Yahra 2019 : le pouvoir de la musique au cinéma

0
Les problématiques qui unissent la musique et le cinéma seront au centre d’un colloque qui se tiendra du 27 au 28 novembre 2019 à Yaoundé lors de la « semaine du premier film ». Ce rendez-vous que pilote Sylvie Nwet se donne pour ambition, d’enrichir ce champ de création indispensable pour le 7ème art.

Moteur, ça tourne ! C’est parti pour la 6e bobine du Yahra. Les cinéphiles et autres inconditionnels du 7e Art se donnent rendez-vous à l’hôtel de ville de Yaoundé pour sept jours de découvertes, de formation, d’exposition mais surtout de compétition des plus belles œuvres cinématographiques qui crèvent l’écran. Pour cette nouvelle édition, l’indomptable Sylvie Nwet et son équipe, ont choisi d’inviter sous le feu des projecteurs, la musique présentée comme un ingrédient incontournable dans le cinéma.

Pour comprendre les contours de cette initiative, il faut peut-être replonger dans la genèse de cette symbiose qui dure depuis l’arrivée du cinéma parlant en 1927 par le biais du chanteur de jazz. A l’époque, cela a donné naissance à un nouveau champ de création sonore qui était jusque-là le puzzle manquant pour faire du cinéma un art complet. Du simple orchestre dans les salles obscures à l’époque du cinéma muet aux bandes originales spécialement composées, la musique est très vite devenue une composante essentielle de la dramaturgie cinématographique.

La femme cinéaste célébrée

En 2027, « le monde entier fêtera les 100 ans de l’arrivée de la bande son au cinéma. Bientôt un siècle au cours duquel les professionnels du cinéma et les compositeurs de musiques de films auront expérimenté la complémentarité du cinéma et de la musique et évaluer le caractère indispensable et irremplaçable de la musique de film. Sa fonction expressive, dramatique, lyrique, esthétique ou symbolique va s’enrichir et se consolider. Que ce soit pour caractériser ou illustrer musicalement la scène, lui conférer un pouvoir émotionnel sur le spectateur », justifie l’équipe du Yahra. D’où la raison du thème retenu pour cette 6e édition : « Musique au cinéma ». Cette semaine internationale du premier film sera donc l’occasion pour les producteurs et réalisateurs de films, de mettre en vitrine leur savoir-faire, leur génie créateur.

La conférence de presse du 16 octobre dernier a permis aux organisateurs de s’étendre sur les différentes déclinaisons qui vont meubler cette édition 2019 mais aussi, de justifier le choix porté sur la musique. « Nous avons tout d’abord la journée femme cinéaste de l’Afrique centrale qui se tiendra le mercredi 27 novembre. Ensuite, le colloque de deux jours du 28 au 29 novembre sur le thème « musique au cinéma » avec des panélistes de renom tels que Ruben Binam, Roger Samning du groupe X-Maleya et d’autres que nous attendons leur confirmation comme Marcelin Ottou et Alexandre Gustave qui vient de Belgique pour nous parler de la musique et du film. Après nous aurons les matins petit-déjeuner cinéma qui ont pris de l’ampleur et prennent corps pour Yarha. Des enfants des écoles primaires seront  présents tous les jours de lundi à samedi de 9h à 13h. À ce jour, nous comptons une vingtaine d’écoles inscrites», explique Sylvie Nwet, délégué du festival.

Yarha découverte talent 

Et d’ajouter, « nous aurons  également « Yarha découverte talent » qui est un espace de promotion des œuvres artistiques et culturelles des jeunes talents que notre association met en lumière afin de nous montrer leur savoir-faire. Et la traditionnelle projection des films tous les après-midi et soirs à partir de 16h dans les différentes salles de cinéma parmi lesquelles : la salle Sita Bella, Canal Olympia, le Centre culturel camerounais et l’Institut français du Cameroun. Durant cette semaine, nous aurons vraiment à vivre du cinéma, de la musique et également des ateliers de formations qui ne pourront être absents du festival Yarha». Dans les wagons des innovations, une conférence pour les 110 ans de la ville de Yaoundé. Pour rappel, cette 6ème édition prévoit une trentaine de films dont 12 en lice et le reste hors-compétition. Ceux-ci seront soumis à un jury international  présidé par Claudia Yoka, dont la charge sera de désigner le meilleur film, la meilleure réalisatrice, le prix du public et le coup de cœur du jury.

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply