique centrale est signée, portant liste des personnes admises à titre transitoire à circuler sans visa en zone Cemac. Une autre décision qui sera classée dans les tiroirs. Le 16 mars 2010, ce fut le tour du règlement numéro 01/08-Ueac-042-CM-17 portant institution et conditions de gestion et de délivrance du passeport Cemac. Ce règlement fut suivi d’un acte additionnel signé 3 ans plus tard, le 25 juin 2013 et fixant au 1e janvier 2014 la prise d’effet de la libre circulation des personnes. Décision une fois de plus superbement ignorée à cette date. Quand les chefs d’Etat de la Cemac se retrouvèrent encore à une réunion au sommet le 6 mai 2015 à Libreville, ils signèrent une fois de plus une autre décision portant sur la libre circulation. Toujours sans effet.

La libre circulation des biens et des personnes dans la zone de la Communauté économique et monétaires des Etats de l’Afrique centrale CEMAC prend de plus en plus corps depuis le mois d’août dernier.

Les Présidents et chef de gouvernement des Etats membres de Cemac.

Un pas en avant, deux pas en arrière

A partir du mois d’août de cette année 2017, tous les pays de la sous-région, comme pressés par une main extérieure, signèrent des circulaires pour exiger l’application de cette décision du 06 mai 2015. Le Tchad ouvrit le bal par une note circulaire le 08 août 2017, suivi par de la République centrafricaine le 13 octobre, le Gabon le 19 octobre, la République du Congo le 23 octobre, la Guinée Equatoriale le 26 octobre et enfin  le Cameroun le 1er novembre. Le contenu de ces circulaires étaient presque le même, les ressortissants des 6 pays de la Cemac détenteurs d’une pièce d’identité en cours de validité, n’étaient plus soumis à des visas d’entrée ou d’autorisation de sortie dans l’un des pays, pour une durée de 90 jours.

Avec ces circulaires, on avait cru que le problème était désormais réglé, mais l’illusion dura juste un mois. Dès le mois de décembre de la même année, la Guinée Equatoriale fut encore la première à fermer ses frontières. Le prétexte tout trouvé était l’interception aux frontières avec le Cameroun des cargaisons d’armes et l’arrestation de quelques soldats supposés préparer un coup d’Etat au pays d’Obiang Nguema. La machine se grippa une fois de plus, les refoulements inhumains des ressortissants d’autres pays reprirent de plus belle, surtout en Guinée Equatoriale.

La question de la libre circulation a été une fois de plus remise sur la table dimanche 24 mars 2019, 47 ans après le premier acte qui date du 22 décembre 1972, relatif à la Convention commune sur la libre circulation des personnes et le droit d’établissement dans l’UDEAC. 47 ans que 6 pays d’Afrique centrale  n’arrivent pas à s’entendre pour que leurs ressortissants traversent une frontière, alors qu’à côté les 16 pays de l’Afrique de l’Ouest n’ont pas ce genre de problème, alors que les 28 pays de l’Union européenne règlent cette question en 2 heures de temps. De quoi se poser une  question simple, qu’est-ce que ces 6 pays de l’Afrique centrale ont de si spécial,  pour que leurs frontières soient plus difficiles à traverser que les portes du paradis ?

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More